facebook insta twitter

L’entraînement en résistance négative accélère la guérison des tendinites

homme qui se tient le bras en raison d'une tendinite

La résistance négative est aussi appelée “contraction excentrique”. Il s’agit de la partie d’un mouvement dans lequel le muscle subit une contrainte mécanique d’étirement. Exemple : lorsque la jambe descend vers le sol à chaque foulée d’un footing (par opposition au lever de pied du sol qui représente la contraction concentrique ou résistance positive). Autre exemple : au développé couché la descente de la barre sur la poitrine est la phase excentrique alors que la montée de la barre est la phase concentrique.

On sait que les phases concentriques et excentriques d’un mouvement n’ont pas les mêmes effets : ainsi, la phase excentrique est responsable à elle-seule des micro-déchirures aux fibres musculaires et donc des courbatures. Mais l’impact sur les tendons est encore mal connu.

Des chercheurs viennent de publier dans la revue médicale Journal of Applied Physiology un passage en revue des effets de l’entraînement sur les tendons. Ils concluent qu’en cas de tendinites un entraînement excentrique accélère la guérison. Mais attention, contrairement à l’entraînement excentrique pour gagner de la force, il s’agit ici d’utiliser des charges “normales” et non supérieures au maximum, c’est-à-dire entre 65 et 80% du 1RM, le 1RM correspondant à la force maximale que l’on peut développer en une seule répétition. De plus cette stratégie nécessite l’aide d’un partenaire pour effectuer la partie concentrique du mouvement car il est fréquent que celle-ci provoque des douleurs ce qui aurait l’effet inverse à celui recherché.

Référence : Michael Kjaer , Katja Maria Heinemeier. Eccentric exercise: Acute and chronic effects on healthy and diseased tendons. Journal of Applied Physiology. 16 January 2014.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 3.2

Your page rank:

Scroll to Top