Comment augmenter les effets de la NAC ?

Modifié le 10 janvier 2024

Temps de lecture : 6 minutes
()
The,Word,Nac,Or,N-acetylcysteine,For,Medical,Or,Sci,Concept

julienvenesson.fr ce n’est pas que des formations professionnelles en nutrition, la sélection des meilleurs livres et des consultations avec des nutritionnistes, c’est aussi les réponses à vos questions dans les articles du blog. Bonne lecture !

Le protocole de supplémentation idéal

Pour tirer le meilleur parti d’une supplémentation en NAC, il est nécessaire de prendre un dosage adéquat et de bien répartir les prises quotidiennes.

Prendre une dose suffisante

Lorsque la NAC est consommée par voie orale, elle est rapidement absorbée au niveau de l’intestin, puis métabolisée par le foie. Elle est majoritairement transformée en L-cystéine, qui va permettre la production du glutathion. Sa concentration sanguine maximale dans le sang est atteinte 1 à 2h après son ingestion. Sa biodisponibilité est faible, évaluée entre 6 et 10%, ce qui signifie que seule une petite proportion de la NAC ingérée est disponible pour l’organisme.

Augmentation de la biodisponibilité avec des doses croissantes

Une étude a toutefois montré qu’il est possible d’augmenter la biodisponibilité de la NAC, en utilisant une dose suffisante. Elle a été menée auprès de 10 volontaires en bonne santé, qui ont reçu 200, 600 et 1200 mg de NAC à différentes occasions. L’évolution de la concentration sanguine a été attentivement surveillée. Les analyses réalisées à partir de ces données ont permis de déterminer que la biodisponibilité est de 7,6% avec la dose de 200mg, de 8,3% avec 600mg et de 11,6% avec 1200mg. La concentration sanguine maximale s’élève également avec les doses croissantes, passant de 1,64 à 2,67 et à 2,99μmol/L respectivement.

Graphique présentant l'évolution de la concentration en NAC en fonction du temps, avec trois doses différentes (200, 600 et 1200mg).
La concentration sanguine en NAC s’élève avec des doses croissantes de 200mg (pointillés rapprochés), 600mg (trait continu) et 1200 mg (pointillés espacés).

L’impact de la dose dans le traitement de la BPCO

L’efficacité de la NAC dépendante de la dose administrée a d’ailleurs pu être constatée chez des personnes traversant un épisode d’exacerbation de BPCO, une affection pulmonaire touchant principalement les fumeurs.

Dans le cadre d’une étude impliquant 123 participants, différents groupes ont été constitués : l’un a reçu une dose de 600 mg par jour de NAC, un autre 1200 mg, tandis que le dernier groupe a été traité avec un placebo, en plus de la prise en charge habituelle de la maladie.

Graphique présentant l'évolution des symptômes de la BPC avec des doses de 600 ou 1200 mg de NAC.
Évolution des symptômes de BPCO avec une supplémentation en NAC à 600 ou 1200mg.

Pour les personnes présentant une valeur anormalement élevée de protéine C-réactive, témoin de phénomènes inflammatoires intenses dans l’organisme, la situation est rentrée dans l’ordre dans 90% des cas avec la dose la plus élevée, par rapport à 52% avec la dose la plus faible et 19% avec le placebo. De plus, seule la dose de 1200mg a permis d’abaisser le taux d’interleukine-8, un autre marqueur d’inflammation. Sur le plan des symptômes, cette forte dose a réduit de façon significative les difficultés d’expectoration en comparaison avec la plus faible dose.

Fractionner la dose quotidienne

Lorsque nous consommons de la NAC, elle ne reste que peu de temps dans l’organisme. En effet, sa demi-vie est d’environ 6h, ce qui signifie que dans ce laps de temps, la moitié de la substance a été métabolisée ou éliminée par l’organisme. Cette caractéristique nécessite une administration régulière pour maintenir des niveaux adéquats dans le corps et profiter de ses effets optimaux.

Ainsi, il est préférable de diviser la dose quotidienne en plusieurs prises réparties au long de la journée. Les essais cliniques évaluant l’efficacité de la NAC dans différents contextes intègrent généralement cette particularité.

Par exemple, lors d’une étude menée auprès d’hommes consommant de la cocaïne, la NAC a été administrée à la dose journalière de 2400 mg, divisée en deux prises. Chez des personnes souffrant de fibrose pulmonaire, la dose quotidienne de 1800mg a été administrée en trois fois. Il en a été de même pour des patients atteints de mucoviscidose, qui ont reçu 900 mg de NAC trois fois par jour.

Éviter une prise continue sur la semaine

Dans des travaux publiés en 2023 évaluant l’intérêt de la NAC pour les femmes atteintes d’endométriose, un trouble gynécologique parfois invalidant, les chercheurs ont opté pour un schéma de supplémentation inhabituel. Pour éviter que la NAC ne perde de son efficacité avec un usage quotidien prolongé, ils ont proposé aux participantes de prendre 3 doses de 600 mg de NAC par jour, mais seulement trois jours par semaine, sur une durée de trois mois.

Les résultats obtenus, particulièrement positifs, ont permis de valider l’approche : l’intensité des symptômes (douleurs pendant les règles, les rapports sexuels et douleurs pelviennes chroniques) et la taille des lésions a diminué, permettant de limiter le recours aux médicaments anti-inflammatoires. Parmi les 52 participantes en désir d’enfants, 39 ont pu concrétiser leur projet dans les 6 mois après le début du traitement.

Augmenter progressivement la dose quotidienne

Une approche pertinente pour optimiser la supplémentation en N-acétylcystéine consiste à initier le traitement avec une dose quotidienne modérée, puis à l’augmenter progressivement par la suite.

Cette stratégie a été mise en œuvre dans le cadre d’un essai clinique mené auprès d’adolescents présentant une addiction au jeu. Les participants ont commencé avec une dose de 600mg par jour pendant deux semaines, puis sont passés à 1200mg par jour pendant deux autres semaines, pour finalement atteindre 1800mg/jour pendant les 4 semaines restantes de l’étude. L’augmentation de la dose n’était toutefois pas systématique si de bons résultats étaient déjà constatés.

Une progression graduelle de ce type permet de déterminer plus facilement la quantité optimale à recevoir pour chacun. Elle correspond au point d’équilibre entre une efficacité ressentie et une bonne tolérance. En effet, des effets indésirables d’ordre digestif (nausées, flatulences, diarrhées…) peuvent parfois survenir selon les sensibilités individuelles.

Les associations à favoriser ou à éviter

Les effets de la NAC peuvent être optimisés ou au contraire amoindris selon la nature des composés avec lesquels elle est consommée.

L’incontournable duo NAC-glycine

En plus de la cystéine, le glutathion est composé de deux autres acides aminés, la glycine et l’acide glutamique. Sa synthèse se déroule en deux étapes. Au cours de la première, la cystéine est ajoutée à l’acide glutamique pour former un intermédiaire, la glutamylcystéine. Dans un second temps, la glycine vient s’ajouter à la glutamylcystéine pour former l’γ‐glutamyl‐cystéinylglycine, ou glutathion.

Schéma présentant les deux étapes pour la synth-se du glutathion à partie de cystéine, acide glutamique et glycine.
La synthèse du glutathion nécessite de la cystéine, de l’acide glutamique et de la glycine.

Si la disponibilité de l’acide glutamique ne pose généralement pas de problème, il n’en va pas de même pour la glycine. En effet, cet acide aminé est rare dans l’alimentation. En conséquence, la co-administration de NAC, comme source de cystéine, et de glycine représente une option intéressante pour renforcer les capacités antioxydantes de l’organisme. Cet aspect est particulièrement crucial au cours du vieillissement.

Compenser la baisse de glutathion liée à l’âge

Graphique présentant les effets d'un traitement à base de NAC et glycine sur le taux de glutathion chez les personnes âgées.
Un traitement de 24 semaines en NAC et glycine élève le taux de glutathion chez les personnes âgées.

Une étude a en effet montré que les personnes âgées présentent une concentration en glutathion plus faible que les jeunes adultes, réduite de 76%. Une supplémentation de 24 semaines en glycine et NAC a permis de corriger ce manque, l’élevant de 200% au sein des globules rouges des aînés. L’intervention a également amélioré de nombreux paramètres biologiques (fonction mitochondriale et endothéliale, inflammation, résistance à l’insuline, dommages génomiques…). Elle a eu des répercussions favorables sur l’état de santé global des participants, en termes de cognition, force, vitesse de marche et capacité à l’exercice. De plus, une réduction de la masse grasse corporelle et du tour de taille a été notée au cours de cette période. À l’arrêt de la supplémentation, les bénéfices se sont estompés.

Ces promesses anti-âge ont été confirmées lors d’une étude chez la souris. La supplémentation en glycine et NAC a augmenté la longévité des animaux traités, de 24% par rapport à leurs congénères. L’association de ces deux composés a par ailleurs exercé des bienfaits dans le cadre de maladies chroniques comme le VIH ou le diabète de type 2.

Les autres associations favorables

Des effets additifs ou synergiques ont pu être constatés entre la NAC et plusieurs composés naturels.

Le thé matcha est riche en épigallocatéchine gallate.
Le thé matcha est riche en épigallocatéchine gallate.

Par exemple, la combinaison de NAC et d’épigallocatéchine gallate (EGCG), une catéchine du thé vert, favorise la destruction des cellules cancéreuses pulmonaires. Les deux molécules s’associent pour former un composé aux puissants effets anticancéreux.

Avez-vous aimé cet article ?



Autres articles

Vous aimeriez peut-être aussi ?
separation_couleur1

No posts