Oméga-3, vitamines B et cancer : nouvelles données

Temps de lecture : 2 minutes

Des chercheurs de l’Unité mixte de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Inserm-Inra-Cnam-Université Paris 13) ont démarré en 2003 une grande étude d’intervention Française plutôt bien orchestrée, intitulée SU.FOL.OM3 (SUpplémentation en FOLates, vitamine B6 et B12 et/ou oméga-3) dont le but était d’observer l’impact d’un complément alimentaire de vitamines B et/ou d’oméga-3 sur la survenue des maladies cardiovasculaires et l’accident vasculaire cérébral chez des personnes ayant déjà connu un événement de ce type (prévention secondaire). L’étude a démarré en 2003 pour s’achever en 2009 avec un résultat négatif.

Ce mois-ci, l’INSERM a publié les résultats d’une séquelle de l’étude sur le lien avec le risque de cancer. 2501 personnes âgées de 45 à 80 ans ont reçu soit

  • Un mélange de vitamines B6 (3 mg), B9 (560 µg) et B12 (0,20 µg)
  • Des oméga-3 dans un rapport de 2:1 (comme indiqué dans “Nutrition de la Force“) avec 400 mg d’EPA et 200 mg de DHA
  • Les vitamines B et les oméga-3
  • Un placebo

Résultat : après 5 ans, aucun effet de la supplémentation en vitamines B et/ou en oméga-3 sur le risque de cancer n’est observé chez les hommes. Pire, le risque est augmenté chez les femmes ! Une augmentation faible mais néanmoins observée. Pour expliquer ces résultats, les chercheurs déclarent: “Si les mécanismes sous-jacents ne sont pas clairs, un potentiel effet médiateur sur le métabolisme des oestrogènes est suggéré.”

Ces résultats restent à confirmer mais sont surprenants car l’étude utilise une forme naturelle de vitamine B9 (la 5-methyltétrahydrofolate) dont le bénéfice supérieur était attendu. Les doses d’acides gras oméga-3 utilisées sont dans un bon rapport mais en doses relativement faibles pour une alimentation occidentale classique. Néanmoins la plus grande limitation des résultats est sa population : les participants ont déjà subi un accident cardiovasculaire et sont sous traitement “recommandé” donc avec un médicament anticholestérol de la classe des statines. Et une récente étude a mis en évidence que les statines seraient capables de bloquer les bénéfices des oméga-3 (à lire ici).

Pour aller plus loin sur l’alimentation et la santé :

paleo2

Référence : Andreeva VA, Touvier M, Kesse-Guyot E, Julia C, Galan P, Hercberg S. B Vitamin and/or ω-3 Fatty Acid Supplementation and Cancer: Ancillary Findings From the Supplementation With Folate, Vitamins B6 and B12, and/or Omega-3 Fatty Acids (SU.FOL.OM3) Randomized Trial. Arch Intern Med. 2012 Feb 13.

Notez cet article !

Note moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour l'instant.

Si cet article vous a plu, restez informé via mes réseaux sociaux.

Cliquez ci-dessous :

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

0 réflexion sur “Oméga-3, vitamines B et cancer : nouvelles données”

  1. Olivier Bolliet

    Cela est étrange en effet…
    Espérons que cette fois-ci les médias ne sautent pas dessus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCaptcha and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Inscription à la newsletter

Rejoignez 47 000 abonnés à ma newsletter !

Et recevez gratuitement par mails les dernières actualités sur la santé, la nutrition et les compléments alimentaires

Retour haut de page