La fatigue musculaire est psychologique

Angelo Mosso est un physiologiste Italien qui inventa les premières méthodes de neuroimagerie. Nos appareils modernes sont largement inspirés de ses techniques. A la fin du 19ème siècle (1891), il se pencha sur la sensation de fatigue, phénomène constamment ressenti chez le sportif.

Il écrivait : “A première vue ce qui peut sembler être une imperfection de notre organisme est en fait la plus merveilleuse des perfections. La fatigue augmente plus vite que la quantité de travail fournit pour nous protéger des blessures qui seraient inévitables avec une plus faible sensibilité (à la fatigue, ndlr)” de telle sorte que “la fatigue musculaire est en fait fondamentalement celle du système nerveux“.

Il faudra un siècle pour confirmer les thèses d’Angelo Mosso et montrer que le cerveau et les muscles altèrent leur fonctionnement respectif et que la fatigue est une émotion dont l’objectif est de nous protéger de la blessure. A ce titre, la fatigue est donc psychologique.

Récemment la tendance aux explications purement biochimiques localisées à laisser penser au grand public que la fatigue au cours de l’exercice provenait de déchets accumulés. Ces théories incomplètes ont toujours été incapables de prévoir la performance sportive car elles ne tenaient pas compte du facteur mental. Des chercheurs ont montré que tous les modèles s’appuyant sur des données biochimiques du muscle pour expliquer la fatigue et les performances sportives échoueront. Mais ils précisent aussi : “Cette sensation de fatigue est personnelle à chaque individu et est une illusion puisque son apparition est fortement indépendante de vrai statut biologique du sportif au moment où il la perçoit.”

Il est donc possible et souhaitable de manipuler la fatigue pour améliorer la performance. Les méthodes naturelles n’augmentent pas le risque de blessure. J’explique tout ceci dans mon article “Les secrets de la Force“.

Référence : Noakes TD. Fatigue is a Brain-Derived Emotion that Regulates the Exercise Behavior to Ensure the Protection of Whole Body Homeostasis. Front Physiol. 2012;3:82.

Notez cet article !

Note moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour l'instant.

Si cet article vous a plu, restez informé via mes réseaux sociaux.

Cliquez ci-dessous :

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

0 réflexion sur “La fatigue musculaire est psychologique”

  1. mistercool

    Je suis arriver a un stade ou je suis obliger de boire au moin 90g de Vitargo pendant l’entrainement si non je suis épuiser. Comme vider, je ne peu que rentrer et dormire, c’est une sensation horrible. C’est relativement récent, peut etre est-ce a cause de l’age, j’ai 34 ans :-). Le ZMB m’aide énormément, car j’ai des problémes de sommeille également.

    1. Julien V.

      Ce n’est pas une situation normale.

  2. mistercool

    Je ne sais pas si le fait que j’ai une maladie de Crohn est quelque chose a y voire. J’ai pu grace a votre livre me supplémenter efficacement en vitamines et minéreaux et détecter mes carences. Vous ne voudriez pas me coacher pour l’alimentation et les minéreaux ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCaptcha and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Inscription à la newsletter

Rejoignez 47 000 abonnés à ma newsletter !

Et recevez gratuitement par mails les dernières actualités sur la santé, la nutrition et les compléments alimentaires

Retour haut de page