facebook insta twitter

La cigarette électronique est-elle vraiment dangereuse ?

exemple de cigarette électronique démontable et personnalisable

La dépendance au tabac est forte et s’en défaire représente un véritable défi. Parmi les moyens permettant d’arrêter, la cigarette électronique a fortement gagné en popularité.

Mais est-ce efficace ? Est-ce dangereux ?

Vous allez voir que les articles alarmistes sur le sujet sont en réalité du sensationnalisme. Les analyses poussées sur le sujet montrent que les quelques accidents recensés n’ont rien à voir avec la cigarette électronique elle-même !

Dans son baromètre de 2017, Santé Publique France estimait que la cigarette électronique avait aidé 700 000 personnes à arrêter de fumer depuis son arrivée sur le marché en 2010 à arrêter de fumer.

Cette même enquête révélait que la moitié de la population la considérait comme nocive, à tord

Comparatif entre cigarette électronique et cigarette classique

La cigarette électronique est composée d’une batterie, associée à un réservoir ou une cartouche contenant un liquide à base de solvants, parfumé avec des arômes. De la nicotine y est souvent associée. Chauffé par un atomiseur, ce liquide est transformé en aérosol mimant les volutes de cigarette, inhalé par les usagers.

Les solvants utilisés, la glycérine végétale et le propylène glycol, sont des produits très courants, dont l’usage est largement répandu dans l’industrie cosmétique, du médicament et même alimentaire. Ils sont reconnus sans danger pour la santé humaine.

Vapeur de e-cigarette versus fumée de cigarette

Cependant, la vapeur générée par la cigarette électronique contient certains composés chimiques potentiellement toxiques. Les teneurs n’ont cependant rien de comparable avec celles de la cigarette.

Une équipe Londonienne spécialisée dans la recherche sur la dépendance au tabac a comparé les taux de certains de ces composés dans la vapeur de cigarette électronique et la fumée de cigarette. Leurs analyses ont montré que la vapeur d’e-cigarette contient:

  • 9 fois moins de formaldéhyde
  • 15 fois moins d’acroléine
  • 120 fois moins de toluène
  • 450 fois moins d’acétaldéhyde

Les niveaux de ces composés dans la vapeur de cigarette électronique sont comparables à ceux d’un dispositif vendu en pharmacie pour aider au sevrage tabagique, un inhalateur de nicotine (Nicorette®).

Par ailleurs, selon une étude dirigée par le Docteur Jean-François Bertholon du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris, la cigarette électronique, contrairement à la cigarette classique ou à la chicha, ne présenterait pas de réel risque de tabagisme passif.

Cas où la cigarette électronique a provoqué des décès

Un épisode tragique a pourtant alimenté la méfiance vis-à-vis de la cigarette électronique. En 2019, les cas d’une mystérieuse maladie pulmonaire apparaissant chez des usagers de cigarette électronique se sont multipliés, touchant plus de 2 000 personnes, principalement aux États-Unis mais aussi dans d’autres régions du monde (Canada, Belgique, Espagne…). Elle a causé la mort de 50 personnes.

Appelée EVALI (pour « e-cigarette or vaping product use associated lung injury »), les raisons de cette affection sont aujourd’hui connues. Ce n’est pas le vapotage en lui-même qui est à incriminer, mais la présence d’un produit interdit dans des recharges illégales contenant du cannabis, l’acétate d’alpha-tocophérol, qui est une forme synthétique de vitamine E. Il est responsable des lésions apparues chez les usagers, rappelant la nécessaire vigilance sur la sélection des produits utilisés.

La cigarette électronique favorise-t-elle l’entrée dans le tabagisme ?

L’un des griefs retenus à l’encontre de la cigarette électronique repose que le fait qu’elle faciliterait l’entrée dans le tabagisme pour les plus jeunes notamment. En effet, consommer de la nicotine par l’intermédiaire de la cigarette électronique peut entraîner une dépendance à cette substance très addictive, porte d’entrée vers le tabagisme chronique.

Mais est-ce une réalité ou un mythe théorique ?

Une analyse de la littérature ayant compilé les données recueillies auprès de 17 389 adolescents et jeunes adultes a répondu à la question :

  • Ceux qui commencent à fumer en utilisant la cigarette électronique ont 3,5 fois plus de risque de fumer des cigarettes classiques par la suite

C’est bien le seul risque lié à la cigarette électronique.

De plus, les raisons qui poussent les jeunes gens à vapoter peuvent être les même que celles qui les poussent ensuite à fumer. Autrement dit, un jeune attiré par le fait de fumer peut tester différentes formes de cigarettes, sans que l’une ne conditionne l’accès à l’autre.

A lire également : fumer moins ne permet pas de vivre plus longtemps

Quels sont les avantages de la cigarette électronique ?

Deux fois plus efficace pour arrêter de fumer !

Une équipe de psychologues britanniques a par exemple comparé l’efficacité sur le long terme de l’usage de la vapoteuse par rapport aux substituts nicotiniques pour arrêter de fumer.

Parmi les personnes recrutées pour l’étude, 447 ont utilisé le produit de remplacement de la nicotine de leur choix, seul ou en combinaison (patch associé à des pastilles, à un spray…) et 439 une cigarette électronique.

Au bout de 6 mois, puis d’un an, une évaluation du taux de monoxyde de carbone était menée chez les personnes se déclarant abstinentes, pour s’assurer qu’elles avaient bel et bien cessé de fumer et fiabiliser les données recueillies.

Résultats :

  • 18% d’abstinence dans le groupe ayant eu recours à la cigarette électronique
  • 9,9% d’abstinence avec les substituts de nicotine.

Le vapotage est donc presque deux fois plus efficace que les substituts nicotiniques pour arrêter de fumer !

Par ailleurs, chez les participants n’ayant pas réussi à arrêter complètement de fumer :

  • 13 % des personnes ayant recours à la cigarette électronique avaient réduit leur consommation au moins de moitié
  • 7,4 % des personnes ayant recours à un substitut nicotinique avaient réduit leur consommation au moins de moitié

La cigarette électronique peut par ailleurs aider à réduire la consommation de tabac chez des personnes qui ne souhaitent pas arrêter. Une étude menée auprès de jeunes schizophrènes a montré que son usage diminue le nombre de cigarettes consommées quotidiennement. 

Passer à la cigarette électronique pour mieux respirer

Réduire ou arrêter la consommation de cigarettes classiques au profit de la cigarette électronique peut alléger certains symptômes respiratoires. Cela a été constaté dans plusieurs études : chez des personnes “en bonne santé”, des personnes présentant de l’asthme et des personnes souffrant de bronchopneumopathie obstructive (BPCO).

Les chercheurs ont constaté :

  • Une meilleure respiration
  • Moins de toux
  • Moins de maux de gorge
  • Meilleure perception du goût
  • Meilleure perception des odeurs
  • Plus d’énergie la journée
  • Endormissement facilité
  • Voies respiratoires moins réactives en cas d’asthme
  • Stabilisation de la BPCO

Sur près de 1200 personnes atteintes de BPCO qui ont accepté de répondre à un questionnaire, 75,7 % ont indiqué que le passage de la cigarette de papier à la cigarette électronique a amélioré leurs symptômes respiratoires. La moitié a même pu stopper leur traitement médicamenteux destiné à améliorer leur respiration.

illustration de la bronchopneumopathie chronique obstructive et de la cigarette électronique
En cas de BPCO, les bronches sont sévèrement atteintes et la cigarette électronique apporte un avantage par rapport à la cigarette classique

Meilleure santé vasculaire

Des travaux menés sur des cultures cellulaires ont défrayé la chronique à ce sujet : les arômes utilisés dans les liquides des e-cigarettes seraient toxiques pour les vaisseaux sanguins !

S’agissant d’études dans des circonstances différentes de la réalité (dans des éprouvettes), on ne peut pas en tirer de conclusion sérieuse.

De plus, si on compare les études pratiques qui ont comparé les effets de la cigarette classique à ceux de la e-cigarette sur la santé vasculaire, les résultats sont clairs.

Une étude écossaise a regroupé 114 personnes fumeuses (consommant au moins 15 cigarettes au quotidien depuis au moins deux ans). Les participants ont été répartis en trois groupes ; les 40 personnes du premier groupe ont continué de fumer, les 37 du second ont vapoté des cigarettes électroniques avec de la nicotine, les 37 du dernier groupe des cigarettes électroniques sans nicotine.

Le fonctionnement des vaisseaux sanguins de chacun des participants a été évalué avant le début de l’étude, puis après un mois. Pour ce faire, ils ont mesuré la dilatation de la principale artère du bras sous l’effet du flux sanguin.

Les chercheurs ont ainsi constaté que le passage de la cigarette classique à la cigarette électronique, qu’elle contienne ou non de la nicotine, permet d’améliorer ce paramètre (de 1,5 points en moyenne).

Les plus forts bénéfices ont été notés pour les femmes : troquer sa cigarette classique contre une cigarette électronique contenant de la nicotine a amélioré le score de 1,8 points, et de 2,2 points avec une cigarette électronique sans nicotine.

Ces effets sont importants : des études précédentes ont montré que pour chaque amélioration de ce paramètre d’un point, le risque d’événements cardiovasculaires diminuent de 13 %.

Chez les fumeurs, la santé des vaisseaux sanguins s’améliore donc rapidement lorsqu’ils passent à la cigarette électronique.

Comme vous le voyez, la réalité des effets de la cigarette électronique est claire !

A lire également : comment la cigarette électronique peut améliorer la santé


Références :

  1. Maciej Lukasz Goniewicz et al. Levels of Selected Carcinogens and Toxicants in Vapour From Electronic Cigarettes. Tob Control . 2014 Mar;23(2):133-9.
  2. J.-F. Bertholon et al. Comparaison de l’aérosol de la cigarette électronique à celui des cigarettes ordinaires et de la chicha. Revue des Maladies Respiratoires. Volume 30, numéro 9 pages 752-757 (novembre 2013).
  3. Hitendra S. Chand et al. Pulmonary Toxicity and the Pathophysiology of Electronic Cigarette, or Vaping Product, Use Associated Lung Injury. Front Pharmacol. 2019; 10: 1619. Published online 2020 Jan 14.
  4. Soneji S et al. Association between initial use of e-cigarettes and subsequent cigarette smoking among adolescents and young adults. A systematic review and meta-analysis. JAMA Pediatr 2017;171:788-97.
  5. La cigarette électronique : Informations, usage et image Baromètre 2020 (3ème édition). 18 mai 2020.
  6. Hajek P et al. A Randomized Trial of E-Cigarettes versus Nicotine-Replacement Therapy. N Engl J Med. 2019 Feb 14;380(7):629-637.
  7. Pasquale Caponnetto et al. Impact of an Electronic Cigarette on Smoking Reduction and Cessation in Schizophrenic Smokers: A Prospective 12-Month Pilot Study. Int J Environ Res Public Health. 2013 Feb; 10(2): 446–461.
  8. Adriaens K et al. Effectiveness of the electronic cigarette: An eight-week Flemish study with six-month follow-up on smoking reduction, craving and experienced benefits and complaints. Int J Environ Res Public Health. 2014;11(11):11220‐11248.
  9. Riccardo Polosa et al. Effect of Smoking Abstinence and Reduction in Asthmatic Smokers Switching to Electronic Cigarettes: Evidence for Harm Reversal. Int J Environ Res Public Health. 2014 May; 11(5): 4965–4977.
  10. Polosa R et al. Evidence for harm reduction in COPD smokers who switch to electronic cigarettes. Respir Res. 2016 Dec 16; 17(1):166.
  11. Farsalinos KE et al. Characteristics, perceived side effects and benefits of electronic cigarette use: a worldwide survey of more than 19,000 consumers. Int J Environ Res Public Health. 2014 Apr 22; 11(4):4356-73.
  12. Lee WH et al. Modeling Cardiovascular Risks of E-Cigarettes With Human-Induced Pluripotent Stem Cell-Derived Endothelial Cells. J Am Coll Cardiol. 2019 Jun 4;73(21):2722-2737.
  13. Alessandra Caporale et al. Acute Effects of Electronic Cigarette Aerosol Inhalation on Vascular Function Detected at Quantitative MRI. Radiology, 2019; 190562
  14. George J et al. Cardiovascular Effects of Switching From Tobacco Cigarettes to Electronic Cigarettes. J Am Coll Cardiol. 2019 Dec 24;74(25):3112-3120.
  15. Inaba Y. et al. Prediction of future cardiovascular outcomes by flow-mediated vasodilatation of brachial artery: a meta-analysis. Int J Cardiovasc Imaging. 2010;26:631–640.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 4.65

Your page rank:

Scroll to Top