Arrêter de fumer : la méthode Venesson

Aujourd’hui je vais bouleverser vos idées. Arrêter de fumer est facile. Vraiment facile. Mais avant, laissez-moi vous expliquer pourquoi. Ensuite je vous expliquerais comment.

Quand j’étais jeune, vers la fin de mes études, ma compagne fumait. Quoi de plus difficile pour un homme comme moi. Voir quelqu’un qu’on apprécie mettre sa santé en danger, voir ses dents jaunir et ses cheveux tomber, savoir que les quintes de toux hivernales ne sont pas dues à la fraîcheur ambiante mais à l’irritation des bronches par la fumée de la cigarette. J’ai donc décidé de l’aider à arrêter de fumer. Car, oui, si les fumeurs pouvaient arrêter de fumer en appuyant sur un simple bouton, 99% d’entre eux arrêteraient. Mais il leur manque la clef de la réussite.

Je suis obligé de reconnaître que cela a été un échec pour moi : elle arrêtait une semaine puis recommençait ensuite. Pendant cette période j’ai énormément lu et appris sur cette drogue, en passant des simples livres de vulgarisation aux études de psychopharmacologie. Et j’ai appris bien des choses surprenantes, que je vais tenter de vous expliquer ici.

Comprendre

Pour le fumeur qui souhaite arrêter de fumer un certain nombre de choses sont indispensables à comprendre. Toutes les drogues offrent deux versants de la dépendance : la dépendance physique et la dépendance psychologique. La dépendance physique se traduit par l’apparition de symptômes de sevrage à l’arrêt. Par exemple un alcoolique qui arrête brusquement l’alcool peut se sentir très anxieux, délirer et faire des crises d’épilepsie dont il peut mourir en l’absence de traitement. Il s’agit d’une drogue dure avec dépendance physique forte. L’héroïne ou la cocaïne présentent des dépendances encore plus fortes. Pour toutes ces drogues l’arrêt sans aide médicale est presque IMPOSSIBLE. Il faut se rappeler de cela et le comparer à la cigarette : les études montrent que la cigarette, via la nicotine principalement, a une dépendance physique PARTICULIÈREMENT FAIBLE, c’est en fait probablement une des drogues les plus douces au monde.

Mais alors pourquoi les fumeurs ont-ils tant de mal à arrêter de fumer ? Parce que si la dépendance physique au tabac est particulièrement faible, la dépendance psychologique est particulièrement forte. En effet, le fumeur est intimement persuadé que la cigarette le déstresse, comme des millions de gens. Il s’agit d’un phénomène culturel bien implanté. Et s’il décide d’arrêter les autres lui diront « et tu y arrives? Ça va? » lui insufflant un peu plus l’idée qu’il s’agit de quelque chose de difficile. En vérité si vous avez déjà fumé vous avez pu constater quelque chose : la cigarette ne déstresse que les fumeurs. Une personne non fumeuse ne trouve jamais que sa première cigarette est « bonne » ou « le déstresse ». En fait la nicotine entraîne des modifications du fonctionnement cérébral et les variations du taux de nicotine absorbée (on fume de manière discontinue) entraînent alors des symptômes de manque, qu’on ne peut voir que chez le fumeur chronique.

Il est donc important pour le fumeur d’intégrer qu’il fume une drogue douce, très facile à arrêter à la condition unique de se débarrasser de ses idées reçues. Voici quelques liens scientifiques pour s’en convaincre:

Arrêter de fumer diminue le stress

Les substituts nicotiniques inefficaces pour arrêter de fumer

Et comprendre comment fonctionne la manipulation psychologique concernant la cigarette sur LeMonde.fr : Les conspirateurs du tabac.

Une fois que de telles données sont bien intégrées, vous êtes prêt à arrêter de fumer.

Arrêter sans encombre

Quelques problèmes peuvent néanmoins se poser à l’arrêt du tabac. Premièrement vous devez vous débarrasser de la dépendance psychologique. Sur cette partie personne ne peut le faire à votre place. Vous devez avoir la sensation qu’on vous a pris pour un imbécile pendant des années et que vous voyez les choses sous un jour nouveau. Vous devez vouloir ne plus être dépendant d’une substance qui n’apporte rien à votre vie si ce n’est un teint pâle, des dents jaunes et des problèmes de santé (et bientôt de compte en banque). Cela doit être facile après avoir lu mes liens précédents.

Deuxièmement, vous devez savoir comment se passe l’arrêt de la cigarette et en particulier les conséquences de l’arrêt de la nicotine. La nicotine est une substance dite dopaminergique, elle prolonge les effets de la dopamine, un neurotransmetteur de l’éveil, de l’attention et anti-stress. Les fluctuations de la nicotine entraînent des fluctuations des effets de la dopamine. A l’arrêt, cette fluctuation cesse. On se retrouve alors fatigué, abattu, stressé, pendant quelques jours. C’est le temps pour que votre cerveau reprenne le contrôle et modifie la sensibilité de ses récepteurs à la dopamine pour que ceux-ci reviennent dans l’état initial avant la cigarette. Cette période dure de 2 jours à 10 jours selon les individus (en général, moins d’une semaine). Mais pas de panique, je vais vous expliquer comment ne pas ressentir ces effets! L’autre problématique de ce stress c’est que le geste de fumer était associé dans l’esprit à la détente. Si je ne fume plus, que faire pour calmer mes nerfs ? Beaucoup de personnes trouvent une solution : manger. Ils vont alors grossir. Ce n’est donc pas idéal. Il est important de savoir trouver des méthodes pour gérer son stress. C’est par exemple l’objectif de la cigarette électronique mais je vous la déconseille car elle entretient l’idée que la cigarette donne du plaisir inconsciemment. Chercher plutôt des choses simples : des techniques de respiration, le sport, téléphoner à une amie, boire un thé, etc. A vous de voir ce qui convient à votre mode de vie. Posez-vous la question : mais comment font les non fumeurs pour gérer le stress ? Êtes-vous si mauvais que vous n’y arrivez pas comme les autres ? Non, vous manquez simplement de technique et de réflexion !

Pour ne pas ressentir les effets de l’arrêt de la cigarette au niveau psychique et pour se débarrasser de ce produit facilement, voici ce que je conseille :

  • ZYMAD en flacon compte gouttes de 10 mL : vitamine D, au moins une semaine avant la date de l’arrêt, pris le matin. La dose est individuelle soit celle conseillée dans mon livre pour votre poids corporel.
  • MAGNEVIE B6: magnésium + vitamine B6, 1 à 6 comprimés par jour, répartis dans la journée, pris au cours des repas. La dose est à ajuster en fonction du ressenti du stress : 1 comprimé : peu de stress; 6 comprimés : beaucoup de stress. A commencer deux jours avant l’arrêt.
  • MILDAC 300 mg: il s’agit de millepertuis, une plante aux vertus antidépressives légères. Sans accoutumance et avec très peu d’effets secondaires (photosensibilisation au soleil principalement). Attention médicament en vente libre mais qui possède des contre-indications à voir sur la notice et notamment, peut diminuer l’effet de certains contraceptifs oraux, ne pas combiner avec un antidépresseur. A commencer une semaine avant l’arrêt, 1 comprimé matin, midi et soir.

Ces produits sont tous en vente libre en pharmacie. Bien entendu un tel traitement doit nécessiter l’avis de votre pharmacien ou médecin.

En conjonction avec une bonne alimentation cette méthode n’a jamais failli. Je vous souhaite donc bonne chance.

Lecture recommandée : Allen Carr : La méthode simple pour en finir avec la cigarette.

You may also like

27 Response Comments

  • Alexei  28 mars 2012 at 17 h 04 min

    Le mental les gars !!

    (2)
    Répondre
  • Adrien  22 janvier 2014 at 1 h 28 min

    Bonjour

    Tout d abord merci Julien pour votre site web.

    Je découvre ce site ce soir car je souhaitais me renseigner au sujet des additifs dangereux comme l aspartame et autre.

    J ai 25 ans et je souhaite vivre le plus longtemps possible même si la mort ne me fait pas peur. J ai perdu trop de proche a cause du cancer.

    Je suis fumeur depuis 8 10 ans. Je n ai pas pour projet d arrêter tout de suite car je me débarrasse actuellement du cannabis. mais quand le moment sera venu j utiliserai votre méthode.

    Le mental est plus important que tout je pense. Toujours se dire que si on est fort on arrête. Ma mère fumait 3 paquets de 20 par jour. C était clope sur clope. Elle a arrêté du jour au lendemain sans rien. Elle n a jamais refumé.

    Voilà c était un message juste pour vous remercier car votre site est vraiment bien fait et il a plus de valeur que tout autre car il concerne la vie.

    Longue vie a toutes et tous, lecteurs de julienvenesson.fr

    adrien

    (1)
    Répondre
  • LITZ  28 mars 2012 at 15 h 40 min

    Fumer est plus fort que tous les absolus

    (0)
    Répondre
  • Kevin  28 mars 2012 at 23 h 10 min

    C’est du mental, j’ai arrêté la clope, du jour au lendemain => 0. (fumeur pendant plusieurs années)
    D’ailleurs c’est mieux de tout arrêter d’un coup que d’en fumer en se disant « j’ai diminué » car on est en faite toujours dépendant.
    J’ai un nouveau plaisir le thé, ou un bon café pour se détendre.
    D’ailleurs la musculation me motive encore plus car je me dis que je bousille tout mes efforts.

    Julien, une question, tu conseils dans ton livre la prise de magnésium, en lisant cette article j’ai envie de prendre de la
    MAGNEVIE B6, est ce meilleur que le magne B6? ou est ce la même chose?

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  28 mars 2012 at 23 h 20 min

      Bonjour,
      Le MAGNEVIE B6 est un produit nouveau qui contient du citrate de magnésium contre du lactate de magnésium dans le MAGNE B6.

      (0)
      Répondre
  • layo41  30 mars 2012 at 17 h 51 min

    Pour ma part j’ai stopper il y’a 5-6 ans, du jour au lendemain, je n’avais plus envie tout simplement. Je fumais 2-3 paquets/semaines. Maintenant je « crapote » une fois tout les tremblements de terre, rien de plus, zen.

    Par contre j’avais pris quelques kilo, j’ai pourtant pas compenser par la bouffe.

    (0)
    Répondre
    • ambolik  21 février 2014 at 13 h 20 min

      Normal que tu aies pris sans même avoir augmenté la bouffe: la tabagisme augmente le métabolisme, et arrêter fait donc baisser le métabolisme: pour faire la même quantité d’efforts, le corps brûle moins de calories… moralité: quand on arrête, pour éviter la prise de poids, en plus de ne pas compenser l’arrêt des clopes par du grignotage, il faut penser à augmenter sa dépense calorique…

      (0)
      Répondre
  • Sébastien  8 avril 2012 at 16 h 17 min

    layo41 : normal pour la prise de poids, la nicotine booste le métabolisme et donc, même en s’alimentant de la même manière, on peut reprendre du poids par une baisse de l’activité métabolique

    (0)
    Répondre
  • seb  18 janvier 2013 at 13 h 17 min

    Bonjour julien.

    il n’y a malheureusement pas que ces facteurs addictifs. Après le sevrage de 8/10 jours de la nicotine intervient le sevrage des additifs contenus dans le tabac mais également dans le papier qui sont nettement plus chiant que la nicotine. C’est peut-être ça ce que certains appellent l’aspect psychologique.

    (0)
    Répondre
  • Julien V.  9 septembre 2013 at 21 h 37 min

    Bonjour,
    De quels compléments conseillés parlez-vous?

    (0)
    Répondre
    • Christiane  9 septembre 2013 at 21 h 47 min

      Pardon je me suis mal exprimée ; puis je ajouter Zimad, Magnevie B6 et Mildac 300 pour en finir avec le tabac ?

      (0)
      Répondre
      • Julien V.  9 septembre 2013 at 21 h 51 min

        Il n’y a pas de contre-indication connue entre ces éléments. Pensez à bien lire la notice du MILDAC qui contient du millepertuis et qui peut interagir avec de nombreux médicaments.

        (0)
        Répondre
  • Christiane  9 septembre 2013 at 22 h 07 min

    Oui. Merci+++

    (0)
    Répondre
  • mikh  11 juin 2014 at 14 h 59 min

    bonjour, cet article est intéressant mais pour la fatigue du sevrage ne serait-il pas mieux de remplacer le millepertuis par du rhodiola qui cible à la fois la dopamine et la sérotonine (ou du panax ginseng)?, de plus qu’elle est l’utilité de la vitamine d ds ce sevrage?

    (0)
    Répondre
  • Casper  9 mai 2012 at 19 h 05 min

    Combien de temps tu conseil de prendre les produits ? Après arrêt de la cigarette.

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  13 mai 2012 at 1 h 18 min

      On peut maintenir le ZYMAD toute l’année sauf en été. Le MAGNEVIE B6 peut aussi être maintenu ou pris régulièrement pour lutter contre le stress. On peut arrêter progressivement le MILDAC quelques semaines après l’arrêt de la cigarette quand on se sent prêt.

      (-1)
      Répondre
  • Nico  15 octobre 2013 at 12 h 34 min

    Bonjour,

    j’ai conseillé votre méthode à ma sœur car elle avait envie d’arrêter de fumer, elle l’a utilisée et ça a fonctionné. Seulement voilà, elle est venue me voir récemment en me disant que de temps en temps, pendant des périodes de stresse, elle avait envie de refumer.
    Petite subtilité, elle a arrêté le traitement au bout de 2 semaines.

    Est-ce que son envie de refumer est dû au fait qu’elle a arrêté votre méthode après seulement 2 semaines ?
    Peut-elle/Doit-elle reprendre votre méthode pour que cette envie disparaisse complémentement ?

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  15 octobre 2013 at 12 h 38 min

      Il faut la rassurer en lui expliquant qu’elle est sortie de la dépendance physique et que ses symptômes sont ceux de la dépendance psychologique. Une question à lui poser pourrait être : quand tu es stressée tu as envie de fumer mais quand quelqu’un qui n’a jamais fumé est stressé, qu’a-t-il envie de faire? Fait comme lui. Ce n’est en effet plus qu’une question d’habitude, il faut perdre les anciennes et les remplacer par de nouvelles.

      (0)
      Répondre
      • Nico  3 mai 2014 at 20 h 05 min

        Bonjour,

        merci pour la réponse ça l’a bien aidé et depuis elle n’a pas repris.

        Du coup j’en ai parlé à une amie et ça l’intéresse beaucoup sauf qu’elle a arrêté depuis le début de l’année mais elle reprend de temps en temps, en soirée bien souvent, en ne prenant que quelques lattes.
        Doit-elle commencer votre méthode comme si elle n’avait pas arrêté ?

        (0)
        Répondre
        • Julien V.  3 mai 2014 at 23 h 32 min

          C’est un peu différent car elle n’a plus aucune dépendance physique. Elle n’a pas besoin de prendre les compléments alimentaires.

          (0)
          Répondre
    • curtis  9 juillet 2014 at 0 h 25 min

      Je te conseille tout simplement « la methode facile pour arreter de fumer » de allen carr le meilleur bouquin pour arreter de fumer de tout les temps serieux ce livre en a changer plus d’1 moi le premier

      dailleur je soupconne julien v davoir « emprunter » pas mal de point de ce livre en voulant creer sa propre methode enfin bref je vous conseille tous le livre dallen carr 🙂

      (3)
      Répondre
      • Julien V.  9 juillet 2014 at 9 h 26 min

        Je conseille ce livre dans l’article, tu as peut-être lu trop rapidement, d’où ton jugement hâtif.

        (-4)
        Répondre
  • Mykee  28 mars 2012 at 15 h 12 min

    Il faut arrêter de diaboliser la cigarette et surtout le tabac en général. Fumer une clope n’est pas plus dangereux que de boire un verre d’alcool, par contre fumer 2 paquets par jour c’est aussi dangereux que de boire une bouteille de vodka par jour, tout est une question de modération.
    Je fume car j’aime l’odeur et le goût du bon tabac chaud: j’ai donc banni la cigarette au profit des cigarillos, cigares et pipes 100% tabac (contrairement aux clopes où il y a plein d’autres trucs) et je fume modérément. Ainsi je ne ressens pas de dépendance quand je dois m’arrêter de fumer 1 semaine ou 2 pendant les vacances ou une maladie.
    Si on revient aux origines du tabac et aux Indiens d’Amérique, on fumait pour apaiser les tensions sociales (le calumet de la paix) ou pour éloigner les mauvais esprits (sorciers, shamans), on est bien loin de la cigarette avec le petit café et de l’interventionnisme fascisant de l’état au nom des fumeurs passifs.
    Bref si vous fumez beaucoup, commencez par réduire votre consommation en vous fixant des objectifs atteignables (par exemple semaine 1 : moins de 10 clopes par jour; semaine 2 : moins de 8; semaine 3 : moins de 5 …) mais de grâce n’arrêtez pas du jour au lendemain, votre cerveau va vous envoyer des signaux de dépendance, au mieux vous allez refumer au pire vous allez reporter ce besoin de dépendance sur autre chose (par exemple vos médicaments palliatifs prescrit impunément par votre médecin qui sont plus puissants que la nicotine elle-même).
    Comme l’a dit Julien Venesson la nicotine est une drogue douce, si on veux s’en débarrasser pas besoin d’y aller comme un bourrin, un peu de bon sens et de modération suffisent.

    (-6)
    Répondre
    • Madaras  12 septembre 2012 at 8 h 29 min

      Une cigarette par jour n’est effectivement pas dangereuse, mais consommer une drogue qui n’a aucun effet à part celui de provoquer l’addiction n’a, à mon sens aucun intérêt. De plus réduire sa consommation ne fait que sacraliser de plus en plus le moment où l’on assouvit son manque. Pour arrêter, il faut juste ne plus fumer!

      (4)
      Répondre
  • Aurelien  29 mars 2012 at 14 h 26 min

    90 % des gens ont un mental trop faible…

    (-3)
    Répondre
    • Kevin  30 mars 2012 at 13 h 42 min

      Malheureusement nous n’avons pas tous un mental fort ou un physique fort, cause génétique, environnemental, nous ne choisissons pas toujours.
      Par contre il ne faut pas juger les autres car nous ne sommes pas Dieu ou nous ne sommes que des hommes avec notre rationalité limité.
      Accepter cette évidence et ne plus porter de jugement, juste de la compréhension, c’est faire preuve d’un très grand mental.

      PS : Après la compréhension vient l’action, d’où l’idée d’œuvrer pour le bien des autres.
      Par contre le monde est pleins de mensonges, pour s’investir il faut s’interroger sur les origine du pb, les solutions misent en place, les personnes qui y participent, les intérêts dégagés, les externalités etc…

      Je sais que quand je parle de ces choses je peut passer pour un fou ou encore un donneur de leçon, ce n’est pas mon but je n’ai rien a gagné.
      Quand j’aide physiquement des inconnus ( porter des valises ou sacs de personne en difficulté, aider une personne âgée a descendre les escaliers , pousser la voiture en panne d’un mec, donner de l’argent aux pauvres quand j’en ai, guider des gens égarés etc…) on me remercie.
      Quand je m’explique, l’intention est la même, c’est aider à la juste compréhension du monde, car je sais que l’homme est bon il suffit de le réveiller.

      (1)
      Répondre
      • jacky  28 septembre 2012 at 4 h 47 min

        Non tu n’es pas fou! Chez moi aider une vielle dame a traverser booste mon système immunitaire et m’empèche de penser à ce fléaut qui est la cigarette… Cela peut parraitre amusant mais les fais sont là! Je n’ai plus toucher une cigarette depuis plus de trois mois et je fais le bien tout autour de moi! Je pense que le principe de l’inconcient n’y est pas pour rien… Depuis lors je suis toujours a l’affut d’une « BA » afin d’assouvir ma nouvelle forme de dépendence. C’est quand même moins nocif que le mercure et le ziclon B présent dans la cigarette!

        (0)
        Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.