Articulations : faut-il choisir la glucosamine ou l’acétyl-glucosamine ?

Dans le domaine des compléments alimentaires pour la santé des articulations, que ce soit en prévention ou en traitement, plusieurs ingrédients sont populaires depuis le début des années 90, notamment du fait de leur efficacité, démontrée scientifiquement et observée par les utilisateurs : la glucosamine et la chondroïtine. La glucosamine était souvent vendue sous la forme de « glucosamine sulfate », une forme aux effets positifs bien documentés. Pourtant, depuis quelques années, on voit apparaître sur internet une « nouvelle » forme de glucosamine qui serait plus efficace : l’acétyl glucosamine, ou, de son nom complet : « N-acétyl-d-glucosamine ». Cette forme est-elle réellement plus efficace et plus intéressante que la glucosamine sulfate ? Faisons le point.

Ce qui disent les vendeurs à propos de l’acétyl glucosamine

Selon les vendeurs, l’acétyl glucosamine serait meilleure que la glucosamine sulfate car elle serait principalement :

  • Mieux absorbée
  • Plus efficace
  • Non-toxique

Ce que disent les études scientifiques à propos de l’absorption de l’acétyl glucosamine

Tout d’abord, avant de parler de l’acétyl glucosamine proprement dit, il est important de connaître l’état des données scientifiques concernant la glucosamine « classique ». A noter que je ne parlerais ici que de la glucosamine sulfate, personne ou presque n’utilisant aujourd’hui la glucosamine hydrochloride, car beaucoup moins efficace.

Concernant la glucosamine sulfate donc, il existe plusieurs études de pharmacologies. Ces dernières ont eu pour objectif de caractériser l’absorption de la glucosamine sulfate, son métabolisme (où va-t-elle) et son élimination (cette information permet de savoir à quelle fréquence il faut se supplémenter si on souhaite des effets maximaux).

En utilisant des marqueurs radioactifs et des prises de sang, les chercheurs ont ainsi pu démontrer que l’absorption de la glucosamine sulfate est excellente chez l’homme et très supérieure à ce qu’on observe chez des animaux comme les rongeurs ou les chiens. En moyenne, la quantité de glucosamine sulfate réellement absorbée après ingestion est, au minimum, de 88,7%, ce qui est effectivement très élevé.

Concernant son métabolisme, la glucosamine sulfate est rapidement distribuée au niveau des articulations, là où on a besoin qu’elle soit. Enfin, son élimination est plutôt lente, puisque sa demie-vie est d’environ 15 heures. Concrètement, cela signifie qu’une seule prise de glucosamine sulfate par jour permet en quelques jours d’atteindre de bons taux dans l’organisme qui se maintiennent facilement (1, 2).

Concernant maintenant l’acétyl-glucosamine, il n’existe pas d’étude sérieuse sur sa pharmacodynamie et aucune étude ayant comparé son absorption à celle de la glucosamine sulfate. Une petite étude Italienne a étudié l’absorption de l’acétyl glucosamine et de la glucosamine sulfate en se concentrant sur les intestins. Les chercheurs ont conclu que les deux molécules n’étaient pas absorbées de manière identique : par diffusion passive pour l’acetyl glucosamine et par transporteur pour la glucosamine sulfate. Cette différence d’absorption suggère donc que l’acétyl glucosamine est un peu plus rapidement absorbée que la glucosamine sulfate mais sans différence à terme (les effets de ce type de produits n’étant visibles qu’après plusieurs semaines de prise continue) (3).

Ce que disent les études scientifiques à propos de l’efficacité de l’acétyl glucosamine

Comme pour l’absorption, passons d’abord en revue les études sur les liens entre supplémentation en glucosamine sulfate et douleurs articulaires. Sur ce point, les études sont très nombreuses (plusieurs dizaines) et totalisent des données sur des milliers de patients. Globalement, la glucosamine est efficace contre les douleurs et l’inflammation articulaire mais sous réserve que la forme utilisée soit de la glucosamine sulfate : la glucosamine hydrochloride est peu ou pas efficace (4).

Concernant l’acétyl glucosamine, les études in vitro semblent indiquer que cette dernière est bien efficace pour limiter l’inflammation articulaire, mais de manière comparable à la glucosamine sulfate et non supérieure (5). In vivo (dans la « vie réelle »), très peu d’études ont été faites pour tester les effets de l’acétyl glucosamine. Une étude a comparé la supplémentation en acétyl glucosamine mélangée à la chondroïtine par rapport à un placebo et a trouvé des effets antidouleurs chez les patients ayant des problèmes de genoux mais l’étude ne permet pas de savoir si l’acétyl glucosamine pourrait être efficace seule car la chondroïtine est un ingrédient ayant déjà fait la preuve de son efficacité (6).

Une autre étude a comparé l’acétyl glucosamine par rapport à un placebo chez des adultes en bonne santé (sans problème articulaire). les chercheurs déclarent avoir observé un effet protecteur articulaire (mesuré par des marqueur du collagène) par rapport au placebo mais en l’absence de comparaison avec la glucosamine sulfate, impossible de dire si l’effet est supérieur ou non (7). L’état actuel des données scientifiques ne permet donc pas de dire que l’acétyl glucosamine est supérieur à la glucosamine sulfate.

Ce que disent les études scientifiques à propos de la toxicité de l’acétyl glucosamine

Les agences sanitaires de tous les pays du monde considèrent que la glucosamine sulfate est sans danger pour la santé. L’acétyl glucosamine étant constitué de glucosamine et d’un groupement acétyl, on peut supposer que cette innocuité s’applique aussi. Ni l’un ni l’autre ne sont donc toxiques.

Pourquoi y a-t-il actuellement une « promotion » pour l’acétyl glucosamine par rapport à la glucosamine sulfate ?

Tout simplement car, dans le domaine des compléments alimentaires, l’innovation est un moyen pour se démarquer de la concurrence. L’acétyl glucosamine est donc mise en avant car c’est un ingrédient plus récent. Mais, comme il est « nouveau », il est aussi vendu plus cher par ceux qui le fabriquent, ce qui permet d’augmenter leurs bénéfices : l’acétyl glucosamine coûte environ 8 fois plus cher que le sulfate de glucosamine ! Il n’y a pourtant aucune preuve de sa supériorité ! Concernant la prix que vous payez pour obtenir ce produit en tant que consommateur, il dépend du choix de marge que fait la marque chez qui vous l’achetez, mais il est généralement plus cher; en particulier si vous l’achetez seul en poudre.

Références : (1) Setnikar I, Rovati LC. Absorption, distribution, metabolism and excretion of glucosamine sulfate. A review. Arzneimittelforschung. 2001 Sep;51(9):699-725.

(2) Persiani S, Roda E, Rovati LC, Locatelli M, Giacovelli G, Roda A. Glucosamine oral bioavailability and plasma pharmacokinetics after increasing doses of crystalline glucosamine sulfate in man. Osteoarthritis Cartilage. 2005 Dec;13(12):1041-9.

(3) Tesoriere, G., Dones, F., Magistro, D. et al. Intestinal absorption of glucosamine and N-acetylglucosamine. Experientia (1972) 28: 770.

(4) Vlad SC, LaValley MP, McAlindon TE, Felson DT. Glucosamine for pain in osteoarthritis: why do trial results differ? Arthritis Rheum. 2007 Jul;56(7):2267-77.

(5) Scotto d’Abusco A, Cicione C, Calamia V, Negri R, Giordano C, Grigolo B, Politi L, Scandurra R. Glucosamine and its N-acetyl-phenylalanine derivative prevent TNF-alpha-induced transcriptional activation in human chondrocytes. Clin Exp Rheumatol. 2007 Nov-Dec;25(6):847-52.

(6) Tsuji T, Yoon J, Kitano N, Okura T, Tanaka K. Effects of N-acetyl glucosamine and chondroitin sulfate supplementation on knee pain and self-reported knee function in middle-aged and older Japanese adults: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Aging Clin Exp Res. 2016 Apr;28(2):197-205.

You may also like

24 Response Comments

  • Frugal  18 février 2018 at 11 h 13 min

    Bonjour, article intéressant, merci.
    Pour compléter, le produit Numove de nutriting à t’il du coup un intérêt avec le mélange de 4 substances actives ? on t’il vraiment des effets ?
    Cordialement.

    (8)
    Répondre
  • Arnaud  11 février 2018 at 17 h 10 min

    Merci Julien pour cet article.

    Que pensez de la glucosamine pour booster le système immunitaire, dans le cadre d’une infection comme lyme par exemple.

    Par avance merci.

    (2)
    Répondre
  • Lolo  14 février 2018 at 13 h 04 min

    Merci encore Julien pour cet article, je me posais la question justement et je trouvais l’acétyl très cher, le marketing a failli m’avoir…

    (0)
    Répondre
  • Rems  14 février 2018 at 13 h 18 min

    Bonjour et UN GRAND MERCI pour l’ensemble de vos articles et publications qui ont déjà grandement amélioré ma santé.
    En cas de prise de sulfate de glucosamine (en poudre et 100% pure), doit-on être vigilant sur son origine et sur certains points des certificats d’analyses (comme par exemple l’indice TOTOX pour les oméga 3)?
    Bien cordialement.

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  14 février 2018 at 13 h 34 min

      Idéalement il faut prendre de la glucosamine sulfate de potassium. Sinon rien de spécial.

      (1)
      Répondre
      • Agnès  18 février 2018 at 19 h 33 min

        Bonsoir Julien,
        Pourriez-vous me dire trouver de la glucosamine sulfate de potassium ?
        En pharmacie ? Sous quel nom de médicament ?
        ou sur internet ? Sur quel site ?
        Merci

        (0)
        Répondre
        • Julien Venesson  18 février 2018 at 19 h 36 min

          Sur internet, la plupart des marques de compléments alimentaires en vendent.

          (1)
          Répondre
  • cricri  15 février 2018 at 18 h 55 min

    Bonjour julien, quelle plaisir de lire tes articles à nouveau, faut’il prendre des glucosamine toute l’année ?

    (0)
    Répondre
  • Lolo  23 février 2018 at 13 h 18 min

    Bonjour, concernant la L-Carnitine , ils disent que la forme tartrate de L-carnitine est supérieure à la forme acétyl-L-carnitine , c’est encore du pipo ? merci

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  24 février 2018 at 10 h 34 min

      Bonjour, des fois on lit aussi l’inverse; cela dépend du vendeur 🙂 En réalité les deux formes sont très bien absorbées mais ont des effets un peu différents donc le choix de l’un ou de l’autre dépend de la raison pour laquelle on en prend.

      (0)
      Répondre
      • Lolo  2 mars 2018 at 18 h 07 min

        Merci pour ta réponse. J’aimerais en prendre plutôt pour la musculation.
        Quelle forme serait la meilleure dans cette optique ?

        J’ai lu dans ton livre 3 effets potentiels :
        1/ diminution du catabolisme et meilleure récupération
        2/ amélioration des performances intellectuelles et mémoire (plutôt pour les personnes âgées à priori)
        3/ amélioration des problèmes cardiaques

        Peux-tu préciser pour ces 3 bienfaits quelle est la forme à privilégier ?

        Merci encore pour ta disponibilité et vivement ton prochain livre 😉

        (0)
        Répondre
  • Victor  24 février 2018 at 11 h 19 min

    Bonjour Julien.
    Quel dosage conseille tu ?
    Est-ce utile dans prendre en prévention ?

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  24 février 2018 at 12 h 34 min

      Au moins 1000 mg par jour. Oui c’est utile en prévention.

      (0)
      Répondre
  • Y  9 mai 2018 at 3 h 35 min

    Bonjour,

    Que penser des études citées par Nutrimuscle dans la description de ses produits, indiquant non seulement une complémentarité entre acétyl-glucosamine et chondroïtine d’une part, mais aussi avec le peptan pour une protection globale ? Sainte Trinité ?

    Merci et bonne continuation 😉

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  9 mai 2018 at 8 h 09 min

      Bonjour, je ne sais pas je n’ai jamais vu de tells études. Auriez-vous un lien à me fournir pour que je regarde ?

      (0)
      Répondre
      • Y  10 mai 2018 at 1 h 30 min

        La N-ACÉTYLGLUCOSAMINE possède un effet régénérateur supérieur

        Comme nous venons de le voir, les glucosamines classiques sont surtout efficaces pour ralentir les processus de dégénérescence articulaire.

        Mais, ce que le sportif recherche avant tout, ce n’est pas de réduire le rythme de dégradation articulaire, c’est un supplément qui accélère la régénération des cartilages donc l’anabolisme articulaire afin de récupérer plus vite entre deux entraînements.

        Sur ce point, les recherches ont montré que le sulfate de glucosamine et l’hydrochlorate de glucosamine étaient tous deux de bons inhibiteurs du catabolisme articulaire (1).

        Malheureusement, ils amoindrissent aussi l’anabolisme, c’est-à-dire la réparation des articulations (1).
        Il s’agit d’une action de fond puisque ces deux formes de glucosamine inhibent l’activité des gènes responsables de la synthèse des cellules cartilagineuses (2).

        De toutes les glucosamines, seule la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE est capable d’accélérer l’anabolisme des cartilages donc la récupération articulaire (1 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8).

        Les recherches montrent que la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE augmente de 40% la vitesse de régénération des cartilages alors que les autres glucosamines ralentissent l’anabolisme (1).

        Il s’agit d’un avantage majeur, surtout chez le sportif qui recherche avant tout la régénération plus que l’inhibition de la dégradation. Cependant, tout comme les autres glucosamines, la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE produit également un effet anti-inflammatoire bénéfique pour la santé et l’intégrité articulaire (5 – 9).

        Ce qui fait la supériorité de la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE sur les autres formes de glucosamine, est que la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE est le précurseur direct des glycosaminoglycanes et de l’acide hyaluronique.

        Les glucosamines classiques ne sont que des précurseurs indirects qui doivent, tout d’abord, être convertis en N-ACÉTYLGLUCOSAMINE avant de servir de matière première aux GAG et à l’acide hyaluronique. Cette conversion étant très limitative, elle explique pourquoi la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE est plus efficace que la glucosamine. La N-ACÉTYLGLUCOSAMINE bénéficie d’une meilleure absorption

        Contrairement aux glucosamines classiques qui sont plus efficaces en injection qu’en prise orale, la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE Nutrimuscle est plus puissante en prise orale qu’en injection.

        Chez l’animal, après une prise orale équivalente de sulfate de glucosamine et de N-ACÉTYLGLUCOSAMINE on retrouve trois fois plus de N-ACÉTYLGLUCOSAMINE dans les articulations que de sulfate de glucosamine (10 – 11).

        Ceci est normal, car le rythme de conversion de la glucosamine en N-ACÉTYLGLUCOSAMINE est très lent et donc limitatif.

        En prenant directement de la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE, on augmente tout de suite le niveau de ce précurseur des GAG dans les articulations. La N-ACÉTYLGLUCOSAMINE Nutrimuscle renferme 80% de glucosamine contre seulement 60% pour le sulfate de glucosamine. On est donc obligé de consommer plus de sulfate de glucosamine pour obtenir l’équivalent en glucosamine de ce qu’apporte la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE Nutrimuscle.

        Il s’agit d’un fait dont il faut tenir compte lorsque l’on compare les prix des différentes formes de glucosamines.

        (1) Uitterlinden EJ. Glucosamine reduces anabolic as well as catabolic processes in bovine chondrocytes cultured in alginate. Osteoarthritis Cartilage. 2007 Nov;15(11):1267-74.
        (2) Uitterlinden EJ. Glucosamine decreases expression of anabolic and catabolic genes in human osteoarthritic cartilage explants. Osteoarthritis Cartilage. 2006 Mar;14(3):250-7.
        (3) Shikhman A R. Chondroprotective activity of N-acetylglucosamine in rabbits with experimental osteoarthritis. Ann Rheum Dis 2005;64:89-94
        (4) GREVENSTEIN J. Cartilage changes in rats induced by papain and the influence of treatment with N-acetylglucosamine. Acta orthopaedica belgica 1991, vol. 57, no2, pp. 157-161
        (5) Talent JM. Pilot study of oral polymeric N-acetyl-D-glucosamine as a potential treatment for patients with osteoarthritis. Clin Ther. 1996 Nov-Dec;18(6):1184-90.
        (6) Tamai Y. Enhanced healing of cartilaginous injuries by N-acetyl-d-glucosamine and glucuronic acid. Carbohydrate Polymers Volume 54, Issue 2, 1 November 2003, Pages 251–262
        (7) Serpi M. Novel phosphoramidate prodrugs of N-acetyl-(D)-glucosamine with antidegenerative activity on bovine and human cartilage explants. J Med Chem. 2012 May 24;55(10):4629-39.
        (8) McGuigan C. Phosphate prodrugs derived from N-acetylglucosamine have enhanced chondroprotective activity in explant cultures and represent a new lead in antiosteoarthritis drug discovery. J Med Chem. 2008 Sep 25;51(18):5807-12.
        (9) Shikhman AR. N-Acetylglucosamine Prevents IL-1ß-Mediated Activation of Human Chondrocytes. The Journal of Immunology April 15, 2001 vol. 166 no. 8 5155-5160
        (10) Setnikar I. Absorption, distribution and excretion of radioactivity after a single IV or oral administration of [14C] to the rat. Pharmatherapeutica (1984)3: 538-550
        (11) Shoji A. Metabolic Disposition of [14C] N-Acetylglucosamine in Rats. Chitin and Chitosan Research (1999) 5 (1) : 43 – 42.

        Que choisir : glucosamine, chondroïtine ou les deux ?

        Si vous ne deviez ne choisir qu’un seul supplément articulaire pour des questions de budget, nous recommanderions la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE Nutrimuscle sur tous les autres compléments. Mais, dans ce cas, votre protection articulaire ne serait pas totale comme nous allons le voir.

        On s’est longtemps demandé si la glucosamine et la chondroïtine ne faisaient pas double emploi en agissant par des mécanismes d’action similaires. Dans ce cas, il serait inutile de les prendre toutes les deux !

        Mais des recherches récentes effectuées directement sur les gènes montrent que la glucosamine et la chondroïtine agissent de manière différente et complémentaire sur les articulations. Il se crée donc une synergie entre ces deux protecteurs articulaires ; ce qui explique qu’il est préférable de les utiliser ensemble plutôt que séparément (10 – 11 – 12).

        La pharmacoprotéomique est une science qui analyse l’influence d’une molécule (complément alimentaire, médicament, …) sur nos gènes afin d’en déterminer son mode d’action et de prédire ses éventuels effets secondaires.

        Pour ce faire, des personnes ont utilisé soit de la glucosamine soit de la chondroïtine ou les deux à la fois. L’activité de leurs gènes dans les cartilages articulaires a été mesurée avant et après cette prise.

        L’activité de plus d’une trentaine de gènes est modifiée par soit la glucosamine soit par la chondroïtine (13).
        Certains voient leur activité croître comme ceux chargés de la réparation des cartilages, d’autres diminuer comme ceux activant la destruction des cartilages.

        La glucosamine agit surtout sur les gènes réparateurs alors que la chondroïtine se charge plus de procurer de l’énergie à ces gènes réparateurs et diminue ceux qui accélèrent la destruction des cartilages (16).

        Ainsi, nous pouvons donc dire que :
        – La N-AcétylGlucosamine favorise essentiellement la réparation des cartilages tout en diminuant légèrement le catabolisme.
        – La chondroïtine atténue surtout le catabolisme des cartilages tout en stimulant légèrement leur régénération.

        Il y a donc une complémentarité d’action entre les deux suppléments : l’un est anabolique pour la N-AcétylGlucosamine, l’autre est anti-catabolique pour la chondroïtine.

        Mais l’étude va plus loin en montrant que certains gènes n’ont été activés qu’en présence de glucosamine + chondroïtine uniquement, mais pas avec un seul des deux suppléments utilisés de manière isolée ce qui prouve la synergie entre ces deux molécules ; chacune complémentant l’autre (13).

        C’est ce que démontre, concrètement, l’étude suivante :
        Durant 24 semaines, des patients souffrant du genou ont reçu soit :
        – 1,2 g de sulfate de chondroïtine.
        – 1,5 g de glucosamine
        – 1,2 g de chondroïtine + 1,5 g de glucosamine (14).

        Parmi les personnes qui souffraient le plus, la douleur a été réduite chez :
        – 48 % des patients sous placebo.
        – 58 % des patients sous chondroïtine.
        – 66 % des patients sous glucosamine
        – 75 % des patients sous chondroïtine + glucosamine

        Les résultats d’autres études médicales montrent aussi une complémentarité de la chondroïtine et de la glucosamine avec les oméga 3 (15).

        (10) Zhang YX. Effects of chondroitin sulfate and glucosamine in adult patients with Kaschin-Beck disease. Clin Rheumatol. 2010 Apr;29(4):357-62.
        (11) Tat SK. Chondroitin and glucosamine sulfate in combination decrease the pro-resorptive properties of human osteoarthritis subchondral bone osteoblasts: a basic science study. Arthritis Res Ther. 2007;9(6):R117.
        (12) Lippiello L. Collagen Synthesis in tenocytes, ligament cells and chondrocytes exposed to a combination of Glucosamine HCl and chondroitin sulfate. Evid Based Complement Alternat Med. 2007 Jun;4(2):219-24.
        (13) Calamia V. Pharmacoproteomic study of the effects of chondroitin and glucosamine sulfate on human articular chondrocytes. Arthritis Research & Therapy 2010, 12:R138 ;
        (14) Clegg DO.Glucosamine, chondroitin sulfate, and the two in combination for painful knee osteoarthritis. N Engl J Med. 2006 Feb 23;354(8):795-808.
        (15) Jerosch J. Effects of Glucosamine and Chondroitin Sulfate on Cartilage Metabolism in OA: Outlook on Other Nutrient Partners Especially Omega-3 Fatty Acids. Int J Rheumatol. 2011; 2011: 969012.
        (16) Calamia V. Secretome analysis of chondroitin sulfate-treated chondrocytes reveals its anti-angiogenic, anti-inflammatory and anti-catabolic properties. Arthritis Research & Therapy 2012, 14:R202.

        (0)
        Répondre
        • Julien Venesson  10 mai 2018 at 8 h 55 min

          Bonjour, les seules études citées concernent le mélange glucosamine sulfate ou hydrochloride + chondroïtine sulfate et non le mélange acetylglucosamine + chondroïtine. Et la plupart des études citées sont des études sur des cultures cellulaires ou sur des souris. Ce genre d’études sont faites par les chercheurs pour établir des mécanismes biologiques mais pas pour en tirer des conclusions directes sur les effets humains. A noter aussi que certaines études ne sont pas citées. Par exemple, il existe deux méta-analyses (chez l’homme) qui montrent que la chondroïtine et la glucosamine n’ont pas d’actions synergiques réelles. Rien ne sert donc de les mélanger. Il suffit de prendre de la glucosamine à bonne dose (et ça revient moins cher) : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12860572 et https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10732937
          Globalement la plupart des vendeurs de compléments alimentaires conseillent toujours de prendre un maximum de leurs produits et ce n’est pas forcément basé sur la science mais plutôt sur le marketing et le commerce.

          (0)
          Répondre
          • Y  11 mai 2018 at 2 h 30 min

            Rien de tel, qu’une dose de vérité ! En parlant de ça, le dosage de chondroïtine ou de glucosamine est-il fixe ou doit-il être adapté dans la durée et/ou le besoin ? Pour la glucosamine, tu suggères au moins 1000 mg ( vu plus haut), non ? Qu’en est-il pour la chondroïtine ?

            Merci. Bonne journée 🙂

            (0)
          • Julien Venesson  11 mai 2018 at 10 h 07 min

            Je ne conseille pas de prendre les deux puisque les études montrent que l’efficacité est comparable et ne s’additionnent pas.

            (0)
  • Y  10 mai 2018 at 2 h 09 min

    Il est rare de connaître le nom des fournisseurs des matières premières des suppléments que l’on consomme. Pourtant, c’est primordial afin de s’assurer de la traçabilité du produit.

    Chez Nutrimuscle, nous n’utilisons que des peptides de collagène de très haut de gamme dont la qualité est garantie par le leader mondial en matière de gélatine et d’hydrolysats de collagène : le groupe Hollandais ROUSSELOT© certifié HACCP et ISO9001. Il est spécialisé dans cette branche depuis 1891.

    En effet, ce qui nous importe prioritairement, c’est la qualité des matières premières, votre santé et les résultats que vous obtiendrez en utilisant nos suppléments nutritionnels.

    Le Peptan® 2000 Daltons est un supplément breveté, fabriqué suivant des standards pharmaceutiques. Il ne s’agit donc pas d’une copie, d’un générique ou d’une contrefaçon synthétisée par des inconnus.

    La traçabilité des matières premières qui rentrent dans la composition du Peptan® 2000 Daltons est totale. Tous les lots de Peptan® 2000 Daltons sont testés afin de s’assurer qu’ils ne contiennent ni métaux lourds ni bactéries pathogènes. Le Peptan® 2000 Daltons est un peptide de collagène de type 1 comme celui qui se trouve dans les tissus humains.

    Il s’agit d’un hydrolysat pur contenant plus de 97% de protéines, issu de collagène provenant de la peau de bœuf.

    Que choisir ? COLLAGÈNE PEPTIDE, N-ACÉTYLGLUCOSAMINE ou CHONDROÏTINE ?

    Des trois suppléments de protection articulaire, le COLLAGÈNE PEPTIDE Nutrimuscle est le plus universel, car il renferme les acides aminés qui composent les cartilages et les tendons ainsi que de la glucosamine et de la chondroïtine. Contrairement aux deux autres suppléments, le COLLAGÈNE PEPTIDE Nutrimuscle va agir sur les articulations et les tendons alors que la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE et la CHONDROÏTINE SULFATE réparent essentiellement les articulations.

    Pour les personnes qui sont allergiques aux fruits de mer, COLLAGÈNE PEPTIDE Nutrimuscle est idéal, car contrairement à la glucosamine, il ne s’agit pas d’un extrait de crustacé. Le COLLAGÈNE PEPTIDE Nutrimuscle peut donc être utilisé sans problème.

    Si l’on désire cibler les articulations uniquement, l’idéal reste la N-ACÉTYLGLUCOSAMINE, renforcée, si votre budget vous le permet, par la CHONDROÏTINE SULFATE.

    Cependant, pour une protection totale, il est préférable de combiner COLLAGÈNE PEPTIDE Nutrimuscle + N-ACÉTYLGLUCOSAMINE + CHONDROÏTINE SULFATE afin d’agir en profondeur à la fois sur les tendons ainsi que sur les articulations. Il s’agit, dans ce cas, d’un trio cohérent fonctionnant en synergie parmi lesquels aucun supplément ne fait double emploi.

    Conclusion, que prendre ?

    La mise en garde contre le collagène est-elle justifiée dans ce cas.

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  10 mai 2018 at 9 h 16 min

      Si on regarde le site du fabriquant du Peptan (https://www.peptan.com/) on peut lire que ce produit est fabriqué à partir de bœuf et/ou de poisson et/ou de porc. On lit aussi que ces animaux viennent « préférentiellement » d’aquacultures certifiées « ASC » ou d’élevages élevés à l’herbe. Tout d’abord, une aquaculture même certifiée reste un immense bassin dans lequel des poissons grandissent entassés les uns sur les autres et nourris avec des farines. De plus, le terme « préférentiellement » n’est pas une garantie; ce qui signifie qu’il y a occasionnellement ou très souvent (on ne le sait pas du fait du manque de transparence) recours à des extraits animaux en provenance d’élevages encore plus intensifs. Encore une fois c’est pourquoi je recommande plutôt la glycine : https://www.julienvenesson.fr/faut-il-se-supplementer-en-glycine-ou-en-collagene/

      Il n’y a aucune garanti sur la provenance de l’animal.

      (0)
      Répondre
  • Y  12 mai 2018 at 1 h 36 min

    L’un ou l’autre, j’avais compris. Cependant, il faut finir les pots même séparément.

    (0)
    Répondre
  • july  13 juin 2018 at 11 h 22 min

    Bonjour Julien , avez vous un avis sur ce produit?
    J’hesite….
    Pour info 35 ans et une déchirure du labrum de la hanche (et refus d’une opération 🙂 ) donc je suis a la pêche de méthodes alternatives et naturelles 🙂 en vous remerciant…
    https://www.glucosamine.com/fr/arthro-5

    (0)
    Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.