L’ibuprofène réduit la réserve ovarienne (et la fertilité) des femmes

C’est une découverte dirigée par des chercheurs français (INSERM) qui vient d’être publiée dans la revue médicale Human Reproduction spécialisée dans les problématiques de fertilité, et qui fait suite à des travaux précédents ayant démontré que l’ibuprofène et les médicaments antidouleurs sont toxiques pour les testicules des hommes.

L’ibuprofène pendant la grossesse diminue la réserve ovarienne de l’enfant

Là encore, les chercheurs sont partis du constat que, chez les rongeurs, la prise d’ibuprofène à une jeune âge peut être toxique pour les ovaires et provoquer des problèmes de fertilité.

Dans un premier temps, les chercheurs se sont intéressés à l’effet de l’ibuprofène pris pendant la grossesse. Cet antidouleur est en effet souvent utilisé par les femmes enceintes. Ils ont donc exposé des cellules fœtales ovariennes à des doses usuelles d’ibuprofène, soit de manière comparable aux doses auxquelles un fœtus est exposé quand une femme enceinte utilise ce médicament. Pour être certain que les doses d’exposition étaient comparables à celles auxquelles peuvent être exposés les fœtus, ils ont mesuré les concentrations en ibuprofène dans le cordon ombilicale de femme qui prenaient ce médicament.

Résultat : dès deux jours d’exposition au produit, on observe une « perte dramatique » (je cite) des cellules ovariennes, quel que soit l’âge du fœtus. Après l’arrêt de l’exposition, les ovaires n’ont pas récupéré totalement de cette agression.

Pourquoi l’ibuprofène diminue la fertilité des femmes

Pour comprendre pourquoi ces résultats sont inquiétants, il faut savoir que les femmes naissent avec un nombre fini de follicules ovariens. Ce nombre détermine leur future fertilité en tant qu’adultes. Une faible réserve ovarienne se traduit des dizaines d’années plus tard par une durée de fertilité plus courte, c’est-à-dire par une ménopause précoce. Certains chercheurs pensent également que cela peut impacter la fertilité en général (avant la survenue de la ménopause, mais ce point est discuté).

Les chercheurs soulignent que l’ibuprofène serait particulièrement problématiques pendant les 24 premières semaines de grossesse, période précise pendant laquelle l’ibuprofène fut recommandé à de nombreuses femmes enceintes pendant des années et on estime que 30% des femmes enceintes en prennent pendant cette période ! Ce n’est qu’à partir du sixième mois que sa consommation est déconseillée (à ce jour).

Toxicité générale sur les organes reproducteurs

Ces nouveaux résultats s’ajoutent donc à ceux publiés il y a quelques jours et ayant mis en évidence une toxicité de l’ibuprofène sur les testicules des hommes. Bien sûr, comme toujours, les chercheurs concluent en indiquant que ces résultats sont inquiétants et doivent être examinés plus en profondeur; ce avec quoi je ne suis pas d’accord : il faut au contraire interdire totalement l’utilisation de l’ibuprofène pendant la grossesse le plus vite possible, par respect du principe de précaution pour la santé de nos enfants, en attendant que d’autres études soient menées et qu’une éventuelle décision de l’autoriser à nouveau (peu probable) soit prise.

Référence : S Leverrier-Penna, R T Mitchell, E Becker, L Lecante, M Ben Maamar, N Homer, V Lavoué, D M Kristensen, N Dejucq-Rainsford, B Jégou, S Mazaud-Guittot; Ibuprofen is deleterious for the development of first trimester human fetal ovary ex vivo, Human Reproduction 02 February 2018.

You may also like

4 Response Comments

  • Belinda Barberá Gimeno  16 février 2018 at 11 h 42 min

    Bonjour Julien,
    Qu’est-ce qu’on peut prendre pour les douleurs et d’ inflamation ou lieu de l’ibuprofène?
    Excusez mon français, je vous écris des Barcelone, Espagne.
    Merci
    Salutations

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  16 février 2018 at 15 h 12 min

      Cela dépend beaucoup du problème / de la cause de la douleur.

      (0)
      Répondre
  • Lydie Thioliere  14 août 2018 at 7 h 52 min

    Bonjour,
    Je prends ibuprofene pour 2 choses:
    Mes règles (douleur en bas du ventre)
    Mes maux de tête ( assez régulier, je consomme de libuprofene au minimum 3 fois par semaine).

    J’aimerai arrêter libuprofene, nous essayons d’avoir un enfant…

    Le problème c’est que pour mes maux de tête, il n’y a que ibuprofene ou ketoprofene qui marche (anti inflammatoire). Le paracetamol ne fonctionne pas, et même en portant des lunettes, en faisant attention à mon alimentation (plus d’alcool, pas de chocolat…), malgré tout j’ai encore des maux de tête…

    Comment faire? Y a t’il une solution intermédiaire ?

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  14 août 2018 at 9 h 45 min

      Bonjour, il faudrait essayer de voir la cause de ces maux de tête.

      (0)
      Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.