DMAA, Jack3D, OxyElite : interdiction à la vente ?

Si vous avez écouté mon récent podcast sur l’extrait de Géranium ou DMAA contenu dans des produits comme le Jack3D, OxyElite ou HemoRage vous avez pu comprendre ce qu’était cette substance. Comme l’expliquait mon ami et expert, Michael Gundill, le DMAA pose un futur problème de santé publique.  Et les choses semblent s’accélérer au niveau international puisque plusieurs pays essayent de bannir cette substance du marché.

En février l’agence de régulation des produits de santé à l’anglaise (MHRA) a commencé à demander aux sociétés de compléments alimentaires de ne plus vendre de produits contenant du DMAA. Leur argumentaire législatif s’appuie sur le fait que le DMAA est un médicament et non un complément alimentaire. Le patron de la société qui commercialise le Jack3d, USP Labs, s’indigne de cette mesure et appelle à une union des industriels pour lutter contre ce qu’il qualifie « d’abus de pouvoir ».

L’agence de santé Italienne a encouragé la décision de la MHRA et a rappelé qu’en Europe le statut du DMAA n’est pas clairement défini. Elle estime qu’à l’approche des jeux olympiques et compte tenu des dommages provoqués par cette substance, des décisions avisées sont nécessaires.
La controverse sur cette substance provient des effets secondaires mal connus (y compris la possible mort de deux soldats Américains) mais aussi de son caractère « naturel ». Le DMAA serait, d’après les vendeurs, extrait du géranium. En vérité il est synthétisé en laboratoire et il n’existe pas de réelle preuve que le DMAA existe à l’état naturel dans la fleur de géranium, ce qui le classerait alors comme médicament.

Début Mars c’est la Nouvelle-Zélande qui s’attaque au DMAA en donnant un mois à tous les vendeurs pour retirer de la vente les produits qui en contiennent. Pour parvenir à cela ils ont dû placer le DMAA dans une toute nouvelle disposition : la liste des « drogues récréatives ». Le Canada a pris les mêmes dispositions. La Nouvelle-Zélande a justifié son intervention après avoir répertorié des effets secondaires graves, notamment une hémorragie cérébrale, bien qu’un lien de causalité absolue soit difficile à établir.

USP Labs a répliqué dès le mois de février en publiant une étude (sponsorisée par ses soins) dans laquelle les chercheurs montrent que l’utilisation du Jack3d pendant 10 semaines sur 25 sujets en bonne santé n’a pas d’effet secondaire cardiaque, rénal ou hépatique. En vérité la lecture de l’étude montre que le produit a augmenté la tension artérielle systolique de 6mmHg, une différence presque significative qui a obligé les chercheurs à ajouter que « les personnes ayant de l’hypertension ne doivent pas utiliser le DMAA ».

Actuellement, la France, l’Allemagne et l’Italie examinent la situation pour savoir quelle décision prendre concernant ces produits. Affaire à suivre.

Pour aller plus loin, sur la nutrition et les compléments alimentaires du sportif :

livre1v1

You may also like

No Comment

You can post first response comment.

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.