Les injections d’anti-inflammatoires stéroïdiens dans les articulations aggravent l’arthrose

L’arthrose est une maladie qui conduit à la destruction du cartilage articulaire. Des antalgiques peuvent calmer les symptômes douloureux et, dans les cas où la pathologie est très avancée, une chirurgie est possible, par exemple avec la pose d’une prothèse. Avant d’envisager une opération, les médecins proposent souvent à leurs patients des infiltrations de corticostéroïdes : des anti-inflammatoires stéroïdiens qui ont pour objectif de réduire l’inflammation locale et donc la douleur.

Les infiltrations avec ces molécules représentent une alternative à la chirurgie pour des patients qui ne peuvent pas être opérés du fait de leur grand âge ou d’autres pathologies. Combinées avec un anesthésique local, ces injections sont souvent employées pour traiter des douleurs du genou et de la hanche provoquées par l’arthrose ou d’autres affections. Mais est-ce efficace et sans risque ?

Des complications avec les infiltrations de corticostéroïdes

Une nouvelle étude de la Boston University School of Medicine met en garde contre les dangers de ces injections intra-articulaires de corticostéroïdes au niveau des genoux et des hanches : chez certains patients, ces procédures conduisent à des complications (1).

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié 459 injections de corticostéroïdes réalisées au niveau de la hanche (307) ou du genou (152) en 2018. Dans l’hôpital où a eu lieu l’étude, beaucoup de patients avaient des comorbidités, et donc des contre-indications à la chirurgie. Les injections contenaient 40 mg de triamcinolone (un corticoïde), associé à deux anesthésiques locaux, lidocaïne et bupivacaïne.

Les résultats indiquent qu’il y a eu 36 cas de complications, soit dans 8 % des injections : 30 complications suite à une injection au niveau de la hanche (10 % des injections de la hanche) et 6 complications pour le genou (4 % des injections du genou). Quatre grands types de complications ont été identifiés. La plus fréquente était l’accélération de la progression de l’arthrose, puis venaient : une destruction de l’articulation pouvant toucher l’os, l’ostéonécrose, et la fracture par insuffisance sous-chondrale.

Les auteurs suggèrent que les molécules utilisées pour l’anesthésie pourraient avoir un effet négatif sur les articulations. Dans un communiqué de l’université (2), Ali Guermazi, un des auteurs de cette recherche, en conclut : « Nous constatons actuellement que ces injections peuvent être très nocives pour les articulations avec des complications graves. » Les auteurs déplorent le manque d’études de grande envergure sur les complications liées à ces injections.

Des infiltrations contre l’arthrose aux effets controversés

Ces résultats vont dans le même sens que les conclusions d’une petite étude récente réalisée par le Massachusetts General Hospital (3). Deux radiologues ont examiné les radios de 70 personnes qui ont eu des injections de corticostéroïdes au niveau de la hanche, avec un suivi qui a duré entre 3 et 10 mois. Les scientifiques ont comparé ces images à celles de groupes contrôles qui soit n’avaient pas eu d’injections soit avaient eu des injections ailleurs. Résultats : 44 % des personnes qui avaient eu une injection au niveau de la hanche ont vu leur arthrose progresser, une proportion plus importante que celle des groupes témoins.

D’autres études ont mis en doute l’efficacité de ces injections à long terme. Par exemple, en 2017, une méta-analyse a comparé l’efficacité des injections de corticostéroïdes et d’acide hyaluronique dans le cadre de l’arthrose du genou (4). L’acide hyaluronique agit sur le liquide synovial dont il améliore la viscosité et l’élasticité. 12 essais cliniques regroupant 1.794 patients ont été inclus dans l’analyse. Les résultats montrent une meilleure efficacité des corticostéroïdes à court terme, c’est-à-dire sur un mois. Mais à long terme, sur six mois, l’acide hyaluronique apparaissait plus efficace pour réduire la douleur. Dans leur discussion, les auteurs affirment que d’après certaines études l’effet des corticostéroïdes serait même absent à long terme…

En 2016, une méta-analyse a compilé les résultats de 13 essais cliniques testant l’effet de ces thérapies contre l’arthrose de la main (5). Six études comparaient des injections d’acide hyaluronique à des injections de corticostéroïdes, quatre comparaient les corticostéroïdes à un placebo et trois l’acide hyaluronique à un placebo. Seul un essai clinique suggérait une efficacité des corticostéroïdes pour réduire la douleur de l’arthrose interphalangienne. Sinon, pour les autres arthroses de la main, aucune efficacité n’a été prouvée pour les injections de corticostéroïdes ou d’acide hyaluronique, comparées au placebo.

Références   [ + ]

1.Kompel et al. Intra-articular Corticosteroid Injections in the Hip and Knee: Perhaps Not as Safe as We Thought? Radiology. 2019.
2.BU School of Medicine. New Evidence: Hip, Knee Steroid Injections More Dangerous Than Thought. 2019.
3.Simeone et al. Are patients more likely to have hip osteoarthritis progression and femoral head collapse after hip steroid/anesthetic injections? A retrospective observational study. Skeletal Radiology. 2019.
4.He et al. Efficacy and safety of intraarticular hyaluronic acid and corticosteroid for knee osteoarthritis: A meta-analysis. International Journal of Surgery. 2017.
5.Kroon et al. Intra-Articular Therapies in the Treatment of Hand Osteoarthritis: A Systematic Literature Review. Drugs Aging. 2016.

Vous pourriez être intéressé

Un commentaire

  • Avatar for Bencheikh
    Bencheikh  3 décembre 2019 at 21 h 12 min

    Bonjour juilen voilà j’ai un début de coxarthrose et j’aurai aimé savoir ce que tu conseilles et si tu penses que la glucosamine ou la glycine voir les deux pouvais aider ou ralentir cette pathologie. Merci

    Répondre

Laissez un commentaire

Merci d'entrer votre nom. Please enter an valid email address. Please enter a message.

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom
Votre adresse mai ne sera jamais cédée à un tiers

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom