facebook insta twitter

Musique pendant l’échauffement = meilleures performances

jeune femme qui fait du sport avec de la musique dans les oreilles

Il existe un moyen simple, légal et sans effet secondaire, qui peut améliorer vos performances sportives. Inutile de chercher très loin : il s’agit tout simplement de la musique.

Bien sûr, personne n’a attendu les études scientifiques pour pratiquer son activité sportive au rythme d’une playlist entrainante. Pour autant, les résultats de la recherche n’en restent pas moins éloquents.

La musique augmente les performances dès l’échauffement

En 2012, une étude pointait déjà une amélioration significative de la puissance moyenne comme de la puissance maximale, lors d’un effort suivant un échauffement en musique.

Ce dernier procure également un deuxième effet intéressant : celui de lisser les variations de puissance selon les différents moments de la journée. En l’absence de musique, on mesure en effet une puissance plus faible le matin que l’après-midi. L’étude encourage donc le recours à la musique pendant l’échauffement, en particulier lorsque l’effort a lieu le matin.

Les effets de la musique pendant la pratique d’une activité sportive

Les chercheurs se sont également intéressés aux effets de la musique pendant la pratique sportive. Cependant, l’écoute de musique pendant l’effort connait une limite, puisqu’elle n’est applicable que dans un contexte d’entrainement. Lors d’une compétition, les sportifs ne maitrisent en effet pas ce paramètre.

Musique et perception de l’effort

Plusieurs études montrent que la musique module à la baisse le ressenti de la difficulté de l’effort.

L’une de ces études s’est intéressée au type de musique, ainsi qu’à l’affinité de l’athlète pour cette musique. Ces paramètres ne semblent pas avoir d’influence sur la perception de l’effort : la musique se montre efficace dans tous les cas pour réduire la difficulté ressentie, par rapport à un effort similaire effectué dans un environnement silencieux. Les chercheurs avancent la supposition que la musique agit par effet de distraction.

Une musique appréciée par l’athlète confère de meilleures performances

D’autres études rapportent un effet accru de l’augmentation de la performance, lorsque la musique est choisie ou appréciée par les athlètes. Ce phénomène est observé à la fois pour la musique à l’entrainement et lors de l’effort.

Effets de la musique sur les efforts de force

Une étude a comparé les performances au développé couché, selon l’affinité des pratiquants pour la musique écoutée. Les résultats se sont révélés significativement meilleurs à la fois en termes d’explosivité, de puissance moyenne et de puissance maximale à l’écoute de musique appréciée par les athlètes.

Le « Wingate Test » est utilisé pour mesurer les capacités anaérobies sur un vélo ergomètre. Il permet de connaitre la puissance maximale que peut produire un athlète, ainsi que sa capacité à la maintenir dans le temps. Les études montrent une amélioration des performances lorsque ce test est effectué en musique. En revanche, dans ce cadre, le choix de la musique impacte seulement la motivation et la perception de la difficulté de l’effort, mais pas les paramètres physiologiques ni les performances.

Effets de la musique sur les efforts d’endurance

Les résultats sont également favorablement impactés dans le cas de sports d’endurance, comme le cyclisme. On n’observe pas de différence significative en matière de paramètres cardiaques. En revanche les performances sont globalement améliorées, et l’effort est perçu comme plus facile lorsque la musique est choisie ou appréciée par l’athlète.

La musique améliore aussi la récupération

Après l’effort, de nombreux sportifs ont recours à des procédés de récupération active. Il s’agit de mouvements de basse intensité, orientés sur les muscles impactés pendant l’effort. Le but est notamment d’évacuer les toxines présentes à proximité des muscles, par le biais de la stimulation de la circulation lymphatique.

Une étude a montré que la musique impactait cette phase de récupération active. On n’observe pas de différence sur le rythme cardiaque, mais la musique pendant la récupération induit un accroissement de la motivation pour réaliser ces mouvements quelque peu rébarbatifs. Les sportifs qui pratiquent leur récupération active en musique effectuent naturellement plus de répétitions, ce qui se traduit par une meilleure évacuation de l’acide lactique produit lors de l’effort.

Le rythme seul exerce une influence après le sport

Une autre étude s’est intéressée à la comparaison entre l’écoute de musique pendant la récupération, et l’écoute d’un rythme seul. La récupération s’est montrée plus efficace lors de l’écoute du rythme seul, par rapport au silence, mais moins que lors de l’écoute de musique.


Références

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 5
Rejoignez 45 000abonnés à ma newsletter !

Vous recevrez gratuitement les dernières actualités en santé et nutrition.

Dès votre inscription, vous recevrez dans votre boîte mail mon eBook 6 conseils simples pour préserver sa santé.

Scroll to Top