Comment donner la meilleure alimentation à son chat ?

Comme les humains, les chats sont de plus en plus malades : surpoids, diabète, maladies rénales, cancers… Alors à qui la faute ? Est-ce un problème d’alimentation ou cela provient-il d’autre chose ?

Pour savoir si nous donnons une bonne alimentation à nos chats, et pour savoir comment leur donner la meilleure alimentation, c’est simple, il suffit de connaître l’évolution du chat au cours du temps et de comparer les caractéristiques nutritionnelles qui permettent au chat de survivre sans l’aide de l’homme à celles que nous lui offrons lorsqu’il vit avec nous.

Mais d’où viennent les chats ?

Le chat domestique (felis silvestris catus) est un mammifère carnivore de la famille des félidés, de petite taille et généralement velu (le chat de race “Sphynx” est un mutant sans poil). Il est, avec le chien, l’animal de compagnie le plus rependu et le plus populaire, entretenant avec l’homme un rapport particulier depuis sa domestication il y a plus de 8000 ans.

Les félidés sont des animaux carnivores, qui sont apparus sur Terre il y a au moins 25 millions d’années. On retrouve dans cette famille le Lion, le Tigre, la Panthère ou le Jaguar. On ne sait pas exactement à quel niveau se trouve Akuma, comme l’indique la photo ci-dessous :1896810_287936814696541_8081131_n

 

Le fait que les félidés soient carnivores est une notion scientifique parfaitement admise qui ne souffre d’aucune controverse. Cela s’explique par des caractéristiques morphologiques marquées qui ne laissent pas de place à la discussion. La mâchoire et la dentition tout d’abord, que vous pouvez toucher avec vos doigts est caractéristique : on observe quatre canines longues utilisées pour la mise à mort lors de la chasse. Leur taille est modeste chez le chat mais certains félidés ont des canines pouvant atteindre plus de 15 centimètres. Les incisives (petites dents de devant) servent à arracher les poils ou les plumes et la viande des os. Plus au fond de la mâchoire on trouve les molaires qui sont peu développées car les félins mâchent peu, ils déchiquètent. Cet aspect est confirmé par le tranchant de deux molaires particulières qu’on appelle “les carnassières”. Le nom est plutôt explicite !

Au niveau du tube digestif on constate chez les félidés un tube digestif très court. Un tube digestif long serait en effet un désavantage majeur pour la survie avec une augmentation très importante du risque de décès par contamination bactérienne alimentaire (avec un système digestif court et donc un transit rapide, les félidés évitent les intoxications alimentaires en mangeant de la viande crue)

Les caractéristiques communes entre les différents félins sont le témoignage d’une évolution biologique proche. En effet, les chats, comme tous les mammifères carnivores, descendent d’un ancêtre commun qui a évolué des miacidés, petits carnassiers forestiers qui vivait il y a 66 à 33 millions d’années. Il y a environ 30 millions d’années les miacidés ont donné naissance au proailurus qui sont considérés comme étant les premiers « vrais chats » (1). Les informations sur ces derniers sont néanmoins parcellaires : les milieux tropicaux dans lesquels ils évoluaient n’offrant pas une bonne conservation des fossiles, ils rendent difficile la compréhension et la documentation de leur mode de vie.

Différences entre chat domestique et chat sauvage ?

Les toutes premières découvertes paléontologiques montrent l’existence de foyers de domestication du chat en Égypte plus de 2000 ans avant notre ère. Cependant, des études archéologiques datant de 2004 ont permis de mettre à jour une tombe vieille de 7500 ans avant Jésus Christ sur l’île de Chypre dans laquelle des restes humains côtoyaient ceux d’un chat. Or le chat n’est pas natif de l’île Chypriote. Sa présence est dû à l’action humaine qui l’a volontairement installé sur place. Ceci indique que la domestication du chat a débuté entre 8 000 et 10 000 ans avant notre ère dans le croissant fertile (Israël et pays avoisinants).

Cette date coïncide avec la mise en place et le développement de l’agriculture. La théorie la plus probable est qu’avec l’avènement des récoltes, l’homme a du stocker les ressources qu’il avait cultivé. Or, celles-ci étaient la cible de nuisibles comme les rats et les souris dont le chat est le prédateur naturel. Ces derniers ont alors été « tolérés » progressivement à proximité des campements humains dans le but de protéger les moissons. Il en résulte une domestication progressive du chat qui a peu à peu divergé du chat sauvage via une sélection naturelle : les chats les plus sociables se sont ainsi retrouvés avec un avantage substantiel en terme de survie car on imagine aisément que les humains avec qui ils vivaient ont commencé à les nourrir régulièrement.

Les premiers chats domestiques étaient donc des carnivores strictes, exactement comme les chats sauvages dont nous avons parlé plus haut. Sans viande, ils ne pouvaient espérer ni survivre ni prospérer. Mais qu’en est-il aujourd’hui ?

Le chat domestique : une pure création humaine

Mais qu’en est-il de nos chats domestiques d’aujourd’hui ? Après tout, n’est-il pas possible que leurs besoins alimentaires ai évolué lors des 10 000 dernières années, notamment avec le changement de vie radical  qu’ils ont alors connu en passant de la vie sauvage à la domestication ? Quelles informations peut nous apporter la science moderne ?

Des analyses génétiques ont démontré que l’ADN des chats domestiques modernes est proche de celui du chat sauvage d’Afrique (Felis silvestris lybica) (2). Pour preuve, malgré les changements génétiques amenés par la domestication, les chats domestiques peuvent toujours se reproduire avec le chat sauvage d’Afrique. Des hybridations sont d’ailleurs réalisées par les hommes dans un but esthétique pour donner aux chats de compagnie une apparence plus exotique. Ces hybridations ont donné naissance aux races de chats que nous connaissons aujourd’hui. Akuma, par exemple, est un Scottish Fold, il possède un gène récessif mutant qui lui confère des oreilles de petite taille et repliées. Comme beaucoup de races, le Scottish est parfois victime de graves maladies, à cause des hybridations qui appauvrissent le génome du chat. Dans le cas des Scottish, certains d’entre eux développent une grave maladie osseuse qui se solde souvent par la mort.

Akuma-01

Cet appauvrissement du génome a également lieu de par le nouveau mode de vie du chat : de moins en moins indépendant, celui-ci passe de plus en plus de temps à l’intérieur et certains chats sont même exclusivement des chats d’appartement. Concrètement, ces chats ont perdu avec le temps leurs extraordinaires capacités d’orientation naturelles. Si bien que si on les fait sortir dehors, ils ne vont jamais très loin. Leur caractère est également moins téméraire.

Certains vétérinaires estiment que la domestication du chat a entraîné une modification de la taille de son tube digestif qui serait devenu plus long, ce qui lui permettrait d’avoir une alimentation distincte de celle du chat sauvage. Il n’existe à ce jour pas de preuve scientifique d’une telle modification. Si une telle mutation était en court, elle n’en serait qu’à ses balbutiements car il faut plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’années de mutations pour qu’un système digestif se modifie en profondeur au cours de l’évolution, tout du moins si on en juge par nos connaissances sur les autres êtres vivants.

Nos compagnons félins partagent donc nombre de caractéristiques physiques et physiologiques avec le chat sauvage d’Afrique : les deux espèces ont des besoin nutritifs semblables.

Comment mange le chat sauvage ?

Felis silvestris lybica existe toujours à l’état sauvage. On le retrouve dans les savanes et les déserts d’Afrique et de la péninsule Arabique. C’est un chasseur nocturne solitaire qui se nourrit principalement de petits mammifères. Quand l’opportunité se présente, il mange également du poisson, des oiseaux, des reptiles, des amphibiens (grenouilles…) ainsi que des insectes. Le chat sauvage d’Afrique a donc un régime alimentaire très riche en protéines par le biais de viandes maigres. Mangeant ses proies dans leurs ensembles, il dispose également d’apports intéressants en vitamines A, B (B2, B6, B9 et B12) et en sels minéraux (fer) de part les abats ainsi que du calcium et du phosphore via les os qu’il est amené a lécher, mâcher et avaler quand ils sont de petites tailles.

On constate aussi, chez le chat sauvage comme domestique, qu’il avale régulièrement de petites quantités de végétaux comme l’herbe ou les feuilles. Deux hypothèses expliquent ce comportement : d’une part les fibres des végétaux accélèrent le transit, ce qui est un avantage pour un animal carnivore comme nous l’avons vu plus haut; et d’autre part les fibres permettraient également d’attraper au passage les poils présents dans le tube digestif, que le chat accumule lorsqu’il se lave en se léchant, une activité à laquelle il passe beaucoup de son temps.

Que sont les « sous-produits animaux » ?

Avez-vous jeté un œil à la composition des croquettes que vous donnez à votre chat ? Si vous les achetez en supermarché, la composition est toujours plus ou moins sensiblement la même. Je prends ici la composition des croquettes Purina One Adulte au poulet, qui jouissent d’une bonne réputation : Farine de poulet 26% min. – Maïs entier – Blé entier – Gluten de maïs – Co-produits de poulet – Riz 4% min. – Graisse animale – Farine de soja – Poudre d’œuf – Farine de malt (3).
Les autres ingrédients sont des additifs : vitamines diverses, oligoéléments.

Le premier point qui interpelle est : que sont donc les farines de poulet et co-produits de poulet, aussi souvent appelés “sous-produits de poulet” ? Pourquoi ne pas indiquer tout simplement “poulet” ou “viande de poulet” ?

C’est la commission Européenne qui nous donne la réponse. En effet, voici ce que sont les co-produits ou sous-produits animaux, d’après la loi Européenne à laquelle se conforme les fabricants : « Les sous-produits animaux sont les parties non directement consommées par l’être humain des animaux abattus; ils incluent également les bêtes mortes dans les exploitations et les déchets de cuisine et de table (soit les déchets alimentaires provenant des restaurants, des établissements de restauration et des cuisines) qui contiennent des produits carnés, cuits ou crus, ou ont été en contact avec ceux-ci. » (4)

En clair, les sous produits animaux sont les restes des déchets alimentaires qu’il est impossible de réutiliser normalement. Ils regroupent les viandes d’animaux trop jeunes (dont les fœtus), des viandes présentant diverses lésions comme des lésions parasitaires, des viandes périmées, des viandes ayant subit des pollutions chimiques ou biologiques ou bien encore des viandes d’animaux malades.

Le problème est que ces sous-produits animaux sont très toxiques (bactéries, etc.). Dès lors, la solution utilisée par les industriels consiste à faire cuire à très haute température ces résidus de viande afin de tuer les agents nocifs. On se retrouve avec un produit très cuit, sans bactéries, mais toujours riche en pollutions chimiques et pauvre en protéines (il reste très peu de viande musculaire puisque ce sont des déchets). Pour couronner le tout, la cuisson à haute température va générer des substances cancérigènes, exactement les mêmes que celles produites lors d’un barbecue ou d’une cuisson trop appuyée dans notre cuisine. Avez-vous déjà vu un chat sauvage faire cuire sa viande ?

80% de sucres pour un carnivore

Les croquettes du commerce sont donc finalement très pauvres en protéines animales qui constituent pourtant la base de l’alimentation du chat. Conscients du problèmes, les industriels rajoutent des protéines végétales à leurs croquettes, car ces protéines coûtent encore moins cher. C’est ce que vous pouvez voir sous les dénominations “gluten de maïs”, “gluten de blé”, “farine de soja”, etc.

Au final on se retrouve avec des produits qui contiennent seulement 4 à 20% de protéines dont une majeure partie est de mauvaise qualité (sous-produits animaux) et une autre partie est biologiquement inadaptée (jamais le chat n’a été adapté à manger des protéines végétales car il n’est pas végétarien).

Le reste de la composition est encore plus incroyable : 70 à 80% du produit est représenté par des céréales : maïs, blé, riz. Conséquence immédiate : les croquettes amènent des quantités importantes de glucides qui sont une aberration pour un chat. Concrètement, on peut comparer cette alimentation du chat à celle de l’homme : c’est exactement comme si vous mangiez au fast food (type Mac Donald) tous les jours, toute l’année. Votre pancréas se dérègle, vous avez faim tout le temps (la plupart des chats domestiques sont boulimiques), vous prenez du poids, vous devenez diabétique et les taux de sucre élevés dans le sang attaquent vos reins (cette alimentation explique plus de 90% des problèmes de reins chez le chat domestique). Pour couronner le tout, ces taux de sucre sanguin élevés accélèrent la croissance des tumeurs cancéreuses : en cas de cancer, vos chances de survie sont fortement diminuées.

  • La problématique de l’apport en céréales ne se résume pas à l’apport massif en glucides. Cela engendre aussi deux autres problèmes :
    Comme les croquettes sont cuites à haute température, l’amidon des céréales est dénaturé et se transforme en sucre pur, très rapidement absorbé, ce qui en aggrave encore les effets sur l’organisme. Pour plus d’informations sur cette notion voir “index glycémique” sur google).
  • On sait que la consommation de céréales et plus particulièrement de gluten, est associée à diverses maladies chez une partie des êtres humains, du fait d’une adaptation encore partielle à ces aliments, introduits trop récemment dans notre évolution. Cela est encore pire chez le chat qui est initialement un pur carnivore L’apport en céréales et en gluten fragilise donc les intestins des animaux, augmente leur risque de maladies auto-immunes, d’infections, etc.

Toutes ces problématiques se retrouvent dans toutes les croquettes de supermarché : Whiskas, Friskies, Ultima, Auchan, etc. Et également dans les aliments sous forme “fraîche” : boîtes, barquettes, etc.

Alors, faut-il se tourner vers les croquettes proposées par les vétérinaires ou les produits des animaleries, un peu plus coûteux ?

Faut-il acheter les croquettes des vétérinaires ou des animaleries ?

Avec l’alimentation classique, la majorité des chats développent des problèmes de santé. Il y a les grandes maladies bien sûr : cancer, surpoids, problèmes de reins; mais il y a aussi les petits maux du quotidien : infections à répétition des oreilles, démangeaisons sur le corps, etc. Il s’agit là de réaction d’intolérances alimentaires, plutôt normales.

Conscients du problème, beaucoup de vétérinaires ou de magasins spécialisés proposent des croquettes “hypoallergéniques” ou “spéciales” pour les chats sensibles ou même tout simplement des croquettes “normales” qui sont censées être de meilleure qualité (et on est tenté de le croire étant donné le prix nettement plus élevé par rapport aux produits vendus en grandes surfaces).

Voici la composition d’un produit type. Il s’agit ici d’un produit Royal Canin pour “jeune chat mâle” : Viandes de volaille déshydratées, riz, maïs, gluten de maïs, fibres végétales, protéines de volaille, gluten de blé, hydrolysat de protéines animales, pulpe de betterave, graisses animales, sels minéraux, huile de poisson, DL-méthionine, Fructo-Oligo-Saccharides (FOS), huile de soja, polyphosphate de sodium, poudre d’œufs, taurine, extrait de rose d’inde (riche en lutéine), L-carnitine (5).

On constate immédiatement l’absence de sous-produits animaux, ce qui est une bonne nouvelle. Malheureusement, on constate aussi toujours une présence massive de céréales riches en glucides. Ainsi, dans la grande majorité des cas, les problèmes de surpoids ne sont pas résolus, les problèmes de reins non plus et les intolérances alimentaires reviennent souvent aussi vite qu’elles sont parties.

On pourrait également s’étendre pour parler de ce que sont les “graisses animales” mentionnées sans plus de précisions, la pulpe pe de betterave ou le polyphosphate de sodium mais ces éléments sont des gouttes d’eau dans l’océan des problèmes déjà mentionnés jusqu’ici… De même, on trouve aujourd’hui des dizaines de variantes des croquettes : pour chatons, pour chats aux poils longs, aux poils courts, chats stérilisés, chats en surpoids, etc. Il ne s’agit là que d’esbroufe marketing, les compositions des produits étant quasiment toujours identique. En aucun cas le chat sauvage n’adopte une alimentation différente selon son âge, la taille de ses poils ou un autre critère ! En revanche, l’intérêt commercial est réel : le marché de la “pet food” (alimentation des animaux de compagnie) représente plus de 56 milliards de dollars pour l’année 2011avec une croissance de l’ordre de 4.9 % par an (6, 7).

Mais alors, comment nourrir son chat pour lui assurer une bonne et longue santé ?

Le mode d’alimentation BARF

Le mode d’alimentation BARF (acronyme pour Biologically Appropriate Raw Food que l’on peut traduire par Nourriture Crue et Physiologiquement Appropriée) vise à respecter les besoins naturels des animaux domestiques.

Il s’oppose au mode d »alimentation industrielle en donnant à l’animal de la viande crue, des abats et des os dit charnus (c’est à dire entourés de viande). Il essaye de reconstituer le plus fidèlement possible une proie entière comme pourrait en manger le chat à l’état sauvage. Dans tous les cas il convient de donner à l’animal entre 5 et 10 % d’abats, entre 10 et 15 % d’os comestibles et de 80 à 85 % de muscle. Les os crus entretiennent une bonne santé buccale chez l’animal. L’idée est simple à mettre en place : il faut s’appliquer à donner à son animal une alimentation la plus naturelle possible en évitant tous produits transformés par la main de l’homme. L’idéal est de donner en plus l’accès à de l’herbe à chat (dans un appartement) ou à de la pelouse (dans une maison avec jardin).

Ce mode alimentaire est excellent pour la santé du chat. Un chat qui passe d’une alimentation classique à celle-ci voit généralement tout ou partie de ses problèmes disparaître, y compris le surpoids; mais il présente aussi des désavantages :

  • Il faut être vigilant sur la fraîcheur des viandes pour éviter les risques bactériologiques (e. coli, salmonellose, etc.)
  • Il est relativement coûteux
  • Il demande tout de même du temps que tout le monde n’a pas à cause du travail, des enfants, etc.

Une première alternative consiste déjà à donner des viandes ou abats cuits. Cela facilite l’approvisionnement et les problématiques d’hygiène. Bien entendu il ne faut pas que la viande soit cuite au barbecue, une des cuissons les plus nocives ! De plus, les os ne doivent jamais être donnés cuits mais toujours crus. En effet, si l’animal avale un os cuit, celui-ci peut se briser dans le tube digestif et les bouts tranchants peuvent le perforer. Évidemment on ne donne que des os minuscules à un chat mais ce dernier sera rarement assez doué pour avaler un os de vache d’un seul coup.

Lorsque l’alimentation de type BARF ou partiellement cuite est trop compliquée ou impossible, il existe tout de même des alternatives en matière de croquettes.

Les croquettes qui ne tuent pas votre chat

Ils existent quelques marques un peu plus soucieuses de la santé des animaux que les grands noms dont nous avons parlé ici. Ces sociétés n’ont évidemment pas pignon sur rue et vous ne trouverez jamais leurs produits en animalerie dans lesquelles les produits exposés sont avant tout le fruit d’un travail en amont effectué par les délégués commerciaux.

Ainsi, on trouve sur internet plusieurs marques qui vendent des croquettes pour chats sans céréales ni produits animaux. Leur problème est principalement lié à leur teneur en pommes de terre, un aliment qui n’est consommé par l’homme que depuis quelques milliers d’années (et donc depuis encore moins longtemps par le chat) et qui contient des substances nocives pour la santé intestinale, en plus d’être trop riche en glucides trop rapidement digérés.

On retrouve dans cette catégorie les marques “Taste of the Wild”, “Purizon” ou “Nutrivet”.

Enfin, je ne connais qu’une marque qui ait supprimé à la fois les céréales, les sous-produits animaux et les pommes de terre, c’est la marque “Orijen”. Voici la composition type de leur produit “6 poissons pour chat” : saumon frais entier (14 %), hareng frais entier (12 %), saumon déshydraté (12 %), hareng déshydraté (12 %), colin déshydraté (12 %), flet frais entier (3 %), sandre frais sans arêtes (3 %), brochet frais sans arêtes (3 %), corégone d’eau douce frais sans arêtes (3 %), huile de saumon (3 %), huile de hareng (3 %), pois chiches, lentilles rouges, lentilles vertes, petits pois, fibres de petits pois, huile de colza, alfalfa mûri au soleil, igname, potiron, courge butternut, feuilles d’épinards, carottes, pommes Red delicious, poire Bartlett, canneberges, fucus, racines de réglisse, racines d’angélique, fenouil, soucis, fenouil doux, feuilles de menthe poivrée, camomille, pissenlit, sarriette, romarin (8).

On note la présence de légumineuses mais en quantité infime. Il s’agit là d’un moyen d’augmenter naturellement l’apport en fibres.

Bonne santé à nos amis à quatre pattes !

Pour retrouver mes conseils en nutrition humaine :paleo2

Références :

(1) Hunter, Luke; Hinde, Gerald (2005). Cats of Africa: Behaviour, Ecology, and Conservation. Cape Town: Struik. pp. 40–42. ISBN 1-77007-063-X.

(2) Driscoll, C. A.; Menotti-Raymond, M.; Roca, A. L.; Hupe, K.; Johnson, W. E.; Geffen, E.; Harley, E. H.; Delibes, M.; Pontier, D.; Kitchener, A. C.; Yamaguchi, N.; O’Brien, S. J.; Macdonald, D. W. (2007), The near eastern origin of cat domestication, Science, 317: 519–523.

(3) www.auchandirect.fr/animaux-maison/animalerie/croquettes-pour-chats-au-poulet/id1/501/40148

(4) http://ec.europa.eu/food/food/biosafety/bse/m04_107_fr.pdf

(5)  http://www.zubial.fr/notices/royalcanin/YoungMale.pdf

(6) http://media.americanpetproducts.org/press.php?include=145057

(7) http://www.pmmi.org/files/Research/PetFoodMA2013.pdf

(8) http://www.zooplus.fr/shop/chats/croquettes_chat/orijen_croquettes_chat/croquettes/132603

You may also like

72 Response Comments

  • Anouk  1 octobre 2015 at 14 h 19 min

    Bonjour,

    Excellent article ! Merci !
    Mais j’aimerais apporter une précision importante. Le chat, comme indiqué plus haut, est un animal de pays semi-désertiques. Il s’est donc adapté et ne boit que très peu. Il trouve la majorité de son hydratation dans son alimentation. Or les croquettes sont déshydratées évidemment… C’est donc un non sens physiologique total de donner des croquettes – même de la meilleure qualité qui soit – à un chat ! Et on s’étonne que les chats aient de nombreux problèmes de reins…

    Je l’ai appris aux dépends de ma minette, qui faisait des cystites et cristaux de struvite. Elle (comme son fils) était nourrie aux croquettes sans céréales… Je suis depuis passée à l’alimentation humide (pas BARF malheureusement mais on trouve des boîtes sans céréales, et elle chasse aussi) et depuis elle revit et à 12 ans elle joue comme un chaton !

    Bonne continuation, et encore merci pour vos articles et livres…
    Anouk

    (4)
    Répondre
    • Julien V.  1 octobre 2015 at 14 h 27 min

      Bonjour, étant un animal des pays chauds, le chat a donc souvent mangé des restes animaux (charognage) qui avaient été tués plusieurs heures ou jours avant son arrivée. Il s’agit dans ce cas-là de produits animaux déshydratés qui apportent peu ou pas d’eau, comme les croquettes. De plus, le chat possède des mécanismes de régulation de la soif semblables à ceux de l’humain qui le font boire quand il a soif. Dès lors, chez un chat normal qui n’est pas malade, le fait de donner une alimentation peu hydratée n’est pas problématique. Néanmoins, une alimentation BARF reste supérieure à n’importe quelle croquettes ou aliment en boîte.

      (-1)
      Répondre
      • Anouk  1 octobre 2015 at 14 h 47 min

        Merci de votre réponse.
        En effet un chat nourri aux croquettes boit plus, mais j’ai lu qu’il ne sera quand même pas aussi bien hydraté qu’un chat qui mange humide. Je n’ai malheureusement plus les références exactes.
        D’ailleurs sa façon de boire en lapant ne lui permet pas de boire de grandes quantités d’eau.

        (1)
        Répondre
        • Julien V.  1 octobre 2015 at 14 h 50 min

          Comme pour le chien, la structure de la langue permet d’avaler des quantités d’eau très significatives (et surtout largement suffisantes). Essayez sous la douche, vous verrez : même pour un humain, boire en lapant permet de boire beaucoup sans difficultés.

          (1)
          Répondre
          • Matthias  20 octobre 2015 at 11 h 54 min

            M’imagine déjà en train de laper sous la douche

            (9)
  • Patrick  1 octobre 2015 at 22 h 48 min

    Bravo, presque tout y est: Je me dois de vous féliciter.
    Même si c’est sur le chien que je porte mon attention, les problèmes d’alimentation sont exactement les mêmes. Et les recettes que vous donnez, Barf, croquettes sans céréales, sont identiques, tout comme les marques des industriels: Orijen étant actuellement la meilleure marque pour qui veut nourrir son chien avec des croquettes.
    Quand je dis que presque tout y est, c’est parce que vous oubliez de parler des mycotoxines qui accompagnent systématiquement les céréales. C’est aussi un véritable fléau contre lequel il n’y a pas grand chose à faire. Problèmes de reproduction et de gestation, problèmes de pancréas et d’insuffisance rénale, et bien d’autres encore.
    J’ai fait une extrapolation au chien à partir de données humaines sur la sur la néphropathie endémique des Balkans (BEN) causée par la mycotoxine OTA, et des taux de cette mycotoxine relevés dans les aliments secs pour chien de la capitale Autrichienne (étude faite en 2010 à Vienne).
    Il apparait que des atteintes rénales rapportées à la population globale des chiens viennois (114 000) pourraient concerner entre 0,5 et 1,5% de cette population. Atteintes causées par cette seule mycotoxine.
    Des chiffres minimalistes puisque la sensibilité du chien est bien supérieure à celle de l’homme envers l’OTA.
    Pour rappel sur l’OTA:
    Cette toxine s’est avérée néphrotoxique, hépatotoxique, tératogène et immunotoxique. En outre, l’OTA est considérée comme un cancérigène rénal suite à une exposition à long terme.
    Amicalement – Patrick

    (4)
    Répondre
  • Pascal  1 octobre 2015 at 16 h 38 min

    Bonjour.

    Voilà un article que j’espérais avec impatience.

    Suite à la lecture du livre Toxic croquettes, je m’étais orienté vers le BARF. Hors ma chatte de 12 ans souffre d’une insuffisance rénale modérée. La vétérinaire m’a fortement recommandé d’utiliser les croquettes adaptées (Royal C pour ne pas citer de marque). Les croquettes que vous citez dans votre article ne risquent-elles pas de présenter un risque pour un chat souffrant d’une insuffisance rénale compte tenu de leur forte teneur en protéines?

    C’est toujours un plaisir de vous lire dans toutes vos publications.

    (-1)
    Répondre
    • Julien V.  1 octobre 2015 at 17 h 37 min

      Bonjour, un de mes chats avait une insuffisance rénale avec des croquettes classiques. elles ont disparu avec des croquettes de ce type, beaucoup plus riche en protéines. Mais beaucoup moins riches en glucides et en phosphore, deux éléments très nocifs en excès pour le chat. Néanmoins je ne saurais prendre la moindre décision à votre place, pourquoi ne pas essayer un changement tout en effectuant des prises de sang plus régulières de contrôle ?

      (2)
      Répondre
      • Pascal  1 octobre 2015 at 18 h 16 min

        Merci beaucoup de votre réponse. Ma raison me conseille d’agir comme vous le préconisez (d’autant que je mange moi même paléo), mais la décision est difficile à prendre. Mes choix conditionnent en effet sa santé.
        Je vais néanmoins tenter la transition en douceur et mesurer son évolution.

        En tout cas, le monde vétérinaire est largement intoxiqué par la propagande des fabricants de croquette. Quand je fais part de mes réserves à ma vétérinaire sur la composition des croquettes RC renal, voilà sa réponse. Je vous donne le numéro d’un expert RC, qui saura vous rassurez. Face à tant d’objectivité, je m’incline.

        (5)
        Répondre
  • Sabrina Kemp  2 octobre 2015 at 13 h 49 min

    Bonjour à tous et à toutes,
    Je suis en permanence à la recherche de la meilleure alimentation pour mes minous. Je n’ai aucun intérêt ni aucun lien de quelque nature que ce soit avec ce fabricant mais je pense avoir trouvé le must du must au niveau « croquettes » pour chats. Il s’agit de viande déshydratée et non cuite, sans grain, etc… Je ne les trouve que sur internet et le site n’a malheureusement pas de traduction française. Néanmoins, voici son lien et je vous invite à y jeter un œil : http://www.powerofnature-petfood.de/en/for-Cats/Natural-Cat/Natural-Cat-Fees-Favorite-
    Je ne pense pas que ce fabricant soit répertorié dans le guide « Ce poison nommé croquette » et c’est bien dommage.
    PS: « la pulpe pe de betterave », c’est volontaire ou est-ce que ce « pe » s’est égaré ?

    (2)
    Répondre
    • Julien V.  2 octobre 2015 at 14 h 12 min

      Bonjour. J’ai regardé ce produit et malheureusement il ne contient que de la viande musculaire. Or le chat, comme tous les carnivores, à un besoin impératif d’animaux entiers c’est-à-dire de viande ou poisson avec organes et os ou arrêtes sans quoi il a des déficits en calcium, phosphore et collagène. Ce type de produit me semble donc très inadapté même s’il ne contient pas de céréales.

      (1)
      Répondre
      • Sabrina Kemp  3 octobre 2015 at 7 h 48 min

        Merci d’avoir pris le temps d’étudier la composition de ces croquettes et évidemment, je suis déçue ! Je n’avais pas tenu compte du fait que celles-ci ne contiennent que de la viande musculaire. J’étais contente que la viande ne soit pas cuite pour garder plus de nutriments et qu’elles ne contiennent que peu de glucides. Je dois donc à nouveau revoir leur alimentation « sèche ». Excellent article en tout cas, je le partage.

        (1)
        Répondre
        • Séverine Pitchon  26 octobre 2015 at 18 h 56 min

          Aucune croquette n’est adaptée, c’est pourquoi vous devez donner une alimentation mixte (croquette + pâtée).

          La marque Power of nature est effectivement la meilleurs du marché car elle possède beaucoup de viande de qualité « air libre » sans antibiotique, ni hormones et sans ajout chimique. Cette croquette possède un taux de glucide très bas (2,3%). La croquette est cuite par une cuisson révolutionnaire à 40°C et la viande de ce fait n’est pas trop dénaturé à cause d’une température trop forte.

          La meilleurs alimentation comme le dit Julien V, reste le raw feeding (proie reconstituée) ou le wool feeding (proie entière).

          (2)
          Répondre
  • Lévêque  7 janvier 2016 at 22 h 38 min

    Lévêque Moi j’ai un truc imparable pour la santé des mirons ! Quand je reviens de la pêche au printemps et en été ::: Friture encore toute fraiche sortie du panier! Goujons; vairons; ablettes etc… Y faut le voir pour le croire ! Les 3 chats sautent en l’air comme des Gibbons pour les attraper ; Avec ça un peut de légumes a table ils mangent de tout mais en petite quantité a chaque fois ( poireau, fenouil,riz cuit; asperge au mois de Mai essayez voir étonnant! ;la patate cuite mais c’est mauvais alors avec parcimonie , mais surtouut jamais de SUCRE poison des chiens et chats; et dans les croquettes industrielles y en mettent !! cachés… dans les additifs et vitamines de syntheses . Cherchez l’erreur. Pour finir vive la nourriture CRUE pour nous comme pour eux !!!!!!Essayez L’hydrolat de lavande vraie ou de sauge pour les puces en friction sur le pelage ;et oubliez les pesticides des colliers anti puces (Frontline et consorts ) 100% efficace!!!!

    (3)
    Répondre
    • sylviane Rey  24 octobre 2016 at 17 h 33 min

      Ben vous avez de la chance, les miens rien n’y fait! sardines, poulet, ils sont drogués à ces sachets!!! degoutée. Je vais quand même essayer à nouveau!

      (1)
      Répondre
    • Geneviève Chandumont  29 septembre 2018 at 4 h 52 min

      Super conseils
      J utilise aussi les hydrolats de lavande et de geranium pour mon chat
      Il faut que je revois son alimentation
      Merci pour vos conseils

      (0)
      Répondre
  • jean  2 octobre 2015 at 13 h 25 min

    Effectivement le BARF semble génial mais très délicat à mettre en place. J’utilise Orijen chat et chien avec de super résultats. Je ne fais pas leur pub mais ils méritent cette attention par leur transparence sur les produits. Par contre ma chienne ne supportait pas au poulet et je me suis orienté vers le bison + 500gr de viande haché de boeuf par jour.
    Merci en tout cas pour cet article.

    (2)
    Répondre
  • Gilles  3 octobre 2015 at 7 h 43 min

    Pas sûre Julien par rapport aux lien de Sabrina car je doute que ça ne soit uniquement la partie maigre.
    Rien que pour une question de coût, puis je ne sais pas la législation en vigueur pour cette marque et son pays, mais il y a fort à parier que ça soit des restes broyés ( genre reste de viande séparée méchaniquement ) et pour le coup, petit os et tendons de-dans.
    Après ça garde le problême de la trop forte cuisson 🙂
    Premier bras de fer avec mon chat qui veux pas manger son Rouget frais du marché : j’ai viré les croquettes 😀

    (2)
    Répondre
  • Raphaele  3 octobre 2015 at 8 h 37 min

    Bonjour
    Vous dites à la fin de l’article
    « La pomme de terre contient des substances nocives pour la santé intestinale »
    Même pour les humains ? Quelles sont ces substances ?
    Merci d’avance pour votre réponse et grand merci pour vos articles !!

    (2)
    Répondre
  • Bleunwenn  3 octobre 2015 at 9 h 40 min

    Ma minette était nourrie aux Orijen, et tout allait très bien, et puis j’ai eu l’occasion de tester la marque Purizon et c’est devenu n’importe quoi.
    En fait aux Orijen elle se régulait, n’était pas sans arrêt en train de réclamer à manger, et puis une fois aux Purizon elle s’est mise à réclamer énormément, à manger beaucoup plus, en allant jusqu’à tenter de déchirer le paquet pour manger, chose qu’elle n’avait jamais faite… du coup je repasse bientôt aux Orijen.
    La composition des Purizon est plutôt bonne, mais j’ai été vraiment étonnée du changement de comportement de ma minette !

    (2)
    Répondre
  • Gilles  5 octobre 2015 at 2 h 55 min

    @Sacha: La difficulté va être de les faire manger à ton chat, si il est habitué au croquette, mais nutritivement, c’est optimum.

    (2)
    Répondre
  • Corinne  6 octobre 2015 at 8 h 36 min

    Bonjour,

    Quelle marque conseillez vous en matière de nourriture humide (la plus naturelle et complète possible) ?

    Merci,

    (1)
    Répondre
    • Julien V.  6 octobre 2015 at 10 h 07 min

      Bonjour, aucune car je n’ai jamais vu de nourriture humide de qualité.

      (1)
      Répondre
      • Carole  21 août 2018 at 17 h 10 min

        Bonjour,
        Je sais que votre commentaire commence à dater mais, que pensez-vous des patées monoprotéinées pour chat du site platinum. La composition est déjà moins catastrophique que certaines autres. Personnellement, je ne rencontre pas de problèmes car ma chatte de 11 ans est nourrie à la viande crue: aile de coquelet avec chair 4x par semaine; 60% de viande/jour environ; et dans les 10% d’abats. Elle est en excellente forme, très bonne capacité musculaire et osseuse. Tout cela ajouté à un peu de phytothérapie et elle est toujours aussi jeune.

        (1)
        Répondre
      • sylviane Rey  24 octobre 2016 at 17 h 36 min

        Et que pensez vous des sachets Almo Nature?

        (0)
        Répondre
        • Dori  7 novembre 2017 at 17 h 44 min

          Bonjour

          Moi aussi je lui donne la marque Almo nature, les boites les plus simples et les croquettes, j’ai trouvé Amikinos, très peu connus

          (0)
          Répondre
      • Stéphanie  3 juin 2017 at 0 h 10 min

        C’est dommage que vous ne connaissiez pas de nourriture humide de qualité parce qu’elle existe.
        Si, si.
        Granatapet, Catz Finefood, Animonda carny…, ça ne vous dit rien ?

        (0)
        Répondre
      • Stéphanie  3 juin 2017 at 0 h 31 min

        Par exemple :
        Catz Finefood Purrr poulet
        70 % de poulet (composés de cœur, viande, foie, estomacs, cous), 28,8 % de bouillon, 1 % de minéraux, 0,2 % d’huile de noix de macadamia.
        vitamine D3 (200 UI/kg), taurine (1 500 mg/kg), zinc sous forme de sulfate de zinc monohydraté (15 mg/kg), manganèse sous forme de sulfate de manganèse (II) monohydraté (3 mg/kg), iode sous forme d’iodate de calcium anhydre (0,75 mg/kg), calcium (0,2-0,3 %), phosphore (0,15-0,25 %), sodium (0,2-0,3 %), magnesium (0,03-0,04 %), potassium (0,7-1,5 %).
        protéines brutes : 10.2 %
        graisses brutes : 5.6 %
        fibres brutes : 0.3 %
        cendres brutes : 2.4%
        humidité : 80.0 %
        glucides : 1.6%
        calcium : 0.2%
        phosphore : 0.16%

        (0)
        Répondre
  • Alexis  12 octobre 2015 at 19 h 25 min

    Bonsoir,

    Même Terra Faelis?

    (1)
    Répondre
  • Jonathan  20 octobre 2015 at 1 h 03 min

    Bonsoir, je lis a divers endroits que les croquettes orijen sont trop riches en calcium et en phosphore au point de mettre en danger les reins de nos félidés, quelle est votre avis ?
    L’eau est aussi un point important, mes lapins ont développés en six mois des calculs de la taille d’un noyau d’olived suite a un déménagement sur Vienne ou l’eau est trop calcaire. L’eau en bouteille+fontaine avec filtre a charbon a ete une solution adoptée pour tous mes animaux. Meme les vetos de mon entourage ont embrayé le pas.
    L’association animal nepal (a vos facebook) a developpé une nourriture vegan pour chats et chien (par manque de moyens) , un suivi des animaux sur plusieurs années a montré qu’aucune carence n’etait apparu.

    (1)
    Répondre
  • Garcia  1 janvier 2016 at 19 h 12 min

    Elle est où la vérité ?pas un article ne dis la même chose sur les différentes marques.!
    Après beaucoup de lectures, d analyses personnelles je m en tiens à power of nature et Wildcat pour les croquettes et catzfinefood pour les bboîtes.
    Mon chat à eu des gros problèmes d allergie nullement résolus par le veto et ses croquettes pourries pendant 2ans et je les ai résolus avec les produits nommés.
    Il ne faut pas oublier les colorant, les conservateurs les exhausteurs de goût, les produits OGM….. Etc. La vitamine k3, l’huile de Carole et j’en passe
    Orijen à changé sa composition et beaucoup ne la conseille plus !
    Évidemment rien ne remplacera sa vie et son alimentation LIBRE dans la nature et surtout pas l’homme !

    (1)
    Répondre
    • Richard Tanguay  14 décembre 2016 at 23 h 16 min

      Orijen n’a pas la même composition au Canada et aux USA, La recette originale n’a pas changé pour le Canada et l’exportation dans les pays européens, dont les normes de qualité à l’importation sont très strictes. Cependant, afin d’égaler la compétition des autres marques aux USA, la compagnie-mère Champion (qui produit aussi Acana) a ouvert une unité de production sur le territoire américain afin de produire des croquettes à prix plus compétitif mais évidemment de moindre qualité pour ce pays. D’ailleurs, plusieurs Américains font venir leur nourriture pour chats et chiens directement du Canada afin d’avoir le meilleur produit qui soit. Personnellement, mon petit British Shorthair de 6 mois mange ces croquettes depuis son sevrage et il regorge d’énergie (un peu trop parfois:-))

      (0)
      Répondre
      • Morel Roselyne  5 janvier 2017 at 10 h 59 min

        Bonjour,
        Ma chatte est aussi British shorthair et a 3 ans , donc stérilisée ,j’ai donné Orijene pd 9 mois et elle a pris 900g elle pèse 5.4 kgs donc en surpoids ..j’ai stoppé orijene lui donne neutered de Hills mais je ne vois pas de baisse de poids ( sans doute a cause du taux de glucides qui avoisine le 28%!!) j’ai diminué la ratio de croquettes en y associant une 1/2 boite de Almo ..donc je ne sais pas trop quoi faire…

        (0)
        Répondre
        • françois  28 décembre 2017 at 16 h 23 min

          pour les chats stérilisés, il faut penser à déduire 20 à 30% de la quantité recommandée sur le paquet.

          (0)
          Répondre
  • Clémentine  19 janvier 2016 at 21 h 08 min

    Bonsoir,

    Mon chat a été opéré hier d’une tumeur sur le nez et lors du bilan sanguin post-opératoire, un taux de créatinine de 26 a été trouvé. Tout les autres indicateurs sont dans la norme, le vétérinaire m’a préscrit des croquettes Hills k/d…. Mon chat a 14 ans, je suis très inquiète concernant cette nouvelle pathologie… Que me conseillez-vous concernant son alimentation ? Sa médication ?

    Bien merci 🙂

    (1)
    Répondre
  • Laurence  23 février 2017 at 13 h 30 min

    Aha, fait peur le contenu des ces produits. En croyant bien faire avec l achat de marques « haut de gamme » nous empoisonnons nos boules de poils. Excellent et riche article partagé sur FB

    (1)
    Répondre
  • Mia  21 mars 2018 at 19 h 19 min

    Bonjour Julien,
    Je donne à mon chat de 8 mois et 3.3 kilos les Orijen « Kat & Kitten » depuis la stérilisation à 7 mois. Ces croquettes conviennent elles pour chat stérilisé ?
    En fonction de la densité calorique des croquettes, j’ai choisi alimentation mixte croquette (3/4) + pâtée (1/4) selon conseil vétérinaire.
    Est-ce la bonne proportion pour alimentation mixte.
    Je donne donc par jour 30 gr de croquettes et 34 gr de pâtée (moitié matin et soir).
    Les croquettes Orijen sont très petites.
    Depuis la stérilisation et la mise en place de ce plan alimentaire, ma chatte est très gloutonne et je pense que je ne peux donner en libre service la ration journalière de croquette.
    Et comme le chat est un grignoteur, le fait de partager la ration matin / midi / soir, ne réponds pas à ce besoin de pouvoir grignoter.
    Le comportement à donc changer et elle guette et attend sans cesse notre présence, je pense que cela génère donc un stress.
    Je vous remercie de votre aide.

    (1)
    Répondre
  • Melody H  28 mai 2018 at 18 h 55 min

    Bonjour,

    En faisant des recherches dans le but de changer l’alimentation de mes chats, je suis tombée sur votre article fort intéressant et j’espère que vous serez à même de répondre à ma question.
    J’envisage de passer au Orijen, cependant un de mes chats (une petite sacré de Birmanie) à un régime spécifique riche en fibre, trois obstructions intestinales qui ont values à chaque fois des opérations ( il y a 1 ans 1/2 ils ont même dû enlever une partie de l’intestin, trop endommagé suite aux précédentes opérations). Elle est brossée tous les jours, la première obstruction est dû au faite qu’elle est avalé un élastique. Depuis que nous sommes passés aux croquettes vétérinaire riche en fibre, elle n’a plus eu de soucis.
    Cependant, depuis maintenant 1 an, elle développe une dermatite au niveau du menton et les vétérinaires ne trouvent pas de solution pérennes à par envisager de nouvelles croquettes mais cette fois anti-allergies.
    Je pense que les croquettes et leurs compositions douteuses sont responsables de son allergie, mais l’apport en fibre resterait suffisant dans les croquettes orijen pour éviter une nouvelle occlusion ?
    Le message est long mais malheureusement les vétérinaires que j’ai eu l’occasion de voir, évitent de répondre à cette question vendant les mérites des grandes marques de croquettes.

    merci d’avance 😉

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  28 mai 2018 at 20 h 29 min

      Bonjour Melody, à la lecture de votre message je crois comprendre que votre chatte vit en appartement et ne sort pas. Un moyen simple de résoudre ce problème me semble être de lui fournir de l’herbe à chat (ou de l’herbe du jardin dans un petit pot). Cela lui ferai un apport en fibres bénéfiques sans empêcher un changement de croquettes. A voir avec le véto mais ça me semble une piste intéressante.

      (1)
      Répondre
  • Stéphane  1 octobre 2015 at 12 h 43 min

    Petite coquille : par les félins mâchent peu -> car les félins mâchent peu

    😉

    (0)
    Répondre
  • Guts  1 octobre 2015 at 14 h 25 min

    petite faute : à faire curie à très haute température ; à faire cuire à très haute température

    (0)
    Répondre
  • kouto  1 octobre 2015 at 16 h 09 min

    Ca y’est, Akuma a officiellement repris le blog ? 🙂

    (0)
    Répondre
  • Véronique  2 octobre 2015 at 14 h 54 min

    Ce n’est pas seulement depuis quelques siècles que la pomme de terre fait partie de l’alimentation humaine ?
    Sinon super article comme d’habitude !

    (0)
    Répondre
  • Raz  2 octobre 2015 at 17 h 22 min

    Excellent article.
    Merci Julien, je vais chercher la marque en Orijen en ligne.

    (0)
    Répondre
  • Alexandre  3 octobre 2015 at 12 h 39 min

    Et la taurine n’est pas un acide aminé essentiel pour les chats ? (j’ai cru lire ça sur Internet mais je ne sais pas trop pas trop si je peux en donner à mon chat, ni combien).

    (0)
    Répondre
    • Stéphanie  3 juin 2017 at 0 h 39 min

      La taurine est indispensable aux chats qui risquent des soucis cardiaques, oculaires et de fécondité.

      (0)
      Répondre
  • Sacha  4 octobre 2015 at 20 h 41 min

    Salut Julien

    Que pense tu de l’achat de souris ou rats entiers surgelés (vendu comme nourriture pour serpent « domestique ») pour nourrir son chat?

    (0)
    Répondre
  • Gunetipa  3 novembre 2015 at 21 h 27 min

    Bonjour,
    Merci pour cet article clair et détaillé.
    Je voulais savoir ce que vous pensiez des croquettes Sanabelle « No grain » dont la composition me parait correcte, sans céréale et à un prix assez intéressant à la fois…
    Vous remerciant par avance,
    Gunetipa.

    (0)
    Répondre
  • Pierre  8 novembre 2015 at 20 h 12 min

    Bonjour,

    Quels sont les éléments de votre analyse sur les besoins nutritionnels du chat qui sont également valables pour le chien ?

    Merci d’avance pour votre réponse.

    (0)
    Répondre
  • Max  28 novembre 2015 at 4 h 14 min

    OK sur à peut près tout, c’est ce qui se dit sur catinfo quoi qu’il en soit mais Orijen c’est pas trop le bonheur non plus huh http://truthaboutpetfood.com/comment-from-pet-owner-in-australia-regarding-orijen-pet-food-irradiation-issue/

    et les patates à haute température ça génère de l’acrylamide, pareil pour les extraits de yuca que plein de marques rajoutent afin de baisser l’odeur des crottes: http://healthypets.mercola.com/sites/healthypets/archive/2015/06/01/pet-food-ingredients.aspx

    Et d’un côté le chat a besoin d’O3, de l’autre le poisson est pollué et allergène…….s’il existait une solution miracle on le saurait.

    Perso je bricole de mon côté avec filet de poulet bouilli + boîtes avec 50% de muscle de dinde(coeur et estomac ne sont pas des abats) + un peu de croquettes pour avoir des fibres et des O3.

    (0)
    Répondre
  • Garcia  1 janvier 2016 at 19 h 14 min

    Il fallait lire l’huile de canola !

    (0)
    Répondre
  • Lévêque  7 janvier 2016 at 19 h 53 min

    Et vive les OGM dans Le mais des croquettes !!!

    (0)
    Répondre
    • Carole  21 août 2018 at 17 h 14 min

      D’autant que nos félins ne picorent pas de maïs à l’état sauvage. Une bonne souris c’est bien meilleur pour eux lol

      (0)
      Répondre
  • Filou  19 janvier 2016 at 19 h 58 min

    Merci pour votre article très complet.
    Après c’est sur que les produits des grandes marques ne sont pas les meilleurs. Mais bon que ce soit par faute de temps ou par faute de budget je préfère me faire livrer à domicile par des animaleries en ligne style Petclic. En tout cas je suis ravie d’en savoir un peu plus sur la nourriture car à vrai dire j’achèete toujours Royal Canin sans vraiment réfléchir.

    (0)
    Répondre
  • Manon  21 août 2016 at 13 h 59 min

    Bonjour, que me conseillez vous comme croquette pour mon chat SPHYNX en surpoids ? Il a actuellement des croquette royal canin spécial SPHYNX .
    Merci

    (0)
    Répondre
  • Karen  14 octobre 2016 at 8 h 02 min

    Bonjour, il y a aussi en bonne croquette les Wilderness de Real Nature, c’est une marque exclusive de Maxi Zoo.
    75 % de protéine
    et 25 % de fruit légume et herbes ( C’est le sac que j’ai actuellement)

    (0)
    Répondre
    • la minette  19 juin 2017 at 14 h 31 min

      sauf que la vitamine A est un peu élevée et les % de phosphore et magnesium, calcium aussi sur certains mélanges (poulet), moins sur le poisson

      (0)
      Répondre
  • Chat perché  25 mars 2017 at 15 h 07 min

    Si je comprends bien les aliments pour chat devraient être fabriqués à partir de déchets crus de viande et de poissons si possible entiers avec os graisse et muscle, on ajoute un peu d’herbes, celle que les chats mangent quand ils sont en liberté, on dessèche tout cela, sans chaleur au-dessus de 50°, puis on rape en petits morceaux taille croquette ou plus petit et mis en sachets sous vide. A la maison on les réhydrate avec une quantité d’eau mesurée et ainsi les chats auraient une alimentation saine, équilibrée adaptée à leur estomac. Ça ne coûterait pas plus cher à fabriquer, sans colorants ni saveur artificiels, sans conservateurs….ma recette devrait avoir du succès! Si un fabricant se lance, je suis intéressée!

    (0)
    Répondre
    • Stéphanie  3 juin 2017 at 0 h 42 min

      Tout ceci peut être donné cru.
      La cuisine n’est pas utile.

      (0)
      Répondre
      • Stéphanie  3 juin 2017 at 0 h 43 min

        La cuisson, pas la cuisine. 😉

        (0)
        Répondre
  • Lucie  7 août 2017 at 23 h 57 min

    Bonjour,

    Excellent article, moi depuis que j’ai lu l’article j’ai commencer à donner des sardines et 1 steak haché a mon chat et il adore sa pour linstant.

    Dite moi pour le chien sa donne quoi niveau nourriture que doit il manger, je dirais viande mais pas sur du tout ?

    (0)
    Répondre
  • Papa Chat  8 août 2017 at 11 h 22 min

    Super article! J’ai moi-même réalisé quelques comparatifs de croquettes sur mon site http://www.chatparexemple.fr/, je retrouve énormément de similitudes avec ce que tu as indiqué! N’hésite pas à passer faire un tour et à me donner tes commentaires!

    (0)
    Répondre
  • Minette  2 septembre 2017 at 7 h 46 min

    juste pour apporter un témoignage: avec les Orijen 6 poissons, notre Minette de 2 ans a fini par faire une cystite, au bout d’un an (et sans doute des calculs de struvite avec). Et elle n’a jamais eu une forme extraordinaire avec… Après, cela depend peut-être des chats, mais la nôtre est aux Go Natural poulet + boîtes alto nature poulet en complémentaire. Elle refuse tout ce qui est sachet complet (type Granatapet ou Mac’s, elle en mange puis cale aux bouts de deux jours… En humide j’ai l’impression qu’elle déteste les melanges (avec abats et nourriture forte)

    (0)
    Répondre
  • Chester  1 décembre 2017 at 8 h 30 min

    Je viens de lire avec intérêt les divers témoignages et recommandations de ce forum et note que les croquettes Orijen y sont hautement recommandées. Mais quid du dernier scandale qui a affecté cette marque après que l’on a appris que ses croquettes avaient été irradiées ? Merci de vos réponses. Tout comme vous, je cherche en effet les meilleures solutions diététiques – mais aussi économiques – pour mes… onze chats. Pas toujours évident.

    (0)
    Répondre
    • Greg  2 janvier 2018 at 22 h 50 min

      En réalité cela ne concernait que les croquettes importées en Australie en 2008 où ils avait un control par irradiation des containers la bas. Ça ne vient pas de l’usine Orijen . Beaucoup de chats morts dans un coin précis de l’Australie qui mangeaient des croquettes du container (sur) irradié. Tout est rentré dans l’ordre depuis ils ont interdit l’irradiation de toutes les croquettes la bas d’après ce que j’avais lu sur le sujet. Rien dans le reste du monde à ce niveau là d’après ce que j’avais lu il y a moyen de retrouver les post qui ont approfondie la question en fouillant un peu mot clé irradiation container Orijen Australie en tout cas je donne des croquettes Orijen à mes chats la conscience tranquille.

      (0)
      Répondre
  • Sabrina  23 juin 2018 at 19 h 11 min

    Bonjour,

    je connaissais déjà vos articles et livres, et voilà que je tombe sur cet article, et déjà merci !

    Certaines choses ont changés depuis … et il y a aussi eu certains scandales sur les marques qui vantent leurs mérites tout en trichant quand on a les résultats d’analyses !
    Ca devient vraiment très compliqué de faire un (bon) choix, et ce malgré des heures de recherches et de comparaisons ! ….C’est honteux et surtout déprimant.
    Avez-vous une connaissance ou un retour sur les croquettes amikinos ? J’en donne depuis un an et demi à mes chats (en complément de pâtée mac’s, feringa, catz finefood…), et malgré une transition, détoxification, et surtout le temps qui passe, j’ai l’impression qu’elles ne conviennent pas à un de mes 3 bébés.
    Elle a eu plusieurs examens et analyses, rien n’y fait, elle a une mauvaise haleine, perte de poils excessive, selles ultra nauséabondes et glaires dans celles-ci … elles font pourtant partie des « meilleures », et je ne vois pas très bien le problème, ni par quoi je peux les remplacer.

    Et avez-vous d’autres articles sur le sujet ? Ou sur la nouvelle réglementation qui a fait changer l’appellation viande sur les emballages ? Appellation retirée si il n’y a pas 100 % de viande musculaire, ce qui laisse porte ouverte à toutes sortes de mauvaises sources ! …

    D’avance je vous remercie,
    Bien à vous.

    (0)
    Répondre
  • CLAUDE  21 octobre 2018 at 12 h 03 min

    Si je ne répète pas un commentaire, il y a la marque Amikinos qui propose des compositions intéressantes. Après de longues recherches sur la nutrition des chats, c’est ce que je donne depuis 1 an à mon chat de 8 ans (qui a refusé le BARF) et ma foi il se porte bien. Des témoignages évoquent des pancréatites chez des furets consommateurs d’Orijen…

    (0)
    Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.