Le sport après la plongée augmente le risque d’embolie gazeuse

Lorsque l’on s’adonne à la plongée sous-marine au delà d’une certaine profondeur (environ 9 mètres), il est nécessaire de remonter à la surface via des palliers qu’on appelle palliers de décompression.

En effet, si on remonte trop vite, il peut y avoir une différence entre la pression artérielle de l’azote présent dans l’air et la pression de l’azote qui est dissout dans les tissus. Si cela survient, des bulles peuvent se former dans les tissus. La bulle circule rapidement jusqu’au cerveau et provoque perte de connaissance, problèmes moteurs, perturbe le fonctionnement du système cardiovasculaire et provoque une mort rapide en l’absence de traitement. Le seul traitement consiste d’ailleurs à mettre en place une recompression, c’est dire la gravité de l’incident.

Ne faîtes pas de sport après une sortie en plongée sous-marine

Une embolie gazeuse ne survient pas nécessairement juste après la remontée. Des chercheurs Croates viennent de montrer que la pratique d’une activité physique après une sortie en plongée augmente fortement le risque d’embolie, passant de 13 à 52%. Selon leur étude c’est le passage entre les systèmes veineux et artériel intra pulmonaires qui favorisait l’apparition d’une embolie gazeuse.

Ils déconseillent donc l’effort physique après la plongée, en particulier s’il sollicite le système cardiovasculaire : vous pouvez sortir faire vos courses à pieds mais évitez la natation ou les marches lourdement chargé.

Référence : Dennis Madden, Mislav Lozo, Zeljko Dujic, Marko Ljubkovic. Exercise after SCUBA diving increases the incidence of arterial gas embolism. J Appl Physiol jap.00029.2013.

 

You may also like

4 Response Comments

  • Guillaume  12 août 2013 at 14 h 35 min

    Tout à fait 😉
    Mais cette étude n’apprend rien de nouveau qu’on ne sait déjà dans le monde de la plongée.

    On parle d’ADD, accident de décompression/désaturation.
    Tout dépendra de la profondeur et du temps sous l’eau pour faire évoluer la tension d’azote dans le sang.
    Il faudra plonger au moins 2h15 à 12m pour avoir un palier obligatoire. (qui servira à décharger le plus possible cet azote en trop grande quantité)
    1h15 de plongée à 15m avant un palier obligatoire
    40min de plongée à 20m avant un palier obligatoire
    et ça continue… on parle de courbe de sécurité.
    En surface on parlera d’azote résiduel.
    Les formations de type « PADI » (américaine) organisent quasiment toutes les plongées pour ne pas avoir de palier à faire.
    Les formations de Type FFESSM (fédé française) apprennent dès le niveau 2 à « calculer » et anticiper/gérer d’éventuels paliers obligatoires.
    C’est azote résiduel, peut donc être très faible, comme grand.
    Après un baptême pas de souci.
    Après une plongée à 20m ça devrait aller aussi.
    Deux plongées dans la journée, on reste au repos.
    PS : toutes ces infos ont été déterminées via des statistiques.

    (1)
    Répondre
  • DIVER  17 décembre 2014 at 16 h 46 min

    la valeur M ou gradient de pression exprime la différence de pression entre la tension d’azote au sein des tissus de l’organisme et la pression d’azote exercée au sein des alvéoles pulmonaires…cette différence de pression doit-être impérativement maintenue dans une zone de sécurité sinon si cette différence de pression est trop importante, l’azote dissout dans les tissus passe à l’état gazeux et ses billes d’azote sont libérées dans la circulation et si « dégazage anarchique », ces myriades de billes d’azote raclent littéralement les paroies des vaisseaux sanguins et entrainent avec elles des plaquettes sanguines, des proteines, des amas graisseux qui peuvent former un bouchon « thrombose » certains tissus ne sont plus irrigués et par conséquent se retrouve en état d’hypoxie et suivant le type de tissu non irrigué divers signes et symptômes apparaissent de symptômes bénins à un éventuel embolisme aérien! effectivement, un effort intense immédiatement après une plongée et plus particulièrement après des séries de plongées effectuées sur plusieurs jours est dangereux car l’azote accumulé au sein des tissus de l’organisme n’est pas totalement évacué après chaque plongée consécutive, une accumulation s’opère sournoisement et un effort intense peut entraîner un dégazage et donc un accident…prendre l’avion ou monter en altitude après un séjour plongées est dangereux car la PPN2 alvéolaire (Pression partielle d’azote) diminue en altitude donc par voie de conséquence la valeur M augmente différence entre la TN2 et la PPN2 et un accident peut se produire du à…

    (0)
    Répondre
  • geraldine  30 mars 2015 at 15 h 13 min

    bonjour,

    effectivement c’est un élément de base qu’on apprend dès que l’on commence la plongée en bouteille, les seules personne à ne pas connaitre sont les gens qui ne pratiquent pas la plongée en bouteille, rien d’alarmant.

    (0)
    Répondre
  • trape  7 septembre 2013 at 8 h 55 min

    « Lorsque l’on s’adonne à la plongée sous-marine au delà d’une certaine profondeur (environ 9 mètres), il est nécessaire de remonter à la surface via des palliers qu’on appelle palliers de décompression. »

    Vous allez affoler les impétrants « plongeur » ou « chasseur sous-marin » mais comme il est dit, par guillaume, tout dépend du temps d’immersion. Mais si vous voulez informer sur les risques d’accidents, il faut noter une augmentation statistique du risque après…50 ans d’âge. Conclusion : ce n’est pas bon de vieillir!

    (-1)
    Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.