Photothérapie

La photobiomodulation, qu’on appelle plus communément « thérapie par la lumière rouge » ou « thérapie par les lasers de basse puissance » représente un ensemble de techniques mises en œuvre via l’utilisation de diode électroluminescentes qui produisent de la lumière rouge. Cette technologie est de plus en plus utilisée dans le domaine des médecines naturelles pour améliorer la santé et le bien-être. La lumière rouge représente d’une certaine manière l’anti-thèse de la lumière bleue : alors que la lumière bleue indique à notre cerveau (via la glande pinéale) que nous sommes en journée, la lumière rouge indique à notre cerveau que nous sommes en pleine nuit. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on retrouve cette lumière rouge à l’intérieur des sous-marins. La luminothérapie rouge est utilisée dans différents domaines, allant de l’esthétique au sport et se pratique avec deux techniques différentes : 1) la thérapie laser de faible niveau (en anglais LLLT pour low-level laser therapy), ou thérapie au laser froid : elle utilise une source lumineuse à une longueur d’ondes comprise entre 632 et 904 nm, c’est-à-dire produisant une lumière rouge ou infrarouge, 2) la thérapie par diode électroluminescente, ou photothérapie LED, ou luminothérapie LED, abrégée en LEDT en anglais. Les LEDs peuvent elles aussi émettre de la lumière rouge ou infrarouge. La luminothérapie est employée contre le mal de dos, pour améliorer la cicatrisation, contre des problèmes de peau (acné…), l’alopécie, contre la douleur (fibromyalgie…), mais aussi dans le sport. Elle ne produit ni chaleur, ni son, ni vibration. La lumière rouge pénètre plus à l’intérieur des tissus de la peau que la lumière bleue et c’est ce qui expliquerait ses effets. Néanmoins, beaucoup des effets de la lumière rogue sont exagérés. C’est notamment le cas de ses prétendus effets dopants pour les sportifs. Dans cette partie vous pouvez retrouver des explications sur les véritables effets de la lumière rouge, notamment contre certains douleurs (pour remplacer certains médicaments anti-inflammatoires) ou blessures comme la tendinite du coude (épicondylite). Dans le cadre des tendinites, les effets peuvent être optimisés en combinant la lumière rouge à d’autres méthodes comme l’entraînement en résistance négative. Les effets de cette lumière sur la performance physique (gains de masse musculaire par exemple) ou sur d’autres problèmes de santé sont aussi abordés.

Fin

Fin