Le calcium donne-t-il des os solides ?

Le calcium diminue le risque de fractures et donne les os solides

Cette affirmation est fausse. Pour le montrer je présente ici un graphique tiré du dernier livre de Thierry Souccar, Le mythe de l’ostéoporose, que j’ai eu la chance de pouvoir lire en avant-première :

fractures-osteoporose-calcium

Relation entre la consommation de calcium (mg/jour) et taux de fractures du col du fémur (pour 100 000 personnes) chez les femmes de plus de 50 ans.

Dans un article publié en 2001 dans l’American Journal of Clinical Nutrition, le Pr Mark Hegsted, alors en poste au centre de nutrition humaine du ministère de l’Agriculture des Etats-Unis, résumait la situation ainsi : « Bien que des consommations élevées de calcium soient recommandées depuis longtemps pour prévenir l’ostéoporose, il y a peu de preuves que le lait, les produits laitiers et les suppléments de calcium préviennent les fractures. (…) Aujourd’hui, les niveaux de calcium sont si élevés qu’il est difficile, sinon impossible de concevoir un régime pratique qui en fournit autant. (…) Une proportion importante de la population mondiale suit un régime alimentaire pauvre en lait, laitages et calcium avec pourtant un  [développement osseux normal] et ces populations ne connaissent pas les taux excessifs de fractures [des pays développés]. Comme les maladies coronariennes, les fractures sont largement une maladie des sociétés occidentales. (…) Les pays qui suivent un régime Occidental – en particulier les Etats-Unis, le Canada, l’Europe de l’ouest – ont à la fois des taux élevés de maladies cardiovasculaires et de fractures, ce qui suggère des causes communes. »

Inutile, une fois de plus, de prendre des compléments alimentaires de calcium. Et inutile de se bourrer de laitages pour espérer avoir des os solides.

Pour aller plus loin, sur la prévention et le traitement naturel de l’ostéoporose :

mythe-osteoporose

Références :

Le mythe de l’ostéoporose, Thierry Souccar, 2013

Hegsted DM. Fractures, calcium, and the modern diet. Am J Clin Nutr. 2001 Nov;74(5):571-3.

 

Vous pourriez être intéressé

Aucun commentaire

Soyez le premier à poster un commentaire.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer votre nom. Please enter an valid email address. Please enter a message.

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom
Votre adresse mai ne sera jamais cédée à un tiers

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom