La vitamine D est-elle efficace contre le coronavirus ?

Initialement perçue comme une simple grippe, le coronavirus de 2019 affiche une vitesse de propagation et une mortalité nettement supérieure. Le nom complet du virus est coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (ou SARS-CoV-2). SARS-CoV-2 peut déclencher une pneumonie qu’on appelle Covid-19 ou nCov-2019.

A ce jour il n’existe ni vaccin ni traitement ayant fait la preuve de son efficacité contre cette infection. Dans cet article nous allons faire le point sur ce virus et sa dangerosité. Dans un second temps nous examinerons s’il existe des preuves scientifiques permettant de recommander la prise de vitamine D ou d’autres molécules naturelles pour lutter contre le coronavirus. Nous examinerons également comment le virus tue ; que faire en cas de diabète ou d’hypertension pour minimiser les risques et comment nous pouvons espérer agir pour diminuer le risque de décès.

Qu’est-ce que le coronavirus ?

Le terme de « coronavirus » désigne en réalité une famille de virus qui touche les voies respiratoires, dont fait partie Covid-19. On retrouve dans la même catégorie le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (nom de code MERS-CoV) ou syndrome respiratoire aigu sévère lié au coronavirus (nom de code SARS-CoV) ou le simple rhume. Le coronavirus Covid-19 n’est pas le plus mortel des coronavirus (SARS-CoV a un taux de mortalité situé autour de 10%) mais c’est certainement le plus contagieux ce qui explique pourquoi l’OMS parle maintenant de pandémie et pourquoi il s’est répandu partout sur la planète en quelques semaines.

Covid-19 a fait son apparition en Chine dans la ville de Wuhan sans qu’on en connaisse véritablement l’origine. Certaines personnes pensent que ce virus était initialement confiné à des espèces animales et qu’il se serait répandu après la consommation d’animaux sauvages (chauve-souris, pangolin) via le marché d’animaux sauvages de Wuhan. C’est en tout cas la thèse internationale principale depuis le début de l’épidémie.

Mais plus récemment, Zhao Lijian, porte-parole de la diplomatie chinoise, a déclaré sur Twitter que « il est possible que ce soit l’armée américaine qui ait apporté l’épidémie à Wuhan ». Ces déclarations sont d’ailleurs suivies par une partie de la population chinoise qui relaye de telles théories sur les réseaux sociaux chinois. La plus populaire étant que le virus aurait été créé par les américains avant d’être déposé en Chine à Wuhan en octobre dernier lorsque la délégation américaine des Jeux mondiaux militaires s’est rendue sur place. Théorie du complot ? Nul ne le sait mais la guerre économique entre la Chine et les États-Unis est si forte que toutes les hypothèses sont permises.

Enfin, dernière théorie : celle qui stipule que le nouveau coronavirus était étudié à l’institut de virologie de Wuhan, un laboratoire pharmaceutique ultra moderne et ultra sécurisé de niveau P4 construit en 2015 et qu’il se serait échappé du lieu dans des circonstances inconnues.

L’histoire de l’origine de ce nouveau coronavirus n’a donc pas fini de défrayer la chronique.

Le coronavirus de Wuhan en détail

Quels sont les symptômes de l’infection ?

Selon l’OMS, les symptômes généralement observés sont la fièvre, la fatigue et une toux sèche. Plus rarement il peut y avoir des douleurs, un nez bouché, un mal de gorge et des troubles du transit (diarrhées). Ces symptômes ne sont pas dangereux et apparaissent progressivement. Dans de nombreux cas, l’infection ne donne aucun symptôme, surtout chez les enfants, mais ils peuvent tout de même transmettre le virus. Dans 15 à 20% des cas, des difficultés respiratoires peuvent survenir. Ces dernières signalent que l’infection peut dégénérer et une prise en charge médicale est indispensable. Dans 1% des cas, il n’y a aucun symptôme.

A lire pour plus de détails : quels sont tous les symptômes du coronavirus et leur évolution ?

Comment le virus se propage-t-il ?

Covid-19 est transmis d’un malade à l’autre principalement par le biais de gouttelettes respiratoires soit via les airs (toux, éternuements, respiration à moins d’un mètre), soit via des objets ou des surfaces qui ont été touchées récemment par une personne infectée. La contamination est possible après avoir touché de tels objets si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche.

D’après l’institut Pasteur, la contagion est possible dès le début des symptômes et même chez les personnes asymptomatiques. Après un contact avec le virus, il faut entre 3 et 15 jours pour tomber malade.

Le virus va-t-il disparaître pendant l’été comme la grippe ?

L’idée que ce virus soit sensible à la chaleur a rapidement émergée au début de la pandémie suite à des premiers résultats in vitro (en laboratoire).

Toutefois, on constate aujourd’hui des nombres importants de contaminations au Quatar, au Bahrein ou en Arabie Saoudite. Des malades apparaissent aussi au Brésil. La probabilité que le virus disparaisse en été est donc très faible mais il reste possible que sa propagation soit ralentie par la chaleur notamment car il y aura moins de gouttelettes d’eau en suspension dans l’air.

Quels sont les risques de mourir ?

A ce jour les données manquent pour avoir des chiffres extrêmement précis mais les deux études de grande ampleur sur le sujet permettent de donner de fortes indications :

  • La première étude sur le sujet fut dirigée par le centre de contrôle des maladies chinois et publiée dans la revue scientifique Chinese Journal of Epidemiology le 17 février. Cette étude inclut des données détaillées sur 44 672 cas et trouve un taux de mortalité globale de 2,3%. Il varie en fonction du sexe puisque ce taux de mortalité est de 2,8% chez les hommes et 1,7% chez les femmes. Par ailleurs, 80.9% des infections sont classées comme moyennes, 13,8% comme sévères et 4,7% comme critiques.
  • L’étude du JAMA publiée le 24 février est basée sur les données chinoises et montre un lien très fort entre l’âge et le risque de décès. Les personnes âgées de plus de 80 ans sont 14,8% à mourir du virus. Elles sont 8% entre 70 et 79 ans, 3,6% entre 60 et 69 ans, 1,3% entre 50 et 59 ans, 0,4% entre 40 et 49 ans et 0,2% entre 10 et 39 ans. Avant l’âge de 10 ans, aucun décès n’a été observé. Les enfants semblent être ceux qui réagissent le mieux au virus.
  • une nouvelle analyse des cas chinois publiée le 19 mars dans la revue internationale Nature Medicine est allée plus loin en essayant de mieux tenir compte du nombre de personnes infectées par rapport au nombre de personnes décédées. En effet, il y a un temps de latence important entre la contamination et un éventuel décès ce qui fausse un peu les chiffres. cette fois les chercheurs trouvent un taux de mortalité globale de 1,4%.

En France, les chiffres de contamination ne permettent pas non plus d’avoir une idée objective du risque de décès puisque, depuis le stade 3 de l’épidémie, les tests de dépistage du virus sont interdits à la population générale en absence de symptômes sérieux.

Officiellement, la communauté scientifique internationale considère que le taux de létalité du nouveau coronavirus est situé entre 2,3 et 3%. Ces chiffres sont amenés à s’affiner dans le temps mais il faut garder en tête en comparaison que le virus de la grippe saisonnière a un taux de mortalité de 0,1%. Le coronavirus 2019 se propage aussi beaucoup plus vite que le virus de la grippe.

mortalité liée au coronavirus 2019
Taux de mortalité du coronavirus 2019 en Chine en fonction de l’âge

Qui a le plus de risque d’en mourir ?

Les études chinoises et américaines ont pointé du doigt d’autres facteurs de risques importants en plus de l’âge. Les personnes qui ont le plus de risque de mourir du coronavirus sont celles qui ont (du plus important au moins important) :

  • Une maladie cardiovasculaire
  • Un diabète
  • De l’hypertension artérielle
  • Une maladie pulmonaire (BPCO par exemple)

Par ailleurs, des analyses plus récentes (notamment publiées dans la revue médicale The Lancet le 10 mars) ont montré que toutes les personnes décédées n’avaient pas de facteurs aggravants identifiés. Dans 50% des cas, aucun facteur de risque n’est clairement identifié. Pour les cas restants, en plus des facteurs de risques évoqués plus hauts, les facteurs suivants augmentent aussi les risques de décès :

  • Le fait de fumer. Le tabagisme expliquerait peut-être pourquoi les hommes meurent plus que les femmes du coronavirus
  • La présence d’un cancer
  • La présence d’un problème de reins (insuffisance rénale)

Une question inconnue reste le rôle joué par la pollution de l’air aux particules fines dans les villes. En effet, on sait que ces particules inflamment les poumons ce qui pourrait donc les rendre plus vulnérables au virus. A ce jour on ne sait pas encore si le fait de vivre en ville est un facteur de risque de décès ou non.

Enfin, dernier élément publié le 14 mars par le ministre de la santé Olivier Véran : la prise de médicaments anti-inflammatoires pourrait aggraver la maladie et augmenter le risque de décès. Cette information provient des données préliminaires disponibles dans les hôpitaux français. Il est donc déconseillé d’utiliser de la cortisone ou des médicaments anti-inflammatoires (Advil, nurofen, ketoprofene, Voltarene, etc.).

Puis-je prendre du paracétamol ?

Officiellement, oui. Le paracétamol est actuellement recommandé contre la fièvre dans l’infection au coronavirus. Pourtant, ce conseil n’est actuellement pas scientifiquement validé dans le cas spécifique du coronavirus, aucune étude n’ayant encore étudié ce point. Ce conseil est donc basé sur « l’habitude » face aux infections virales et au traitement de la fièvre.

Pourtant, la fièvre peut avoir des effets positifs, comme l’indique le site de la Haute Autorité de Santé (HAS) : « La fièvre peut avoir un effet bénéfique lors d’infections invasives sévères (purpura infectieux, septicémie) et il a été observé que des infections graves non fébriles (sans fièvre, ndlr) étaient associées à une augmentation de la mortalité. Par ailleurs, quelques publications indiquent que l’utilisation d’antipyrétiques (médicaments contre la fièvre, ndlr) pourrait retarder la guérison de certaines infections virales. »

Autrement dit, il y a des cas dans lesquels il est probablement bénéfique de ne pas faire baisser la fièvre grâce à un médicament. A ce jour néanmoins, il n’existe pas de donnée solide (ni dans un sens ni dans l’autre) concernant l’utilisation du paracétamol face au coronavirus.

Pourquoi les personnes diabétiques ou hypertendues sont-elles autant à risque ?

Plusieurs théories sont envisagées pour expliquer ce phénomène mais celle actuellement la plus plausible a été exposée le 13 Mars 2020 par Michael Roth dans le journal scientifique The Lancet.

Ce dernier explique que le coronavirus s’accroche aux cellules pulmonaires via les récepteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE2) qui peuvent être vus comme des « portes d’entrées » du virus. Or beaucoup de diabétiques et de personnes victimes d’hypertension sont soignées avec des médicaments qui agissent sur ces récepteurs ce qui les rendraient hypersensibles. Le Dr Roth souligne d’ailleurs que le même mécanisme a été identifié pour les anti-inflammatoires comme l’ibuprofène dont on sait qu’ils aggravent l’infection.

Ce chercheur recommande donc aux malades traités par des médicaments inhibiteurs de l’enzyme de conversion, modulateurs de l’enzyme de conversion ou des bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine, de prendre contact avec leur médecin pour envisager l’utilisation d’une autre classe de médicaments : les bloqueurs des canaux calciques, qui ne présenteraient pas ce risque.

Pour savoir si vous êtes concerné, il suffit de lire la notice des médicaments que vous prenez et de regarder le mécanisme d’action du médicament utilisé.

Comment le coronavirus tue ?

Les personnes qui décèdent de l’infection au coronavirus succombent à une détresse respiratoire aigüe ou à une défaillance multi-viscérale. Ces deux phénomènes sont consécutifs à une inflammation massive des poumons. Mais le 13 mars, des chercheurs anglais de l’équipe de Jessica Manson ont publié des travaux dans la revue The Lancet mettant en évidence que cette hyper-inflammation observée dans le coronavirus est la même que celle observée dans d’autres pathologies. Cette hyper-inflammation s’appelle « l’orage cytokinique » ou « syndrome de relâchement des cytokines ».

Ce syndrome est une complication de différentes infections et a déjà été observé dans la grippe par exemple. Il survient lorsqu’un grand nombre de globules blancs du système immunitaires (les lymphocytes) sont activés. Cette activation déclenche la production de médiateurs inflammatoires, les cytokines. En réponse à ces cytokines le système immunitaire produit encore plus de globules blancs.

Un cercle vicieux s’installe qui aboutit à une défaillance générale des organes et ainsi à la mort. Parmi les cytokines impliquées, l’interleukine-6 est considérée comme la responsable principale de cette situation. Dit autrement, la mort survient par excès d’inflammation consécutivement à une infection. Ces orages de cytokines ont été retrouvés dans de nombreuses formes de grippes (H5N1, grippe de 1918) mais aussi à la suite d’infections au coronavirus SRAS-Cov ou d’Ébola.

Comme l’orage cytokinique est consécutif à une inflammation, les personnes touchées par des maladies inflammatoires ou des maladies chroniques (et donc les personnes âgées) sont probablement plus à risque de développer ces complications et donc à décéder des suites du coronavirus Covid-19. Ces données sont donc parfaitement cohérentes avec les chiffres énoncés plus haut sur les statistiques des complications et des décès liés au virus.

Pour finir, il est important de savoir que le syndrome de relâchement des cytokines ne se soigne pas avec des médicaments anti-inflammatoires (cortisone ou anti-inflammatoires non stéroïdiens), même s’il s’agit bien d’une inflammation. Au contraire, les données publiées le 7 février dans le Lancet par le chercheur Clark Russell et son équipe montrent que cette stratégie est probablement dangereuse et augmente les complications et la mortalité ; ce qui, là aussi, confirme les déclarations de notre ministre de la Santé le 14 mars.

La chloroquine est-elle efficace contre le coronavirus ?

Lire à ce sujet notre article dédié pour tout comprendre sur la chloroquine et les conflits d’intérêts qui l’entoure.

Vitamine D et coronavirus

Impact de la vitamine D sur la détresse respiratoire aiguë

Il n’existe évidemment aucune étude scientifique ayant investigué le rôle précis de la vitamine D dans le cadre de la détresse respiratoire aiguë liée au coronavirus puisque ce virus est trop récent et les données médicales trop faibles.

Néanmoins, ce syndrome de détresse respiratoire est une complication d’autres maladies ou d’interventions chirurgicales comme l’œsophagectomie. On peut aussi l’observer chez les bébés prématurés. Dans tous ces cas il existe des études ayant étudié le lien avec la vitamine D.

Par exemple, une étude Irlandaise dirigée par le Pr Onwuneme à Dublin a montré qu’il y avait un lien entre les niveaux de vitamine D dans le sang des enfants prématurés et leur risque de mourir de problèmes respiratoires ; en particulier quand le taux de vitamine D dans le sang est très bas (inférieur à 30 nmol/L).

En janvier 2020 des chercheurs Égyptiens ont confirmé ces résultats en montrant que la supplémentation en vitamine D chez ces nouveau-nés à la dose de 800 UI par jour, était efficace pour diminuer la sévérité et les complications de cette détresse respiratoire.

Même constat pour des chercheurs de l’université de Birmingham qui ont suivi des adultes après une opération de l’estomac avec un seuil de danger situé vers 25 nmol/L. Ils écrivent : « La vitamine D a une action sur plus de 600 gênes au niveau des alvéoles pulmonaires. Le déficit en vitamine D semble contribuer au développement de la détresse respiratoire aiguë ».

Selon ces chercheurs le déficit en vitamine D contribuerait notamment aux complications bactériennes qui peuvent survenir aussi bien après une opération chirurgicale que consécutivement à une infection par un virus.

Toutes les études n’ont pas cette conclusion puisqu’une étude Coréenne sur une centaine de malades en soins intensifs avec détresse respiratoire n’a pas trouvé de lien franc entre vitamine D et mortalité. Néanmoins, dans cette étude seules 5 personnes avaient des niveaux de vitamines D normaux ce qui rend difficile toute interprétation.

Ces petites études ne permettent donc pas de conclure mais elles laissent penser qu’il est probable qu’un déficit sévère en vitamine D (taux sanguin inférieur à 30 nmol/L environ) joue un rôle négatif dans ce syndrome pulmonaire.

Impact de la vitamine D sur les orages de cytokine

Sur la question des orages cytokiniques et de la libération des cytokines inflammatoires comme l’interleukine-6, les données sont plus nombreuses et plus solides.

Il existe en effet des études in vitro et in vivo sur la vitamine D et ses effets sur l’inflammation. Ces travaux concluent que la vitamine D diminue la libération de cytokines inflammatoires, celles-là même qui provoquent les décès :

  • En Mai 2017, des chercheurs de l’institut national pour les maladies allergiques et infectieuses (Bethesda, États-Unis) ont suivi plus de 600 malades du VIH pour constater que plus ils manquaient de vitamine D plus l’inflammation et les niveaux d’interleukine-6 étaient élevés et plus les globules blancs s’activaient exagérément.
  • En janvier 2018, des chercheurs Chinois montraient chez les patients victimes d’accident vasculaire cérébral que plus le taux de vitamine D dans le sang était faible plus les niveaux d’inflammation et de cytokines étaient élevés.
  • En Avril 2018, des chercheurs Iraniens ont montré que chez des personnes ayant des pneumonies en soins intensifs, la supplémentation en vitamine D permettait de diminuer significativement les niveaux d’interleukine-6, une cytokine pro-inflammatoire.
  • En Mai 2019, le médecin Polonais Olszowiec-Chlebna et ses collaborateurs ont montré que chez des personnes touchées par la mucoviscidose et ayant une infection pulmonaire, la prise de vitamine D en complément était efficace pour diminuer la libération de différentes cytokines inflammatoires.
  • En Juillet 2019, des chercheurs Indiens identifiaient un lien inverse entre niveaux de vitamine D dans le sang et niveau de cytokine interleukine-6 chez les malades de la tuberculose.

Là encore les données ne sont pas totalement suffisantes mais indiquent clairement un lien très fort, accompagné d’explications biologiques cohérentes. Manquer de vitamine D est donc très certainement un facteur de risque d’inflammation excessive, y compris au niveau pulmonaire.

Rôle de la vitamine D sur l’immunité

Avant d’aller plus loin, il faut savoir que les infections respiratoires aiguës ne sont pas toutes provoquées par les coronavirus mais aussi par d’autres familles de virus : les virus de la grippe, les adénovirus, les entérovirus, les rhinovirus et bien d’autres.

Sur la question du rôle joué spécifiquement par la vitamine D dans l’immunité, il n’existe pas d’étude sur Covid-19 mais il existe des études globales sur tous les autres virus qui provoquent des infections respiratoires, dont les coronavirus. Voici ce qu’il en ressort :

  • La plupart des études épidémiologiques trouvent que ces infections respiratoires sont moins courantes dans la population quand les niveaux de vitamine D dans le sang sont élevés (en été par exemple)
  • En Juin 2013, des chercheurs de l’institut Karolinska (Stockholm, Suède) ont publié une méta-analyse des études ayant utilisé la supplémentation en vitamine D contre ces infections. Ils ont conclu à une diminution du risque de l’ordre de 36%, sous réserve que la supplémentation soit quotidienne avec de petites doses plutôt qu’avec de fortes doses (comme des ampoules d’UVEDOSE par exemple). Les chercheurs écrivent également dans leurs travaux que la vitamine D « étouffe l’inflammation excessive ».
  • En février 2017, le célèbre journal médical Britannique BMJ publie une nouvelle méta-analyse encore plus rigoureuse et plus complète, totalisant des données sur près de 11 000 personnes. Résultat : « la vitamine D protège globalement des infections respiratoires ». Les chercheurs soulignent que plus le déficit initial est important plus les effets sont probants mais ils notent toutefois que même chez les personnes présentant des taux normaux au départ, la supplémentation s’avère efficace (diminution du risque de l’ordre de 5% pour les personnes ayant déjà des taux de vitamine D dans le sang supérieurs à 75 nmol/L). Dans cette étude également il est mis en évidence que les fortes doses prises tous les mois ou tous les trois mois via des ampoules sont inefficaces. C’est malheureusement la forme de vitamine D la plus souvent prescrite par les médecins.

Par ailleurs des études globales sur les fonctions de la vitamine D ont mis en évidence que cette vitamine jouait un rôle fondamental sur l’immunité innée et sur l’immunité acquise, aussi appelée « immunité adaptative ». L’immunité adaptative est celle mise en œuvre quand notre système immunitaire rencontre un virus qu’il a déjà rencontré dans le passé ou une version mutée (comme la grippe par exemple). A l’opposé, l’immunité innée est l’immunité naturelle qui détermine notre risque de tomber malade et de quelle manière face à un virus nouveau.

Ces travaux montrent qu’avoir suffisamment de vitamine D dans le sang permet d’améliorer les effets des macrophages et des monocytes. Cela permet d’améliorer notre capacité de phagocytose, processus par lequel les pathogènes sont digérés puis éliminés. Mais la vitamine D agit aussi en produisant des substances naturelles anti-infectieuses actives contre les virus comme les bactéries : les peptides antimicrobiens (défensine β2 et cathélicidine notamment). Ces dernières sont cruciales pour contrôler les infections.

Enfin, ces études sur la vitamine D et l’immunité indiquent aussi qu’une des propriétés fondamentales de cette vitamine est de contrôler les cytokines comme l’interleukine-6. Ce contrôle permettrait certes de limiter les orages de cytokines mais aussi et surtout de diminuer les risques de maladies auto-immunes.

Mais si la vitamine D3 en supplément est si efficace, pourquoi n’est-elle pas systématiquement prescrite ? La question fait encore débat au sein de l’Organisation mondiale de la Santé qui pense qu’il est encore nécessaire d’attendre plus de données avant de pouvoir le recommander à l’échelle globale de la population. Car cela signifierait alors que la vitamine D serait prescrite et remboursée, ce qui n’est pas vu d’un bon œil par tout le monde.

En attendant, les études s’accumulent. Le 2 avril 2020, des chercheurs américains et hongrois ont publié un article scientifique dans la revue Nutrients où ils expliquent que de nombreux éléments (ceux que j’expose ici) laissent penser que la vitamine D est importante pour prévenir et lutter contre le coronavirus.

Ils recommandent aux personnes qui ne prennent pas de vitamine D quotidiennement depuis plusieurs mois de suivre le protocole suivant : 10 000 UI de vitamine D par jour pendant quelques semaines puis 5000 UI par jour comme dose de maintien.

C’est donc à chacun de prendre en main sa santé en agissant à l’échelle individuelle. Et même s’il n’y a pas encore de donnée spécifique sur le coronavirus de Wuhan, il me semble important de s’assurer qu’on ne manque pas de cette vitamine et de se supplémenter le cas échéant via un complément alimentaire sous forme de gouttes à prendre au quotidien (sous forme de vitamine D3 et non de vitamine D2, moins bien absorbée et moins efficace). L’OMS précise d’ailleurs que pour que la supplémentation soit efficace, elle doit avoir démarré avant de tomber malade. Il faut environ deux semaines pour que les niveaux de vitamine D dans le sang remontent correctement avec une supplémentation.

A lire également sur ce sujet : Calculer son besoin en vitamine D en fonction de son poids

Autres substances naturelles potentiellement actives contre le coronavirus

Depuis l’épidémie de coronavirus, internet est inondé d’articles ou de messages par mail pour promouvoir différentes thérapies naturelles contre le virus. 

Boire des boissons chaudes protège-t-il de l’infection ?

Une des premières fausse nouvelle a été lancée par le Pr Joyeux sur le site de son association « Santé Familles Prévention ». Ainsi, on peut y lire dans son article publié le 13 mars 2020 qu’il faut : « consommer, durant la journée, toutes les boissons chaudes possibles comme le thé, tisane, bouillon, soupes, ou simplement de l’eau chaude. » car « le liquide chaud neutralise le virus ».

Même s’il est probablement correct que si un virus pénètre dans une boisson chaude, ce dernier meurt, il n’en reste pas moins que ce conseil n’est soutenu par aucune recherche scientifique et qu’il est même illogique. En effet, on sait depuis le début de cette épidémie que ce virus se transmet principalement par les voies respiratoires via les gouttelettes émises pendant la respiration ou par contact physique entre un objet contaminé puis les muqueuses (bouche, yeux, etc.).

Enfin rappelons que le virus prolifère aussi actuellement dans des contrées beaucoup plus chaudes comme le Qatar ou le Bahrein. Abuser de boissons très chaudes ne sert donc à rien. A noter d’ailleurs que boire trop chaud augmente fortement les risques de cancer de l’œsophage selon de nombreuses études (+90% environ).

La vitamine C est-elle efficace ?

Une autre fake news répandue sur internet m’a été transmise par plusieurs lecteurs. Il s’agit de conseils diffusés par mail qui annoncent que c’est le « branle-bas le combat au ministère de la Santé » car les chercheurs Chinois auraient une piste contre le coronavirus. Cette piste serait la prise de hautes doses de vitamine C. La suite du message consiste ensuite à démontrer que la vitamine C classique que l’on trouve partout ne sert à rien et qu’il faut se procurer de la vitamine C liposomale via un laboratoire de compléments alimentaires partenaire…

Or il y a plusieurs problèmes dans cette thèse :

  • Premièrement, la vitamine C liposomale est un complément alimentaire inefficace et qui n’a jamais fait la preuve de son efficacité (voir à ce sujet mon article en cliquant ici).
  • Deuxièmement, les chercheurs Chinois n’ont pas utilisé de la vitamine C liposomale mais de la vitamine C classique sur certains patients touchés par le coronavirus
  • Et troisièmement, la vitamine C n’a pas été utilisée dans le but de guérir de l’infection.

Pour aller plus loin, il suffit de lire l’étude des chercheurs Chinois, publiée le 4 mars 2020 dans la revue médicale Chinese Journal of Infectious Diseases. Cette étude est un premier avis sur le traitement de l’infection à Covid-19 à partir des données actuellement disponibles en Chine. Les chercheurs y expliquent ce que nous exposons dans cet article et notamment la problématique de la détresse respiratoire et de l’orage de cytokines.

Pour ce deuxième problème, les chercheurs recommandent d’essayer l’héparine (un anticoagulant) couplée à la vitamine C. En effet, dans l’infection au coronavirus, l’orage de cytokine s’accompagne d’une augmentation de problèmes de coagulation du sang et de caillots sanguins (valeur D-dimer élevées) et les anticoagulants peuvent diminuer cet emballement immunitaire tout en protégeant les cellules vasculaires.

Quant à la vitamine C, elle est utilisée en injections et à fortes doses (50 à 200 mg par kilo de poids corporel et par jour) pour son action antioxydante, dans l’espoir de limiter les dommages aux poumons et donc la détresse respiratoire. Cette approche est ici purement théorique sur le coronavirus car elle a déjà été testée face à d’autres pathologies provoquant de la détresse respiratoire sans que cela ne soit efficace (JAMA, octobre 2019).

Pour savoir si cette idée est vraiment utile dans le cas spécifique du coronavirus, des chercheurs chinois ont lancé une étude scientifique contrôlée le 14 février. Mais les résultats ne sont pas attendus avant le 30 septembre, au plus tôt.

Dans tous les cas, à aucun moment les chercheurs Chinois n’ont observé que la vitamine C était efficace pour soigner le coronavirus lui-même. Et il n’y a évidemment pas de « branle-bas le combat » à ce sujet au ministère de la Santé. Attention donc aux fausses informations qui circulent un peu partout.

Quel rôle jouent les oméga-3 ?

Une autre substance pourrait jouer un rôle intéressant face au coronavirus et d’une manière générale face à toutes les infections susceptibles de déclencher une tempête cytokinique, ce sont les acides gras oméga-3 à chaînes longues EPA et DHA (à ne pas confondre avec les acides gras oméga-3 à chaîne courte comme l’ALA, acide alpha-linolénique).

En effet, depuis une petite dizaine d’années, différentes études ont mis en évidence que les acides gras oméga-3 jouaient un rôle très important dans le fonctionnement de l’immunité. Non pas en supprimant l’activation immunitaire comme le croient certains mais plutôt en modulant son action qui devient « plus précise ».

Cet effet est souvent observé par les sportifs qui prennent des compléments d’oméga-3 pendant plusieurs semaines qui observent moins de courbatures musculaires et des courbatures moins intenses, plus rapides à disparaître.

Dans le cadre des infections, les oméga-3 joueraient un rôle fondamental pour calmer la libération excessive des cytokines. Par exemple, une étude de 2015 publiée par des chercheurs Italiens a étudié le comportement des cellules pulmonaires de malades victimes de détresse respiratoire aiguë selon leur rapport cellulaire oméga-3/oméga-6. On sait en effet qu’un excès d’acides gras oméga-6 peut être inflammatoire et que les oméga-3 permettent d’équilibrer cette balance.

Dans ces travaux, les chercheurs ont identifié que lorsque le rapport est de 1/7, la libération de cytokines est abusive alors que ce n’est pas le cas quand le rapport est de 1/2.  Or, d’après l’ANSES, l’alimentation des français apporte ces acides gras dans une proportion située autour de 1/20. Dans un rapport sur le sujet, ces autorités recommandent de tendre vers un rapport de 1/5. Des apports trop élevés en oméga-6 et conjointement trop faibles en oméga-3 seraient par ailleurs préjudiciables pour de nombreux problèmes de santé (maladies cardiovasculaires, etc.).

Différentes études ont d’ailleurs testé la supplémentation en oméga-3 chez les personnes hospitalisées pour une détresse respiratoire aiguë mais les résultats n’ont pas toujours été si encourageants. La lecture détaillée de ces travaux révèle que les effets positifs sont plus nombreux lorsque la supplémentation a duré longtemps et qu’ils sont très faibles si la supplémentation n’a duré que quelques jours.

Ces données sont cohérentes avec celles que l’on connaît sur le métabolisme des acides gras et qui stipulent qu’il faut entre 2 et 3 mois pour que les acides gras incorporent correctement toutes les membranes cellulaires. Comme pour la vitamine D, si les oméga-3 ont un effet positif, il n’existe donc qu’en prévention et pas en traitement, après plusieurs semaine sde supplémentation.

En pratique, il me semble raisonnable de recommander une plus faible consommation d’acides gras oméga-6 (huiles de tournesol, carthame, soja, sésame, maïs, soja ou pépins de raisins) et d’augmenter sa consommation d’oméga-3 (huile de lin, de colza ou de cameline, poissons gras). On peut aussi recourir à des compléments d’acides gras oméga-3 à longue chaîne EPA et DHA, sous réserve qu’ils soient de qualité avec un indice d’oxydation TOTOX faible. Pour corriger efficacement sa balance d’acides gras, il faut compter 2 à 3 mois.

Pour aller plus loin, lire l’article Qu’est-ce que le TOTOX et pourquoi est-ce si important ?

Que penser du rôle de la quercétine ?

Voir à ce sujet l’article dédié : faut-il prendre de la quercétine en cas de coronavirus ?

Conclusion

En définitive, voici ce que l’on sait aujourd’hui à propos de ce coronavirus :

  • Il est nettement plus dangereux et plus contagieux que la grippe
  • Plus on est âgé plus on est à risque de complications et de décès en cas d’infection
  • Les personnes ayant des maladies chroniques (diabète, hypertension) ou de l’inflammation pulmonaire sont à risque
  • Il n’existe aucun traitement efficace, ni naturel ni chimique, même si des études sont en cours
  • La prise de médicaments anti-inflammatoires est associée à une augmentation du risque de complications sévères
  • Les personnes traitées par des médicaments inhibiteurs de l’enzyme de conversion, des modulateurs de l’enzyme de conversion ou des bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine devraient prendre contact avec leur médecin pour envisager une alternative thérapeutique de la classe des bloqueurs des canaux calciques
  • L’intérêt de la prise de paracétamol n’est pas encore démontré
  • Il y a des raisons de penser qu’un déficit en vitamine D et/ou en oméga-3 ne soit pas favorable

Lectures recommandées :

Références :

Hua Cai, Sex difference and smoking predisposition in patients with COVID-19, The Lancet Respiratory Medicine, 2020, ISSN 2213-2600.

https://www.who.int/indonesia/news/detail/08-03-2020-knowing-the-risk-for-covid-19

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019

Fei Zhou, Ting Yu, Ronghui Du, Guohui Fan, Ying Liu, Zhibo Liu, et al. Clinical course and risk factors for mortality of adult inpatients with COVID-19 in Wuhan, China: a retrospective cohort study. The Lancet. March 11, 2020

Fang L, Karakiulakis G, Roth M. Are patients with hypertension and diabetes mellitus at increased risk for COVID-19 infection? Lancet Respir Med. 2020 Mar 11.

Puja Mehta, Daniel F McAuley, Michael Brown, Emilie Sanchez, Rachel S Tattersall, Jessica J Manson. COVID-19: consider cytokine storm syndromes and immunosuppression. The Lancet. Published Online March 13, 2020.

Daniel W Lee, Rebecca Gardner, David L Porter, Chrystal U Louis, Nabil Ahmed, Michael Jensen, Stephan A Grupp, Crystal L Mackall. Current Concepts in the Diagnosis and Management of Cytokine Release Syndrome. Blood, 124 (2), 188-95 2014 Jul 10.

Clark D Russell, Jonathan E Millar, J Kenneth Baillie. Clinical evidence does not support corticosteroid treatment for 2019-nCoV lung injury. The Lancet. VOLUME 395, ISSUE 10223, P473-475, FEBRUARY 15, 2020.

Onwuneme C, Martin F, McCarthy R, Carroll A, Segurado R, Murphy J, Twomey A, Murphy N, Kilbane M, McKenna M, Molloy E. The Association of Vitamin D Status with Acute Respiratory Morbidity in Preterm Infants. J Pediatr. 2015 May;166(5):1175-1180.e1.

Al-Beltagi M, Rowiesha M, Elmashad A, Elrifaey SM, Elhorany H, Koura HG. Vitamin D status in preterm neonates and the effects of its supplementation on respiratory distress syndrome. Pediatr Pulmonol. 2020 Jan;55(1):108-115.

Dancer RC, Parekh D, Lax S, D’Souza V, Zheng S, Bassford CR, Park D, Bartis DG, Mahida R, Turner AM1, Sapey E, Wei W, Naidu B, Stewart PM, Fraser WD, Christopher KB, Cooper MS, Gao F, Sansom DM, Martineau AR, Perkins GD, Thickett DR. Vitamin D deficiency contributes directly to the acute respiratory distress syndrome (ARDS). Thorax. 2015 Jul;70(7):617-24.

Maura Manion, Katherine Huppler Hullsiek, Eleanor M P Wilson, Frank Rhame, Erna Kojic, David Gibson, John Hammer, Pragna Patel, John T Brooks, Jason V Baker, Irini Sereti, Study to Understand the Natural History of HIV/AIDS in the Era of Effective Antiretroviral Therapy (the ‘SUN Study’) Investigators. A            Vitamin D Deficiency Is Associated With IL-6 Levels and Monocyte Activation in HIV-infected Persons. PLoS One, 12 (5), e0175517  2017 May 2 eCollection 2017.

Qiongzhang Wang, Zhuoying Zhu, Yuntao Liu, Xinjie Tu, Jincai He. Relationship Between Serum Vitamin D Levels and Inflammatory Markers in Acute Stroke Patients. Brain Behav, 8 (2), e00885  2018 Jan 11 eCollection Feb 2018.

Amir Ebrahim Miroliaee, Jamshid Salamzadeh , Shervin Shokouhi , Zahra Sahraei. The Study of Vitamin D Administration Effect on CRP and Interleukin-6 as Prognostic Biomarkers of Ventilator Associated Pneumonia.   J Crit Care, 44, 300-305  Apr 2018.

M Olszowiec-Chlebna, A Koniarek-Maniecka , A Brzozowska , A Błauż , B Rychlik , I Stelmach. Vitamin D Inhibits Pro-Inflammatory Cytokines in the Airways of Cystic Fibrosis Patients Infected by Pseudomonas Aeruginosa- Pilot Study. Ital J Pediatr, 45 (1), 41  2019 Mar 29.

Shubhangi M Dalvi , Nagsen N Ramraje , Vinayak W Patil , Rohit Hegde , Neelam Yeram. Study of IL-6 and Vitamin D3 in Patients of Pulmonary Tuberculosis. Indian J Tuberc, 66 (3), 337-345  Jul 2019.

Bergman P, Lindh AU, Björkhem-Bergman L, Lindh JD. Vitamin D and Respiratory Tract Infections: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. PLoS One. 2013 Jun 19;8(6):e65835.

Martineau AR, Jolliffe DA, Hooper RL, Greenberg L, Aloia JF, Bergman P, Dubnov-Raz G, Esposito S, Ganmaa D, Ginde AA, Goodall EC, Grant CC, Griffiths CJ, Janssens W, Laaksi I14, Manaseki-Holland S, Mauger D, Murdoch DR, Neale R, Rees JR, Simpson S Jr, Stelmach I, Kumar GT, Urashima M, Camargo CA Jr. Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data. BMJ. 2017 Feb 15;356:i6583.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/28623-The-cafe-consommer-boissons-chaudes-accroit-risque-developper-cancer-de-l-oesophage

http://rs.yiigle.com/yufabiao/1183266.htm

Fowler AA, Truwit JD, Hite RD, Morris PE, DeWilde C, Priday A, Fisher B, Thacker LR, Natarajan R, Brophy DF, Sculthorpe R, Nanchal R, Syed A, Sturgill J, Martin GS, Sevransky J, Kashiouris M, Hamman S, Egan KF, Hastings A, Spencer W, Tench S, Mehkri O, Bindas J, Duggal A, Graf J, Zellner S, Yanny L, McPolin C, Hollrith T, Kramer D, Ojielo C, Damm T, Cassity E, Wieliczko A, Halquist M. Effect of Vitamin C Infusion on Organ Failure and Biomarkers of Inflammation and Vascular Injury in Patients With Sepsis and Severe Acute Respiratory Failure: The CITRIS-ALI Randomized Clinical Trial. JAMA. 2019 Oct 1;322(13):1261-1270.

Cotogni P, Trombetta A, Muzio G, Maggiora M, Canuto RA. The Omega-3 Fatty Acid Docosahexaenoic Acid Modulates Inflammatory Mediator Release in Human Alveolar Cells Exposed to Bronchoalveolar Lavage Fluid of ARDS Patients. Biomed Res Int. 2015; 2015:642520.

Saray Gutiérrez, Sara L Svahn, Maria E Johansson. Effects of Omega-3 Fatty Acids on Immune Cells. Int. J. Mol. Sci. 2019, 20(20), 5028;

Dushianthan A, Cusack R, Burgess VA, Grocott MP, Calder PC. Immunonutrition for acute respiratory distress syndrome (ARDS) in adults. Cochrane Database Syst Rev. 2019 Jan 24;1:CD012041.

Langlois PL, D’Aragon F, Hardy G, Manzanares W. Omega-3 polyunsaturated fatty acids in critically ill patients with acute respiratory distress syndrome: A systematic review and meta-analysis. Nutrition. 2019 May;61:84-92.

Gerling CJ, Mukai K, Chabowski A, Heigenhauser GJF, Holloway GP, Spriet LL, Jannas-Vela S. Incorporation of Omega-3 Fatty Acids Into Human Skeletal Muscle Sarcolemmal and Mitochondrial Membranes Following 12 Weeks of Fish Oil Supplementation. Front Physiol. 2019 Mar 29;10:348.

Grant, W.B.; Lahore, H.; McDonnell, S.L.; Baggerly, C.A.; French, C.B.; Aliano, J.L.; Bhattoa, H.P. Evidence that Vitamin D Supplementation Could Reduce Risk of Influenza and COVID-19 Infections and Deaths. Nutrients 2020, 12, 988.

Vous pourriez être intéressé

85 commentaires

  • Avatar for Sam
    Sam  2020-03-16 at 14:44

    Article très pertinent et très intéressant comme toujours Julien, bravo pour ton travail de recherche et d’analyse toujours remarquable,
    A bientôt !

    Répondre
  • Avatar for Aurélien
    Aurélien  2020-03-16 at 16:00

    Merci Julien !

    Répondre
  • Avatar for Benoit
    Benoit  2020-03-16 at 18:37

    Bonjour,
    vous citez l’huile de pépin de raisins comme contenant beaucoup d’oméga 6. Quand est-il de l’huile de pépins de courges?
    Merci

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-16 at 18:59

      Oui c’est riche en oméga-6 mais il y a aussi un peu d’oméga-3es pour contre balancer.

      Répondre
  • Avatar for Isabel Garcia
    Isabel Garcia  2020-03-17 at 11:08

    Chinese Medical Team Report Successful Treatment Of Coronavirus Patients With High-Dose Vitamin C
    dr-rath-foundation.org/2020/03/chinese-medical-team-report-successful-treatment-of-coronavirus-patients-with-high-dose-vitamin-c/

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 11:14

      Malheureusement ce sont de fausses nouvelles !

      Répondre
  • Avatar for BERENGER Geneviève
    BERENGER Geneviève  2020-03-17 at 12:02

    Merci Julien pour ces informations pertinentes et utiles !

    Répondre
  • Avatar for Audiomaniac
    Audiomaniac  2020-03-17 at 12:26

    Bonjour Julien,

    Différence entre grippe et coronavirus symptômes intestinaux, pourquoi les chercheurs ne travaillent pas sur les intestins ?

    Probiotiques ?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 13:57

      C’est une étude sur des animaux. Les études sur les humains ont montré que cet effet négatif ne survenait que lorsque les oméga-3 étaient oxydés. Quand ils sont de qualité et non oxydés, pas de problème. Les autorités sanitaires européennes ont d’ailleurs publié à ce sujet en indiquant que les oméga-3 ne rendaient pas le système immunitaire moins performant. Voir à ce sujet l’article suivant : https://www.unae.fr/omega-3-quest-ce-que-lindice-totox-et-pourquoi-est-ce-important/

      Répondre
  • Avatar for Born Tristan
    Born Tristan  2020-03-17 at 13:11

    Merci pour cet article rigoureux et intéressant !
    Bonne continuation au blog et à UNAE

    Répondre
  • Avatar for ml85
    ml85  2020-03-17 at 13:54

    Bonjour

    Est ce que la n-acetylcystéine peut être utile pour aider l’organisme à se protéger?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 13:55

      Je ne pense pas.

      Répondre
  • Avatar for Noet Perceval
    Noet Perceval  2020-03-17 at 14:43

    Bonjour. Me supplementant en vitamine d3 depuis début septembre avec une dose de 6000 ui par jour je suis actuellement à 54 ng/ml. Étant à La campagne et les beaux jours arrivent je vais m’exposer 30 minutes par jour vers midi au soleil sans crème comme vous le dites. Je pensais continuer à prendre ma vitamine d3 jusqu’à fin juin puis arrêter deux mois. Vous en pensez quoi ? Mon but est d’être à un taux très élevé de 80 ng/ml. Il y a t’il une différence d’assimilation entre votre d3 à base de linchen et les compléments à base de lanoline ? Bien à vous

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 14:51

      Pourquoi pas.
      la différence c’est qu’il n’y a pas de pesticide dans la vitamine D végétale d’UNAE (huile bio) et qu’il ne faut pas d’animaux pour la fabriquer.

      Répondre
      • Avatar for Jean-Pol
        Jean-Pol  2020-03-18 at 09:50

        On conseille plutôt la VitD3 à base de lanoline,car mieux assimilable

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-18 at 10:06

          Toutes les vitamines D3 s’assimilent de la même manière, qu’elle soit animale ou végétale (c’est la même molécule). C’est la vitamine D2 végétale qui ne va pas.

          Répondre
  • Avatar for Jendoubi samy
    Jendoubi samy  2020-03-17 at 14:49

    Merci Julien, j’attendais tes recommandations avec impatience. Ton scepticisme n’empêche pas les tentatives raisonnables de supplémentation en vitamine C, mg, zinc, ou autre plante adaptogène. Car si elles ne guérissent pas. Au moins elles ne nuisent pas. Il faudrait quand même faire un panel diététique sur les populations en 1918. Les systèmes immunitaires et la qualité minérale ou vitaminique du menu de 16/17/18 devait être intéressant à connaître. Beaucoup de blessés d’opérés de trépanés sont mort…mais la choses étonnante fut le taux de morbidité de la classe 25/35 ans. J’ai pensé d’abord qu’il s’agissait des soldats mais les chiffres ne collent pas…Bref. Pour les curieux ce lien :
    laviedesidees.fr/Freddy-Vinet-grande-grippe-1918-pire-epidemie-siecle.html

    Répondre
  • Avatar for Pierrick Travert
    Pierrick Travert  2020-03-17 at 15:51

    Bonjour.
    Pour les sujets hypertendus, vous parlez des problèmes potentiels avec les médicaments agissant sur l’enzyme de conversion de l’angiotensine en suggérant de les remplacer par des bloqueurs des canaux calciques. Quid des bêta bloquants ?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 15:54

      Pour l’instant pas de problème connu avec ces médicaments et le coronavirus. Je mettrais à jour l’article si jamais on apprend quelque chose.

      Répondre
  • Avatar for Carla
    Carla  2020-03-17 at 16:13

    Merci pour ce nouveau article, Julien.
    Personne mettre en doute les benefices de la vitamine D, spécialement maintenant. J’en profite pour vos poser une question: Mon mari prend l’antiplaquetaire Clopidogrel avec de l’aspirine depuis la pose des stents en août 2019. Je voudrais savoir s’il peut changer le Dedrogyl pour le K2d3 sans avoir des problèmes d’interaction entre les médicaments.

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 16:17

      Pas de problème à ma connaissance mais attention pour que la vitamine K2 soit efficace il faut qu’elle soit microencapsulée.

      Répondre
      • Avatar for Carla
        Carla  2020-03-18 at 18:15

        Merci pour votre réponse qui m’a incité à chercher et apprendre des choses nouvelles. Pas mal dans ces jours de confinement…
        https://www.unae.fr/vitamine-k2-mk-7-microencapsulee/

        Cependant j’ai observe que certains laboratoires parlent que comme les vitamines D3 et K2 sont solubles il suffit de les donner dans un support lipidique, comme d’huile d’olive… ce qui ne lui donne pas la même protection d’un support microencapsule.
        Mon mari a 76 ans. Que dois-je lui donner dans votre palette de produits pour la régulation du taux de vitamine D, a part une heure de soleil par jour, pas trop facile de en pouvoir profiter en ce moment?

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-18 at 18:24

          Juste de la vitamine D, c’est le plus simple et ça ne coûte pas cher.

          Répondre
  • Avatar for Ahmed.
    Ahmed.  2020-03-17 at 17:13

    Bonjour,
    Article très intéressant et bien documenté.
    Quid des malades sous Kardegic 75 Mg.
    Ils doivent aussi consulter ?
    Et la vitamine D naturelle. Doit-il s’exposer combien par jour?
    D’avance je vous remercie.

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 17:45

      On ne connaît pas bien les risques liés à la prise d’aspirine pour l’instant mais il y a des chances que ce ne soit pas bon non plus. Pour la vitamine D je n’ai pas compris votre question.

      Répondre
      • Avatar for Nicolas
        Nicolas  2020-03-18 at 13:17

        Il demandait combien de temps d’exposition au soleil était nécessaire pour obtenir un taux de vitamine D viable.

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-18 at 13:21

          en ce moment au moins une heure je pense

          Répondre
  • Avatar for LUNG
    LUNG  2020-03-17 at 18:07

    Merci de votre excellent article. (J’avais aussi écouté votre conférence vidéo récente sur l’arthrose que j’ai également beaucoup appréciée)
    Je n’ai aucune compétence médicale particulière j’essaie juste de faire fonctionner mon bon sens mais il me manque toutes les connaissances que vous avez , votre énergie, et votre lucidité.
    Du coup j’ai publié sur ma page facebook et ai même relayé à mes amis et famille l’article qualifié de viral, « fake news » etc… par une multitude de média (Conseils simples etc…parfois aussi qualifié comme article de chercheurs de Shenzhen)
    Je viens néanmoins de terminer un court texte où je m’interroge sur l’acharnement des médias et des autorités sanitaire à déconseiller le port du masque grand public (masque « chirurgical ») pour les personnes non notoirement infectées.
    J’aimerais bien connaitre votre sentiment sur ce dernier point.
    Je peux vous envoyer éventuellement mon article (en toute modestie)
    Frédéric Lung

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 18:14

      J’avoue ne pas trop savoir quoi en penser, je n’ai pas investiger ce point. Mais globalement j’ai trouvé que la gestion de cette crise par notre gouvernement était catastrophique. Je ne suis d’ailleurs pas persuadé que le confinement suffira à enrayer l’épidémie ici.

      Répondre
      • Avatar for LUNG
        LUNG  2020-03-17 at 18:30

        voulez vous que je vous envoie mon texte
        ou peut être n’avez vous pas trop le temps?

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-17 at 19:03

          vous pouvez m’envoyer en mail

          Répondre
      • Avatar for Regis
        Regis  2020-03-18 at 10:31

        Bonjour Julien,

        Pourquoi pensez-vous que le confinement ne sera pas efficace pour enrayer l’épidémie ?

        Cordialement.

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-18 at 11:30

          Parce que beaucoup de gens ne le respectent pas.

          Répondre
  • Avatar for Noet Perceval
    Noet Perceval  2020-03-17 at 18:50

    Merci pour votre réponse. Je vais donc faire comme cela continuer avec mes 6000 ui de d3 de votre marque . Et arrêter fin juin . Et l’exposer 30 minutes par jour au soleil sans crème tous les midis dès demain. Je vous demandais cela car j’avais peur du surdosage et de monter au dessus 100 ng/ml. Mais étant donné que même avec 6000 ui par jour pris avec un repas gras pendant 7 mois j’ai du mal à dépasser 54 ng/ml. Je me dis que j’aurais du mal à aller au delà de 80…

    Répondre
  • Avatar for Delaporte
    Delaporte  2020-03-17 at 20:14

    Bonsoir, tout d’abord je voulais vous remercier pour le travail que vous faites, votre article m’a fais sourire (rire jaune) quand vous parliez des mails sur la vitamine C car j’ai moi même entendu parler de ces mail, il est compliqué de savoir qui croire dans ce monde qui tourne autour de l’argent ? Pas facile pour tout le monde.

    Heureusement j’ai un jour découvert votre site par hasard et c’est tellement rassurant d’avoir enfin des articles qui parlent de leur sources et les affiche, sans lien vers des sites pour faire l’achat de choses proposées par l’article !

    Tout ça pour dire : merci beaucoup

    J’avais hormis tout cela une petite question sur le coronavirus, en effet mon compagnon me soutien qu’il a entendu à la télévision que l’on pouvait attraper le coronavirus plusieurs fois de suite (ça se serait vu en Chine) et donc j’ai interprété qu’on ne serait pas immunisé par des anti-corps libérés par le corps après guérison.

    Cela m’a étonné, que peut-on en penser d’après vous, est-ce vrai ? Aurais-je mal interprété une information réelle ?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 20:40

      Tout d’abord merci !
      Je trouve cette information difficilement plausible à si court terme. A plus long terme ça me semble possible car ce virus mute (comme la grippe).

      Répondre
      • Avatar for delaporte
        delaporte  2020-03-17 at 21:14

        D’accord, je vous remercie pour la rapidité de votre réponse !

        Je n’avais effectivement pas penser sur le coup à des mutations… Est-ce que vous avez une idée du temps approximatif du temps que pourrait mettre le virus à muter ? (de l’ordre de quelques mois.. ?) c’est bête mais je ne peux m’empêcher de m’inquiéter d’un coup.

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-17 at 21:26

          Oui, quelques mois

          Répondre
          • Avatar for Delaporte
            Delaporte  2020-03-17 at 23:01

            D’accord, merci beaucoup !

  • Avatar for Noet PERCEVAL
    Noet PERCEVAL  2020-03-17 at 20:18

    Même étant donné que je suis en pleine campagne que le soleil commence à être présent de 12h à 15h je pense arrêter à me supplément à partir de fin mai. Étant déjà à un taux de 54 ng/ml. Par contre vous pensez pas que je risque d’atteindre un seuil toxique en continuant à prendre 6000 ui par jour jusqu’à fin mai puis en m’exposant 30 minutes par jour Torse nu au soleil sans crème entre 12h et 15h? Merci beaucoup de votre prochaine réponse et j’espère ne pas vous déranger mais je m’inquiète un peu

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 20:41

      Non pas de problème pour moi

      Répondre
      • Avatar for Noet Perceval
        Noet Perceval  2020-03-18 at 08:48

        Je vous remercie pour votre réponse. Je tiens à témoigner que je prenais de d3 auparavant d’une grande marque anglaise puis une marque américaine. Avec 6000 ui par jour j’étais bloqué à 44 ng/ml. Avec celle du laboratoire unae que je prends depuis 2 mois je suis monté à 54 ng/ml. Par contre le taux de vitamine d3 dans le sang baisse t’il rapidement sans apport et sans soleil ? À quel vitesse ? Merci

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-18 at 09:15

          Merci pour votre témoignage. Le taux baisse progressivement. c’est significatif à partir de 3/4 semaines d’arrêt.

          Répondre
          • Avatar for Noet Perceval
            Noet Perceval  2020-03-18 at 17:52

            Merci de votre réponse. En compilant vos réponses et vos articles. Je pense prendre de la d3 du laboratoire unae 6000 ui par jour du 1er octobre au 1er juin. Sachant que je m’exposerai au soleil 2 fois 30 minutes par jour entre 12h et 15h. Quand vous dites que cela devient significatif c’est à Dire vous parlez de 10 ng/ml ? Car la d3 montre très lentement dans le sang. J’ai peur pour ma part de faire 2 mois à fond au soleil juillet et août comme dis précédemment , de prendre directement en septembre les 6000 ui alors que je serai monté à taux important durant l’été sûrement de plus de 70 ng/ml. Par contre est t’il possible de maintenir un taux au dessus de 70 ng/ml en sortant de l’été en prenant 6000 ui par jour à partir de octobre jusqu’au 31 mai ? Merci

          • Avatar for Julien Venesson
            Julien Venesson  2020-03-18 at 18:04

            Cela dépend du poids corporel donc difficile de répondre. Mais tout le monde n’atteint pas 70 ng même avec le soleil, il y a parfois des surprises ! Dans le doute faites une prise de sang pour voir où vous en êtes.

          • Avatar for Noet Perceval
            Noet Perceval  2020-03-18 at 19:06

            Oui vous avez raison. Je fais des prises de sang tous les 2 mois pour doser. Avec 6000 ui depuis septembre ( sachant que je prends la d3 du unae depuis que deux mois) je suis qu’à 54 ng/ml… avec je pèse 88 kg pour 1,80. J’ai 10 kg en trop car un peu grasouillet. Ma crainte est toujours d’atteindre un seuil de toxicité et de dépasser les 100 ng/ml. Mais d’après ce que vous dites c’est difficile. Après cela dépend du soleil. Le soleil actuel à la campagne même entre 12h et 15h niveau uv n’est pas très fort je trouve. En été juillet août c’est autre chose… je vais donc prendre 6000 ui par jour de votre d3 de septembre à fin juin car je suis à Paris d’habitude. Puis faire 1h de bain de soleil sans crème par jour entre 12h et 15h juillet/août.

  • Avatar for Leo Juaneda
    Leo Juaneda  2020-03-17 at 21:24

    Bonjour, merci pour votre article très intéressant.
    Que penser d’une supplémentation en Citrulline et l’ornithine pour la production d’oxyde nitrique. il y a t’il un intérêt pour améliorer la réponse immunitaire face à ce virus ? ou est-ce inapproprié ?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-17 at 21:27

      Je ne vois pas de lien entre les deux

      Répondre
      • Avatar for Leo Juaneda
        Leo Juaneda  2020-03-17 at 21:34

        la vasodilatation engendrée n’aurait pas défait bénéfique sur la réponse immunitaire ou sur la capacité respiratoire ?
        Voici un extrait d’un article : « Ainsi, outre la production de NO, un nouvel aspect critique du rôle de l’arginine dans la réponse immunitaire innée est dévoilé : l’arginine serait nécessaire à l’activation de MEK/ERK et à la production de cytokines (Figure 2). »
        medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2011/05/medsci2011275p461/medsci2011275p461.html
        Cela à peut etre aucun rapport. Mais je me posais la question
        merci.

        Répondre
        • Avatar for Julien Venesson
          Julien Venesson  2020-03-17 at 22:00

          Ce sont des études sur des mécanismes biologiques. Ça veut dire que quelqu’un qui manque d’arginine aura probablement des problèmes d’immunité. Mais ça ne veut pas dire qu’en prendre plus améliore l’immunité. À voir !

          Répondre
  • Avatar for Guillaume
    Guillaume  2020-03-18 at 03:06

    Si on ne teste que les gens qui sont en réanimation et qu’on dit à tous les gens un peu malades de rester chez eux, on aura une vision de la gravité de la maladie qui ne sera pas réelle.
    Cf. exemple de la croisière au Japon où la mortalité dans la population la plus à risque (vu l’âge des croisiéristes) était de 1 %.

    Répondre
  • Avatar for Sophie
    Sophie  2020-03-18 at 10:52

    Je mange tous les jours plusieurs noix : pécan, brésil, cajou, noisette le matin au petit déjeuner et si j’ai un petit creux à 5h
    ai je assez d’omega 3 et est ce un bon omega3 ?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-18 at 11:31

      Non, il n’y a presque pas d’oméga-3 dans ces aliments et il s’agit des oméga-3 végétaux. Dans les études ce sont les oméga-3 animaux de poissons EPA et DHA qui ont été utilisés.

      Répondre
  • Avatar for Thomas
    Thomas  2020-03-18 at 11:31

    Salut Julien, quel est ton avis sur la Quercétine ?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-18 at 11:33

      J’ai regardé les études, elles ont été faites sur des souris ou des cultures cellulaires et aucune n’a été faite sur le coronavirus 2019. Les doses utilisées sont inatteignables par voie orale chez l’homme. C’est donc complètement farfelu.

      Répondre
  • Avatar for Marc Moissard
    Marc Moissard  2020-03-18 at 21:45

    Merci Julien pour tout ce travail,
    Que pensez vous de la chloroquine, est ce une piste sérieuse pour traiter le coronavirus ? A 0,10€ la pillule ce serait une bonne nouvelle et on connait de longue date les effets secondaires.
    Le ministère de la Santé indique dans un Tweet que « aucune étude rigoureuse, publiée dans une revue internationale à comité de lecture indépendant, ne démontre l’efficacité de la chloroquine pour lutte contre l’infection au coronavirus chez l’être humain ». Je n’ai pas confiance là non plus, les lobbys ont fait leurs travails pour vendre un futur vaccin beaucoup plus cher et permettant d’en rajouter une couche avec les 11 obligatoires.

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-18 at 21:56

      Il n’y a effectivement pas encore d’étude sérieuse. On verra dans quelques mois. On connait bien la molécule et les effets secondaires sont loin d’être anodins. De plus on ne peut pas l’utiliser sur des cas graves, c’est incompatibles avec les traitements utilisés en réanimation.

      Répondre
  • Avatar for Jean-Jacques MILAN
    Jean-Jacques MILAN  2020-03-18 at 22:26

    Bonjour,

    Un grand merci pour votre article !

    C’est juste une question que je me pose : est-il légitime de faire un rapprochement entre les complications respiratoires qui suivent l’infection par le coronavirus et l’usage massif des fongicides de type SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui agissent en bloquant les fonctions respiratoires des cellules des champignons mais aussi celles des vers de terre, des abeilles, etc.

    Il se trouve d’une part que nous sommes tous plus ou moins imprégnés de SDHI, qu’il y en a partout dans notre environnement, dans notre alimentation, et que d’autre part les cellules des champignons sont biologiquement plus proches de celles des animaux, humains compris évidemment, que de celles des végétaux que les SDHI sont censés protéger.

    Cordialement,

    Jean-Jacques MILAN

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-19 at 08:42

      Je ne sais pas du tout !

      Répondre
      • Avatar for Jean-Jacques MILAN
        Jean-Jacques MILAN  2020-03-19 at 12:26

        Bonjour,

        Je pense qu’en effet, personne ne peut savoir s’il y a ou non une relation mais à force de jouer les apprentis-sorciers de façon totalement inconséquente l’humanité doit s’attendre à quelques douloureux « retours de manivelle ».

        Il est évident que les SDHI ne sont pas à l’origine de la contamination mais en revanche il se pourrait bien qu’ils contribuent efficacement à en aggraver les effets. Il est clair que l’on ne peut pas compter sur l’industrie des pesticides et des semences, ni sur les gouvernements qui la soutiennent et en dépendent pour une large part, de diligenter des études pour voir s’il y a d’éventuelles corrélations. Dans ce domaine on ne trouve que ce que l’on cherche !

        Cordialement,

        Jean-Jacques MILAN

        Répondre
  • Avatar for Furber
    Furber  2020-03-19 at 00:46

    Bonjour, merci pour ce point sur la vitamine D.
    La fuite du virus d’un labo P4 est très peu probable car ce virus n’a jamais été isolé auparavant et a été retrouvé chez la chauve-souris (c’est donc une rumeur et non une théorie).
    Enfin ce billet, tout intéressant qu’il soit, pourrait paraître complètement hors sujet vis-à-vis des mesures efficaces pour lutter contre le virus du COVID19. A aucun moment vous ne mentionnez les mesures individuelles barrières et les mesures collectives de distanciation et confinement qui elles ont montré leur efficacité en Chine.
    Conseillez activement à votre audience ces mesures plutôt que d’imaginer lutter contre une telle pandémie en avalant des vitamines ! Cela désengorgera nos cabinets et services d’urgences.
    Un médecin généraliste dans l’ouest.

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-19 at 08:42

      Bonjour Monsieur, cet article s’intitule « la vitamine D est-elle efficace contre le coronavirus » il est donc normal que je n’y parle pas de tout. Sur la question des mesures efficaces contre le virus à l’échelle de la population entière, seule la Chine, le Japon et la Corée du Sud ont réussi à bloquer la prolifération du virus mais cela au prix d’investissements énormes pour fournir des masques et des tests de dépistage. Ici en France on ne donne de masque à personne et on déconseille aux gens de se faire dépister. L’attaque sanitaire est catastrophique et ce n’est pas mon petit blog qui va résoudre le problème. Jamais un responsable politique ne m’a demandé de conseil sur quoi que ce soit.

      Répondre
    • Avatar for Hadassah
      Hadassah  2020-03-20 at 17:23

      Il faut attendre la confirmation que ce virus serait sorti d’un labo aux Etats-Unis et apporté en Chine; une délégation américaine était présente aux Jeux mondiaux militaires, une compétition omnisports disputée en octobre à Wuhan. L’histoire de la chauve-souris devrait aussi être démontrée.

      Répondre
  • Avatar for sylvestre stephane
    sylvestre stephane  2020-03-20 at 03:11

    Bonjour Julien,
    Un site internet que je connais insiste sur le fait que prendre de la vitamine d sans vitamine k2 favoriserait l’athérosclérose.Cela m’inquiète car c’est exactement ce que je fais depuis plusieurs années.Merci d’avance si tu peux me donner ton avis

    Répondre
  • Avatar for Boy
    Boy  2020-03-20 at 14:42

    Bonjour,
    Et merci pour cet article fort intéressant.
    Une petite question concernant la vitamine D j’ai un proche qui prend du Natecal, un mélange de vitamines D3 et calcium sous forme de comprimés à sucer.
    J’avais en tête que la vit. D3 sous forme huileuse était plus assimilable. Qu’en est-il ? Et cette forme à sucer est-elle néanmoins efficace ?
    Merci d’avance pour votre réponse, et bonne suite !

    Répondre
  • Avatar for Hadassah
    Hadassah  2020-03-20 at 17:07

    Bonjour Julien,

    Je réagis tard à votre excellent article, pour principalement 2 raisons, 1. nous sommes en haute préparation de Pessach, et 2. Je suis bombardée par de nombreux mails sur le coronavirus de la part de spécialistes de la santé naturelle, chacun y va de son grain de sel qui sont en fait des textes fleuves. Je me suis limitée à lire les lettres de Xavier Bazin qui me semble le plus sérieux. Naturellement, le marketing de la vit C liposoluble, la quercétine, les HE et autres ne manque pas ! Heureusement que vous êtes arrivé ; je ne pouvais pas imaginer que vous nous laissiez tombés dans cette crise. Nous suivons tant bien que mal les consignes d’hygiène suggérées par les ministères de la santé. Je ne suis pas convaincue. Ce virus est dans l’air et tient le coup pendant 3 heures. Cela voudrait dire que nous le portons tous et que les personnes avec une faible immunité font une réaction ! Avec tout ça, je préfère vous lire et poser les questions suivantes à vous :
    1) Vit. D3 : faudrait-il augmenter un petit peu la dose (75 UI/kg) ?
    2) Vit. C : combien ?
    3) Comment ce virus (comme les autres) peut-il être détruit en se lavant les mains ? Part-il avec l’eau dans l’évier ? Est-il fragile au savon et aux produits antiseptiques alcoolisés.
    4) Combien de temps ce virus vit-il et sur quelle matière (corps humain, papier, bois, métal, air, eau) sans qu’on y fasse quelque chose ? au fait, meurt-il de lui-même ?
    5) Faudrait-il aussi tenir distance d’un mètre entre époux, si l’un des deux est personne à risque avec fragilité pulmonaire ? Mettre un masque comme les soignants au moment où cette personne a besoin d’aide ? Je peux être porteur sans le savoir (parce que je sors faire les courses) et ne rien subir, mais contaminer l’autre.
    Merci pour vos réponses, j’en serai édifiée.
    Portez-vous bien !

    Répondre
      • Avatar for Hadassah
        Hadassah  2020-03-22 at 01:03

        Merci beaucoup Julien !
        Je m’étais déjà posé en quoi le savon aiderait dans la lutte contre le coronavirus, puisqu’il n’est pas un désinfectant. J’ai eu une réponse dans l’article « L’efficacité du savon dans la lutte contre le Covid-19 expliquée par un immunologue » (Sputnik). Et ailleurs que le savon, qui est un détergent et non un désinfectant, ne s’attaque pas directement aux bactéries, mais il se contente de les décoller de la surface sur laquelle elles se sont fixées par une action purement mécanique.

        Répondre
  • Avatar for Stress
    Stress  2020-03-24 at 18:15

    Bonjour Julien,
    Merci pour cet article très complet.
    Je prends déjà de la vitamine D toute l’année. Je me demandais quel complément je pourrais prendre contre le stress en ces temps de crise. Le magnésium a peu d’effet sur moi car j’en prends déjà toute l’année aussi et les infos à longueur de journée n’aident pas à être serein…
    Merci d’avance pour votre aide

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-03-24 at 18:38

      Je ne pense pas qu’un complément puisse résoudre le problème dans ce cas-là. le mieux est peut-être de ne plus écouter l’actualité quelques jours, même si ce n’est pas évident.

      Répondre
  • Avatar for GAYOT Patrick
    GAYOT Patrick  2020-03-26 at 12:04

    Bonjour julien et MERCI pour ces infos essentielles. Je viens de lire un article qui émane de Xavier BAZIN (Santé, Corps,Esprit) dans lequel il parle des bienfaits de la quercitine associée à la vitamine D : référence est faite aux docteurs Chretien et Mercola. Quel est votre avis sur le sujet ? Cordialement. PG

    Répondre
  • Avatar for Nina
    Nina  2020-03-28 at 23:03

    Merci pour cet article super intéressant avec autant d’informations utiles !
    Combien d’UI de la vitamine D consommez vous par jour ? L’associez vous avec K2?
    Je suis atteinte de la SPA mais en rémission grâce à un régime (sans gluten, sans lait sans œuf) et des compléments alimentaires (Omega 3, vitamine D, probiotiques etc).
    J’au lu que pour la SPA le responsable de l’emballement du système immunitaire et l’interleukine 6, ce que vous citez également pour la COVID 19. Est-ce que cela veut dire que je suis plus à risque si j’attrape ce virus ? Je prends également la quercetine.
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Bien cordialement

    Répondre
  • Avatar for Clement
    Clement  2020-04-01 at 02:30

    Bonjour julien, je prends un complément 1 gélule de vit D3 associé à la k2 dosé à :

    25 mcg vitamine D3 (1000 IE, 500% AJR)
    75 mcg vitamine K2 – MK7 (100% AJR)

    Je pèse 70 kg donc environ 5000 UI soit 5 gélules je devrais prendre.

    Je vais pas overdosé la vitamine k2 si je fais cela ?

    Merci beaucoup !

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-04-01 at 09:02

      Il n’existe pas d’overdose à la vitamine K. Mais attention car pour être efficace la vitamine K2 MK-7 doit être sous forme microencapsulée (sinon elle est instable et le produit ne contient que rarement la concentration ration indiquée sur l’étiquette).

      Répondre
  • Avatar for Thomas
    Thomas  2020-04-01 at 10:34

    Salut Julien;
    Ayant pris conscience au mois de Décembre dernier du besoin en vitamine D, et en sachant que je fais 67/68kg, 75×67=5025 UI, j’ai choisis cette stratégie :

    – 3 premières semaines à 7500 UI par jours ( car déficit probable n’ayant pas pris de vitamine D pendant le début de l’hiver )
    – Ensuite, depuis 2 mois et demi je suis à 5000 UI par jours.

    Je viens de faire un dosage sanguin je suis à :
    75,7 ng/ml ( 189,3 nmol/l ).
    Valeurs souhaitables : 30ng/ml 70ng/ml
    Dépasser légèrement les normes de cette manière est-il risqué ?

    Quelle stratégie me conseillerais-tu ? Arreter la supplémentation pendant plusieurs semaines ? arreter jusqu’en Septembre ? diminuer à 2000 UI ?

    J’ose plus demander à mon médecin généraliste, car quand je lui ai parlé de la supplémentation en début d’hiver, il m’avait dit de suivre les AJR, soit 600 UI par jours.
    Merci

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-04-01 at 10:41

      On atteint naturellement des taux jusqu’à 100 ng avec le soleil donc pas de problème selon moi.

      Répondre
  • Avatar for marmoun9
    marmoun9  2020-04-03 at 00:44

    Bonjour,
    Avez-vous un avis sur l’hypothèse selon laquelle la vitamine D pourrait majorer le risque d’infection des cellules via une expression accrue des récepteurs de l’ACE2 ?

    Répondre
    • Avatar for Julien Venesson
      Julien Venesson  2020-04-03 at 07:55

      oi je pense que ce n’est pas solide. Et même s’il y avait un petit effet, les bienfaits immunitaires sont très largement supérieurs.

      Répondre
  • Avatar for Donn
    Donn  2020-04-03 at 04:54

    Encore un article de haut niveau merci Julien pour tout ce partage.
    Il semblerait que les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine soient plutôt bénéfiques contrairement aux autres anti hypertension . Je n’ai malheureusement pas trop le temps de retrouver la source mais j’avais vu passer l’info sur le reddit COVID-19. À ce propos ce subreddit est une mine d’infos, les spécialistes y décortiquent les dernières études au jour le jour et on apprend beaucoup de choses. Contrairement aux autres sub qui ne sont qu’alarmistes ou cherchent le buzz, celui-ci est d’utilité publique. Il faut un bon niveau scientifique pour tout comprendre mais c’est votre cas 🙂

    Répondre

Laissez un commentaire

Merci d'entrer votre nom. Please enter an valid email address. Please enter a message.

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Email address
Votre adresse mai ne sera jamais cédée à un tiers

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Email address