Certains vaccins pourraient accélérer la propagation des virus dont ils sont censés protéger

Depuis que le gouvernement a décidé de mettre en place les 11 vaccins obligatoires, pas un jour ne se passe sans qu’une actualité publiée dans les grands médias ne nous alerte sur la recrudescence d’un virus ou d’une bactérie pour lequel un vaccin est disponible. Ces articles indiquent toujours une seule cause au problème : le manque de couverture vaccinale. Mais est-ce vrai ou s’agit-il d’une « fake news » ? Que dit la science sur le sujet ?

Eh bien, justement, les données scientifiques sont loin d’être si claires. Pire, des travaux de plus en plus nombreux et sérieux remettent en question les méthodes de fabrication de certains vaccins : dans certains cas, ils protégeraient certes la personne vaccinée mais tout en accélérant la propagation du virus par rapport aux personnes non vaccinées.

La dernière étude en date sur le sujet a été publiée début 2018 dans la revue scientifique internationale Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America et s’est intéressée au virus de la grippe saisonnière. Initialement, l’objectif de l’étude n’était que d’étudier plus en détail les méthodes de transmission du virus mais les chercheurs ont découvert fortuitement que les personnes vaccinées rejetaient nettement plus de particules virales dans l’air, ce qui les rendraient donc plus contagieuses que les personnes non vaccinées ! A ce stade, les chercheurs ne savent pas expliquer ces résultats mais plutôt que de balayer les résultats de ces travaux d’un revers de la main, il serait utile de se poser des questions… Et de mener d’autres études plus approfondies sur le sujet.

Car cette anomalie ne semble pas être une exception : déjà en 2014 et 2015, des chercheurs s’étaient intéressés à la résurgence de la coqueluche qu’on observe dans de plusieurs pays. La coqueluche peut être fatale chez les nourrissons, c’est pourquoi la vaccination est fortement conseillée. Lorsque les parents sont réticents à vacciner leur nouveau-né, certains médecins appliquent la technique du cocooning : la bactérie Bordetella pertussis se transmettant par la salive, il s’agit de vacciner l’entourage proche du nourrisson (parents, frères et sœurs, nounou) pour qu’ils ne le contaminent pas. Mais malgré cette pratique, la coqueluche semble faire de la résistance.

Pour les chercheurs, la cause serait la modification de la technique utilisée pour fabriquer les vaccins :
alors qu’on utilisait initialement une bactérie fortement atténuée jusque dans les années 90, on utilise
aujourd’hui quelques protéines de surface du virus. Cette modification a permis une baisse des effets
secondaires mais aussi probablement une baisse d’efficacité : les études faites sur des modèles animaux montrent que ces nouveaux vaccins seraient efficaces pour neutraliser les symptômes de la rougeole mais pas pour empêcher la propagation de la bactérie ! Or, puisqu’elles n’ont aucun symptôme, les personnes vaccinées n’ont pas conscience qu’elles sont porteuses de la bactérie et… contaminent ainsi leur entourage.

Avoir des doutes et poser des questions sur les vaccins semble donc plus que jamais légitime, en particulier quand on regarde la question sous l’aspect financier, avec les conflits d’intérêts qui vont avec.

Références : Althouse BM, Scarpino SV. Asymptomatic transmission and the resurgence of Bordetella pertussis. BMC Med. 2015 Jun 24;13(1):146. Warfel JM, Zimmerman LI, Merkel TJ.

Acellular pertussis vaccines protect against disease but fail to prevent infection and transmission in a nonhuman primate model. Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Jan 14;111(2):787-92.

Yan J, Grantham M, Pantelic J, Bueno de Mesquita PJ, Albert B, Liu F, Ehrman S, Milton DK; EMIT Consortium. Infectious virus in exhaled breath of symptomatic seasonal influenza cases from a college community. Proc Natl Acad Sci U S A. 2018 Jan 30;115(5):1081-1086.

You may also like

One Response Comment

  • Marie André  15 mai 2018 at 17 h 57 min

    Je confirme le harcèlement de Cell’inove, qui m’a définitivement détournée de leurs produits et de lire certaines publications.

    (0)
    Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.