Vitamine D : quels effets sur la testostérone ?

résultat d'une prise de sang montrant un taux de testostérone élevé

La vitamine D est une vitamine liposoluble très importante pour la santé.

On sait que son déficit expose à de nombreux problèmes de santé (cancer, faiblesse immunitaire, etc.) mais également qu’elle impacte la force musculaire.

Par ailleurs, on sait aussi que la testostérone joue un rôle très important dans le développement de la force.

C’est probablement pour ça qu’on l’appelle communément « hormone mâle ».

De plus, la vitamine D et la testostérone sont toutes les deux fabriquées dans notre corps à partir du cholestérol.

Cela leur fait un point commun très important.

C’est pourquoi certaines personnes se demandent s’il n’y a pas un lien entre le taux de vitamine D dans le sang et le niveau de testostérone.

Et comme nous allons le voir, il y a probablement un lien entre les deux, même s’il n’est pas si simple.

La testostérone : indispensable pour la performance et la santé

La testostérone c’est une hormone qu’on retrouve en grande quantité chez l’homme.

Mais les femmes aussi en ont qui circule dans le sang. Chez elles, la testostérone joue un rôle important sur la masse et la force musculaire ou la libido.

A ce niveau, c’est donc très similaire aux effets du la testostérone chez l’homme !

La production de testostérone chez l’homme a lieu majoritairement dans une partie des testicules : les cellules de Leydig.

Une autre petite partie est aussi produite dans les glandes surrénales (celles qui fabriquent le cortisol).

Ses effets sont aussi très importants sur la solidité des os, l’humeur et le bien-être, la cicatrisation et la formation des globules rouges.

La testostérone est naturellement présente dans le sang sous plusieurs formes que l’on peut voir avec une prise de sang :

  • Testostérone libre : c’est la forme active de testostérone qui interagit avec les tissus et notre ADN. C’est celle qui est « efficace ». Souvent on ne mesure pas cette forme mais on la calcule.
  • Testostérone liée : c’est la forme de l’hormone qui est stockée dans deux protéines de transport qu’on appelle la globuline sexuelle (SHBG) et l’albumine. Cette forme correspond à 96-99% de la testostérone dans le sang.
  • Testostérone totale : c’est la somme de la testostérone liée et de la testostérone libre.
  • Testostérone biodisponible : c’est comme ça qu’on appelle la testostérone libre qui a été réellement dosée (et pas simplement calculée).

Si les niveaux de testostérone dans le sang sont trop bas, cela se traduit généralement par une baisse de la forme physique et mentale. 

Mais avant de prendre des comprimés ou des injections de testostérone qui ont des effets secondaires graves, il est plus intéressant d’agir naturellement.

De la vitamine D pour booster la testostérone ?

Plusieurs équipes de chercheurs se sont demandées s’il y avait un lien entre le taux de testostérone dans le sang et le taux de vitamine D.

Dans une étude de l’université de Harvard, les chercheurs ont observé les liens entre niveaux de testostérone libre et taux de vitamine D chez 1362 hommes adultes.

Voici ce qu’ils ont trouvé :

Lien entre vitamine D et taux de testostérone
Graphique représentant le lien entre taux de vitamine D dans le sang et taux de testostérone

Le résultat est assez clair : il y a apparemment un lien entre le taux de vitamine D dans le sang et le niveau de testostérone libre ; au moins jusqu’à un certain point.

Une étude du même type a aussi été faite sur 652 hommes Coréens âgés en moyenne de 56,7 ans.

Voici l’évolution du taux de testostérone et du taux de vitamine D pendant l’année :

Variation du taux de testostérone et du taux de vitamine D
Graphique représentant les variations saisonnières du taux de vitamine D et du taux de testostérone

Sur cette image, le taux de vitamine D dans le sang est représenté par la courbe en pointillés et le taux de testostérone libre est représenté par la deuxième courbe.

On voit clairement un lien entre les changements du taux de vitamine D dans le sang et les changements des niveaux de testostérone libre.

Plus récemment une étude faite sur 312 membres de l’armée Américaine a confirmé ces observations.

Les chercheurs y indiquaient même :

« Le taux moyen de vitamine D dans le sang était de 29.9±9.6 ng/mL et 52% des volontaires étaient en déficit (taux inférieur à 30 ng/mL). Chez les personnes déficitaires en vitamine D, la concentration de vitamine D dans le sang était un prédicteur positif significatif du niveau total de testostérone en tenant compte de l’âge et du poids. »

Dr Laurel Wentz

Cet témoignage rejoint d’ailleurs la conclusion de la dernière étude sur le sujet sur plus de 4200 hommes.

Mais le plus surprenant c’est la découverte de chercheurs Chinois. En travaillant avec 73 femmes volontaires, ils en sont venus à la conclusion que ce lien existait aussi pour les niveaux de testostérone chez la femme !

Mais comme on dit souvent en science : corrélation n’est pas causalité.

Voyons donc maintenant si prendre de la vitamine D peut booster la testostérone. 

A lire également : les relations sexuelles et l’éjaculation diminuent-elles la performance ?

Supplémentation en vitamine D et testostérone

Prendre de la vitamine D va-t-il augmenter votre niveau de testostérone ?

Cela dépend de la situation.

Passons en revue les différentes études ayant testé la supplémentation en vitamine D et son effet sur la testostérone.

Les résultats sont triés de la plus ancienne étude à la plus récente :

  • Dans une étude Autrichienne, 54 hommes ont reçu 3 332 UI de vitamine D par jour pendant un an. Résultat : le taux de testostérone total a nettement augmenté, tout comme la testostérone libre et la testostérone biodisponible.
  • Des chercheurs Néerlandais ont testé des doses différentes de vitamine D en supplémentation (600, 1200 ou 2000 UI par jour pendant 6 semaines) sur 184 volontaires. Résultat : aucun effet sur la testostérone.
  • Des chercheurs Américains, qui testait initialement l’impact de la vitamine D et de la quercétine sur la performance physique, ont découvert par hasard une augmentation importante du taux de testostérone (+40%) avec 4000 UI par jour pendant 8 semaines chez 40 adultes volontaires.
  • Des chercheurs Norvégiens ont fait plusieurs études sur ce sujet à l’université de Tromsø. Sur près de 1000 hommes, des doses de 20 000 et 40 000 UI de vitamine D par semaine ont été testés. Résultat : aucun effet sur le taux de testostérone, même chez les personnes qui avaient une carence en vitamine D au départ.
  • Dans une étude Autrichienne, des chercheurs ont donné 20 000 UI de vitamine D par semaine pendant 12 semaines à 50 hommes volontaires. Résultat : Un effet quasiment nul sur le taux de testostérone totale. Ils signalent aussi une absence d’effet sur d’autres paramètres comme les œstrogènes (œstradiol E2).
  • Enfin, dernière étude (2020) menée par des chercheurs Iraniens sur 46 hommes avec un complément alimentaire de vitamine D dosé à 2000 UI par jour. Résultat : une amélioration des performances physiques (endurance et force) mais pas d’augmentation du taux de testostérone.

Comme vous le voyez els résultats ne sont pas très homogènes.

Pour tenter de savoir pourquoi, des chercheurs Iraniens ont analysé l’intégralité des études sur le sujet. Leur travail est intéressant.

Selon eux, trois éléments sont fondamentaux pour savoir si la vitamine D peut augmenter le niveau des hormones androgènes :

  1. Savoir si un déficit en vitamine D est présent initialement. Si oui, la vitamine D a des chances d’être efficace.
  2. Prendre des doses suffisantes (au moins 3000 UI par jour) quotidiennement plutôt que de fortes doses espacées.
  3. Prendre la vitamine D pendant suffisamment longtemps.

Pour eux il ne fait pas de doute que la vitamine D est importante pour maintenir des bons niveaux d’hormones sexuelles.

Tout simplement parce que de précédentes études ont déjà montré qu’il existe des récepteurs à la vitamine D dans les cellules de Leydig des testicules.

Or si ces récepteurs sont là, c’est tout simplement qu’ils servent à quelque chose.

Selon eux, un minimum de vitamine D dans le sang est nécessaire pour avoir un bon taux d’hormone mâle.

Et comme les déficits sont fréquents, la supplémentation avec des gouttes de vitamine D au quotidien est recommandé.

Néanmoins, il existe aussi un autre facteur confondant qui pourrait être responsable de ces résultats contradictoires, ce sont les variations de poids.

A lire également : calculer sa dose optimale de vitamine D en fonction de son poids

Le lien entre vitamine D et testostérone influencé par le poids

Pour comprendre ce lien il faut savoir plusieurs choses :

  • Plus on a une masse graisseuse élevée plus la vitamine D se dilue dans les tissus et donc plus le taux de vitamine D dans le sang apparaît bas lors d’une prise de sang
  • Plus on a une masse grasse élevée, plus l’enzyme aromatase (qui transforme la testostérone en œstradiol) est active (et donc plus le taux de vitamine D dans le sang est bas)

Par conséquent, il se pourrait aussi que les personnes qui manquent de vitamine D ont aussi des taux de testostérone un peu bas car ils ont trop de graisse corporelle.

Néanmoins cela n’explique pas les variations saisonnières dont nous avons parlé plus haut.

Pour ça, l’explication pourrait être la suivante :

  • Quand c’est l’hiver on s’expose moins au soleil donc le taux de vitamine D baisse (et il monte en été).
  • Quand c’est l’hiver, on a tendance à manger plus et à être moins actif, ce qui peut faire prendre du poids et donc faire baisser le taux de testostérone. A l’inverse, en été on est plus actif et on mange mieux ce qui peut faire augmenter le taux de testostérone.

 Pour l’instant les études n’ont pas pris le temps d’analyser attentivement cette variable. Lors que ce sera le cas nous aurons alors une réponse définitive.

Néanmoins, la prise des récepteurs à la vitamine D implique obligatoirement qu’il vaut mieux ne pas manquer de vitamine D pour garantir un bon fonctionnement du système hormonal masculin !

Autres moyens pour augmenter sa testostérone

Beaucoup de jeunes et de sportifs cherchent comment augmenter leur taux de testostérone avec des aliments, des compléments alimentaires de zinc.

Certains sont même prêts à prendre de la testostérone en plus (dopage).

Même si cette dernière stratégie est dangereuse c’est la seule qui soit vraiment efficace.

On trouve sur internet des listes d’aliments censés augmenter la testostérone. C’est de la « bro science » (fausse science).

Attention également aux compléments alimentaires miracles comme l’acide d-aspartique qui est inefficace.

A noter toutefois qu’il arrive que le taux de testostérone chute par manque de cholestérol. La cause la plus courante est la prise de statines pour faire baisser le cholestérol


Références :

  1. Nimptsch K, Platz EA, Willett WC, Giovannucci E. Association between plasma 25-OH vitamin D and testosterone levels in men. Clin Endocrinol (Oxf). 2012;77(1):106‐112.
  2. Tak YJ, Lee JG, Kim YJ, et al. Serum 25-hydroxyvitamin D levels and testosterone deficiency in middle-aged Korean men: a cross-sectional study. Asian J Androl. 2015;17(2):324‐328.
  3. Laurel Wentz, Cristóbal Berry-Cabán, Jerad Eldred, Qiang Wu. Vitamin D Correlation with Testosterone Concentration in US Army Special Operations Personnel. The FASEB Journal 2015 29:1_supplement
  4. Pilz S, Frisch S, Koertke H, Kuhn J, Dreier J, Obermayer-Pietsch B, Wehr E, Zittermann A. Effect of vitamin D supplementation on testosterone levels in men. Horm Metab Res. 2011 Mar;43(3):223-5.
  5. Heijboer AC, Oosterwerff M, Schroten NF, et al. Vitamin D supplementation and testosterone concentrations in male human subjects. Clin Endocrinol (Oxf). 2015;83(1):105‐110.
  6. Scholten SD, Sergeev IN, Song Q, Birger CB. Effects of vitamin D and quercetin, alone and in combination, on cardiorespiratory fitness and muscle function in physically active male adults. Open Access J Sports Med. 2015;6:229‐239.
  7. Lerchbaum E, Pilz S, Trummer C, et al. Vitamin D and Testosterone in Healthy Men: A Randomized Controlled Trial. J Clin Endocrinol Metab. 2017;102(11):4292‐4302.
  8. Lerchbaum E, Trummer C, Theiler-Schwetz V, et al. Effects of vitamin D supplementation on androgens in men with low testosterone levels: a randomized controlled trial. Eur J Nutr. 2019;58(8):3135‐3146.
  9. Ramezani Ahmadi A, Mohammadshahi M, Alizadeh A, Ahmadi Angali K, Jahanshahi A. Effects of vitamin D3 supplementation for 12 weeks on serum levels of anabolic hormones, anaerobic power, and aerobic performance in active male subjects: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial [published online ahead of print, 2020 Jan 18]. Eur J Sport Sci. 2020;1‐13.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 4.65
Rejoignez 45 000abonnés à ma newsletter !

Vous recevrez gratuitement les dernières actualités en santé et nutrition.

Dès votre inscription, vous recevrez dans votre boîte mail mon eBook 6 conseils simples pour préserver sa santé.

Scroll to Top