L’effet des oeufs sur la santé varie selon les pays

Longtemps décriés à cause de leur teneur en cholestérol, les oeufs retrouvent peu à peu la place qu’ils méritent dans notre alimentation. J’avais déjà expliqué dans un précédent article pourquoi et comment le cholestérol des oeufs n’était pas problématique et j’avais relaté les différentes études qui montrent qu’au contraire, la consommation quotidienne d’oeufs diminue le risque de problèmes cardiovasculaires (cliquez ici pour lire cet article).

Néanmoins, les lecteurs les plus avertis savent aussi que les grandes études publiées ces dernières années sur les liens entre consommation d’oeufs et santé ont aussi mis en évidence une légère augmentation du risque de diabète de type 2 pour les personnes qui mangent plus d’un oeuf par jour. Que faut-il en penser ? La réponse nous vient de Suède.

Des différences selon les pays

Des chercheurs Suédois ont souhaité en savoir plus sur ce lien entre diabète et consommation d’oeufs. Pour se faire, ils ont suivi près de 40 000 personnes pendant 14 ans et ont observé leurs habitudes alimentaires, leur mode de vie et leur état de santé. Leurs résultats furent surprenants : aucun lien entre consommation d’oeufs, même supérieure à un par jour, et risque de diabète.

Pour comprendre pourquoi leurs résultats n’étaient pas cohérents avec les anciennes études, ils ont passé au crible la littérature scientifique internationale sur le sujet et ont observé les différentes conclusions qui avaient pu être faites dans différents pays. Ils ont ainsi découvert que le lien entre consommation d’oeufs et diabète de type 2 n’existe que dans un seul pays : les Etats-Unis !

Le seul méfait potentiel d’une consommation importante d’oeufs n’aurait donc rien à voir avec les oeufs eux-mêmes. Deux hypothèses peuvent expliquer ces résultats : soit les études faites sur les américains n’étaient pas assez rigoureuses et les personnes ayant un mauvais mode de vie ont « confondu » les résultats car c’est ce mode de vie global qui augmente le risque de diabète; soit les oeufs issus des élevages industriels américains ont des caractéristiques qui les rendent plus favorables au développement de maladies : moins de caroténoïdes bénéfiques dans le jaune, moins d’acides gras oméga-3, plus d’acides gras oméga-6 inflammatoires (acide arachidonique).

Cette deuxième explication est la plus plausible. D’une manière générale, les oeufs issus de l’agriculture biologique restent plus intéressants, à des coûts qui restent très faibles.

Pour aller plus loin, découvrez mes livres :

Référence : Wallin A, Forouhi NG, Wolk A, Larsson SC. Egg consumption and risk of type 2 diabetes: a prospective study and dose-response meta-analysis. Diabetologia. 2016 Jun;59(6):1204-13.

You may also like

5 Response Comments

  • Ali  10 janvier 2017 at 13 h 21 min

    Article très intéressant. Seule la dernière phrase me chiffonne…N’est-il pas prouvé que les oeufs biologiques ne sont pas plus riches en oméga 3 que les oeufs batteries? Mais que seules les oeufs issues des poules ayant une alimentation riche en graine de lin(notamment) avaient un meilleur profil oméga3/6….(oeufs bleus/blanc /coeur par exemple).

    (7)
    Répondre
    • Vincent. G  22 mars 2018 at 0 h 16 min

      Bonsoir. c’est également une question que je me pose.

      (0)
      Répondre
  • Chat perché  24 mars 2017 at 17 h 46 min

    A la lecture de l’article et des commentaires je ne distingue pas si la différence entre les qualités nutritionnelles des œufs de poules torturées en cage et celles élevées dignement a l’air libre (avec accès à de l’herbe ou non?) sont très, ou peu différentes. Merci de préciser, s’il vous plaît. Je recherche toujours des œufs dits bio mais n’en trouve pas parfois, alors j’achète les autres, car j’en consomme tous les jours au moins un, généralement à la coque.

    (1)
    Répondre
  • inessmix  20 février 2017 at 12 h 06 min

    Il me semble, Ali, que les poules élevées en bio ou également en liberté (oeufs identifiés 0 ou 1), de par leur parcours en liberté avec la possibilité de picorer de l’herbe en abondance, ont plus d’oméga 3 dans leurs oeufs.
    En effet les oméga 3 ne sont pas que dans les graines de lin, ils sont dans tous les végétaux et en particulier dans l’herbe, d’où également l’intérêt de consommer de la viande de bétail de pâturage, au lieu de bétail nourri aux tourteaux de soja (la viande de l’élevage extensif traditionnel est plus riche en oméga 3 contrairement à celle d’élevage industriel, riche en oméga 6 donc pro-inflammatoire)

    (0)
    Répondre
  • Blue Knight  19 mars 2017 at 17 h 03 min

    @ ali

    Non, ce que vous dites n’est pas prouvé. Au contraire, les oeufs bio, tout comme la viandes et le lait bio par exemple, en contiennent plus. Maintenant, la différence n’est pas énorme, elle est faible.

    Pour les animaux nourris au lin, comme dans le réseau Bleu-Blanc-Coeur, ils en contiennent évidement nettement plus. Ils sont donc idéaux mais aussi nettement plus cher et donc pas accessibles à tous. Les bios sont déjà très bien, nettement meilleurs et plus riches en nutriments que les autres…

    (0)
    Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.