Quelles protéines en poudre utiliser pour préserver sa santé ?

dosette remplie de whey protéine sur une table en bois

Note fin 2019 : cet article m’a valu un procès en diffamation de la part d’un vendeur de protéines en poudre qui n’appréciait pas mes articles ni les commentaires des internautes à propos de sa marque. Par ailleurs, il a expliqué au juge qu’il “n’aimait pas la manière dont je m’exprimais”. Ses demandes (plusieurs milliers d’euros) ont été déboutées.

Malgré le bourrage de crâne de la publicité et du Programme National Nutrition Santé (voir mon article “Comment le PNNS rend les Français malades“), la plupart des personnes soucieuses de leur santé ont compris que consommer des produits laitiers n’était pas indispensable pour être en bonne santé. Et cela pose problème pour les sportifs car ils utilisent beaucoup de protéines en poudre à base de lait pour compléter leur alimentation. Alors comment faire ?

Pourquoi les protéines de lait seraient dangereuses pour la santé ?

Selon la sensibilité de chacun, les arguments qui incitent à limiter la consommation de laitages peuvent être du type “l’homme n’est pas fait pour boire le lait d’un animal d’une autre espèce”, “le lait est un décalcifiant”, “le lait déclenche des inflammations” ou plus scientifiques : “Un apport alimentaire adéquat de calcium, qui est souvent cité comme la raison principale pour consommer de grandes quantités de lait, peut être obtenu à partir de bien d’autres sources. En fait, les niveaux de calcium recommandés aux États-Unis qui sont basés essentiellement sur des études de 3 semaines maximum, exagèrent probablement les besoins réels et sont largement supérieurs aux apports conseillés en Grande-Bretagne. A travers le monde, les taux de fractures sont moins élevés dans les pays qui ne consomment pas de lait, par rapport aux pays où on consomme des laitages. En plus, la consommation de lait ne protège pas des fractures chez l’adulte selon une méta-analyse récente.” comme l’ont affirmé récemment le Pr Walter Willett et le Pr David Ludwig, les deux chercheurs en nutrition de l’école de santé publique de Harvard qui sont aussi les plus réputés et sans doute les plus respectés.

Le discours des Pr Willett et Ludwig peut sembler “extrémiste” pour beaucoup de Français. Pourtant, scientifiquement parlant, il est d’une modération INCROYABLE. Parce que nos deux amis sont experts en santé publique; autrement dit leur discours doit être d’une certitude absolue : ils ne peuvent pas se permettre d’exprimer un avis personnel ou d’être approximatifs, ils doivent renseigner le grand public et aider les gens à être en meilleure santé. Cela implique d’avoir un discours cohérent qui ne changera pas tous les 6 mois comme c’est le cas pour certains experts français très médiatiques qui changent leur fusil d’épaule pour plaire aux uns ou aux autres (vous voyez de qui je veux parler?).

Car en réalité, si on regarde l’ensemble des données de la littérature médicale et qu’on discute avec d’autres chercheurs, on se rend compte que les protéines de lait peuvent provoquer des problèmes de santé graves. Pas chez tout le monde, certes, mais comment savoir si on ne va pas en être victime?

Voici une liste de petits problèmes de santé qui peuvent survenir lorsqu’on consomme beaucoup de produits laitiers et qu’on est prédisposé génétiquement :

  • Allergies chroniques
  • Diabète de type 1, une maladie auto-immune incurable
  • Troubles du comportement
  • Maladies articulaires
  • Favoriser le cancer de la prostate chez l’homme et des ovaires chez la femme
  • Augmentation de la perméabilité intestinale

Ce dernier point en particulier est très préoccupant car si d’autres éléments viennent s’y ajouter, c’est une porte d’entrée pour TOUTES les maladies auto-immunes, des maladies dans lesquelles notre système immunitaire s’attaque à notre propre organisme, et qu’on ne sait pas guérir. (pour les références scientifiques ou les explications détaillées, se reporter à mon livre “Gluten“).

Quelles protéines en poudre peut-on consommer quand on est sportif ?

Les sportifs qui souhaitent préserver leur santé (difficile de faire du sport et de progresser avec une maladie auto-immune grave…) auront l’idée de supprimer les protéines laitières en poudre de leur alimentation. Dans ce cas ils peuvent se tourner vers les nouvelles protéines de bœuf mais non seulement ces protéines coutent cher, elles sont aussi très riches en fer dont l’excès favorise l’inflammation, les maladies cardiaques et les cancers. Ils peuvent alors se tourner vers la protéine de blanc d’œuf en poudre mais son gout est insupportable, de plus les blancs d’œufs utilisés sont issus de poules malades car élevés avec une alimentation de mauvaise qualité et sans pouvoir courir en plein air la majeure partie du temps.

Ces protéines sont souvent mal digérées et causent flatulences et troubles digestifs. Ils peuvent aussi se tourner vers les protéines de soja, de riz ou de pois qui, soit ne contiennent pas tous les acides aminés essentiels, soit contiennent de nombreuses lectines ou des saponines dangereuses pour la santé car non détruites en absence de cuisson.

Pour finir, les protéines végétales étant moins stimulantes pour la croissance musculaire que les produits d’origine animale, il est utile de les mélanger pour améliorer le profil d’acides aminés, mais cela rajoute une contrainte supplémentaire. Ne peut-on pas faire simple ?

Mise à jour du 10/03/2014 : pour plus d’informations détaillées sur les protéines végétales en poudre et leurs effets sur la santé, un nouvel article dédié est disponible en cliquant ici.

Personne ne devrait avaler de caséine

Commençons donc par faire simple : comme je l’explique dans mon livre, la caséine augmente la perméabilité intestinale. De ce fait, si vous n’avez aucun problème de santé, moins vous mangerez de cette protéine, mieux ce sera pour préserver votre état. Mais si vous avez une maladie auto-immune, une maladie inflammatoire de l’intestin ou toute maladie ayant un lien proche ou éloigné avec cet organe pilier : fuyez la caséine sous toutes ses formes, y compris à l’état de poussière. Pas de fromage, pas de caséine en poudre, pas de lait, pas de beurre, pas de yaourts, pas de fromage blancs, pas de glaces, etc.

Ces conseils valent pour un adulte mais encore plus pour un nourrisson : les enfants nourris avec une formule à base de lait de vache ont un risque plus élevé que les autres de développer un diabète de type 1 . Cet aspect a été démontré dans une vaste étude d’intervention Finlandaise dont je parle dans le livre en page 28. J’avais également interviewé les chercheurs à l’origine de ces travaux en 2012 (retrouvez un extrait de l’interview en cliquant ici).

De plus la caséine est la protéine à laquelle se lie le calcium laitier. Mais comme le disent plus haut les chercheurs de Harvard, nos vrais besoins en calcium ne sont pas très élevés. Ils sont même plutôt faibles d’après l’OMS, autour de 520 mg par jour seulement ! Autrement dit, chaque fois que vous avalez de la caséine, vous avalez un flot de calcium en quantité tellement importante que votre corps ne sait pas quoi en faire. Nous n’en avons pas de preuve scientifique formelle mais les éléments actuels suggèrent que ce calcium en excès va se retrouver dans nos reins (risque de calculs rénaux), dans nos articulations (calcifications) et dans nos artères (perte de souplesse, hypertension, infarctus).

On peut prendre de la whey… Mais pas toujours

Dans cette même étude des chercheurs Finlandais il a été mis en évidence que la whey était capable d’induire une auto-immunité, c’est-à-dire qu’elle peut être reconnue comme corps étranger et provoquer l’apparition d’une réaction anormale du système immunitaire contre le soi. Des maladies de ce type sont par exemple le diabète de type 1, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome de Gougerot Sjogren, En particulier les études montrent que cette dangerosité de la whey est accentuée en présence d’insuline bovine.

Pour ceux qui n’ont pas lu le livre, il faut comprendre que pour qu’une maladie auto-immune puisse voir le jour, deux éléments sont nécessaires : une perméabilité intestinale augmentée d’une part et la présence d’une protéine qui sera responsable de l’auto-immunité d’autre part. La whey peut jouer le deuxième rôle mais pas le premier. Autrement dit : si vous avez un intestin en pleine santé, que vous évitez tous les aliments qui augmentent la perméabilité intestinale alors mon conseil est que vous pouvez consommer de la whey sans aucune crainte.

En revanche, si vous mangez du blé, des pâtes, du pain, des patates, de la caséine alors votre intestin est une vraie passoire ou est entrain de le devenir et dans ce cas mon conseil est d’éviter totalement la whey.

Et les hydrolysats de protéines ?

Un hydrolysat est une protéine pré-digérée par des enzymes. Au cours de ce processus les liaisons peptidiques sont cassées ce qui permet aux protéines de perdre tout ou partie de leur pouvoir antigénique (c’est d’ailleurs ce qu’on constate dans l’étude Finlandaise).

Malheureusement il semble que l’hydrolyse ne soit pas toujours suffisante si on en croit toujours cette même étude.De fait mes conseils concernant les hydrolysats sont les suivants :

  • Les hydrolysats de whey ont un degré d’hydrolyse modeste, c’est-à-dire qu’il reste beaucoup de protéines intactes : mon conseil rejoint donc exactement celui de la whey classique.
  • Un hydrolysat de caséine comme le PeptoPro a subi une hydrolyse poussée et il ne reste presque pas de protéines intactes. Le danger de cette protéine est proche de zéro mais il n’est pas nul. Je ne conseille pas d’en consommer régulièrement si votre alimentation comporte du gluten ou si vous souffrez d’une maladie chronique.

Autre détail : une caséine hydrolysée ne contient plus tout cet excès de calcium qu’on retrouve dans la caséine.

Pensez à l’alimentation

Voilà pour la question des protéines en poudre. Mais savez-vous pourquoi on recommande les protéines en poudres juste après l’entrainement ? Pourquoi on ne recommande pas de manger des œufs entiers naturels ou du poisson ? C’est simple : parce que les études visant à promouvoir les protéines en poudre après l’entrainement ont été poussées par les vendeurs de protéines ! Les études ne comparent jamais de la whey après le sport avec des œufs après le sport ! Enfin, si pour les œufs, l’expérience a déjà été faite : les personnes qui mangent des œufs entiers (donc avec le jaune!) progressent plus rapidement que les autres ! Ils gagnent plus de masse musculaire et plus de force !

Alors arrêtez de vous focaliser sur ces compléments alimentaires : dans la mesure du possible, mangez des aliments solides, vous progresserez plus vite et serez en meilleure santé. Les protéines en poudre ne sont utiles que dans deux cas très précis : quand vous êtes en déplacement et qu’il vous est impossible de manger autre chose ou pendant l’entrainement sous la forme d’un hydrolysat, le seul type de protéine qu’on peut digérer correctement à ce moment là.

Bon entrainement !

A lire également sur ce sujet :

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 4.43
Rejoignez 45 000abonnés à ma newsletter !

Vous recevrez gratuitement les dernières actualités en santé et nutrition.

Dès votre inscription, vous recevrez dans votre boîte mail mon eBook 6 conseils simples pour préserver sa santé.

Scroll to Top