facebook insta twitter

La vitamine K diminue les calcifications

mélange de légumes verts riches en vitamine K1

La vitamine K est encore peu connue du grand public. Pourtant les recherches sur cette vitamine sont en pleine explosion depuis une dizaine d’années et on se rend compte qu’elle joue un rôle important au niveau du fonctionnement normal des vaisseaux sanguins. Son action serait synergique à celle de la vitamine D.

Différentes formes de vitamine K

La vitamine K1 se trouve dans l’alimentation, principalement dans les légumes verts : brocolis, épinards, etc. Elle constitue l’apport principal en vitamine K. Mais une autre forme de vitamine K existe, la vitamine K2.

Cette dernière est produite dans notre intestin par les bactéries, à condition d’avoir un intestin en bonne santé…

On retrouve aussi de toutes petites quantités de vitamine K2 dans certains produits animaux ou dans des aliments fermentés, rarement consommés en France.

La vitamine K protège de la calcification artérielle

La calcification artérielle est un phénomène qui joue un rôle important dans la survenue des maladies cardiovasculaires. On retrouve notamment des calcifications artérielles et vasculaires en cas d’athérosclérose.

Depuis quelques années, plusieurs études montrent un lien entre le statut en vitamine K et le risque de calcification. Une récente étude a comparé le statut en vitamine K1 (la principale forme de vitamine K retrouvée dans les aliments) au risque de calcifications et à leur progression. 296 malades présentant des calcifications artérielles ont été comparés à 561 adultes en bonne santé sans calcifications.

Résultat : les personnes qui ont des calcifications ont des taux de vitamine K1 un peu plus bas que les autres.

Dans un deuxième temps les chercheurs ont comparé les adultes en bonne santé à ceux qui prenaient un complément alimentaire de vitamine K1. Résultat : la progression des calcifications est nettement ralentie comparativement à ceux qui ne prennent aucun supplément.

Les chercheurs constatent aussi que les personnes qui ont le plus de calcifications sont celles qui prennent des médicaments contre l’hypertension artérielle. Une explication simple pourrait être que ces médicaments interfèrent avec la fonction rénale et perturbent l’élimination du calcium, à la manière des personnes touchées par l’insuffisance rénale (chez qui le risque de calcification est aussi nettement augmenté).

Les bénéfices de la vitamine K semblent donc évidents et incitent donc à manger plus de légumes verts pour diminuer notre risque de maladies cardiovasculaires. C’est tout ?

La vitamine K1 est peu efficace

Dans toutes les études menées sur les effets de la vitamine K1, et y compris dans celle-ci, les différences entre les taux de vitamine K dans le sang sont très faibles. Ceci a pour conséquence directe une difficulté de savoir si les effets positifs proviennent bien de la vitamine K et pas d’autre chose.

Ce problème est lié au fait que la vitamine K1 a une demi-vie très courte : après digestion, elle disparait du sang en quelques heures (demi-vie de 2 heures maximum). De fait, lorsqu’on fait une prise de sang, seules les personnes qui ont mangé des légumes verts il y a peu ont des bons taux de vitamine K dans le sang.

Autre problème : si la vitamine K diminue bien les calcifications artérielles c’est donc qu’elle est très intéressante dans le traitement des maladies cardiovasculaires et sans doute des calcifications tendineuses.

Mais dans ce cas, la consommation de comprimés de vitamine K ne semble pas être une stratégie très efficace : elle disparaitra trop rapidement du sang avant d’avoir pu montrer tout son potentiel.

La vitamine K2 est hautement efficace contre les calcifications

Il existe actuellement très peu d’études d’intervention dans lesquelles on a donné de la vitamine K à des malades pour voir si cela réduisait les calcifications. Pourtant la littérature médicale regorge d’études sur l’animal et en laboratoire qui montrent clairement l’activité de la vitamine K dans la régulation du calcium.

Les deux études effectuées sur l’homme ont utilisé de très fortes doses de vitamine K1 et plus la dose était élevée, plus les résultats étaient positifs. Cela est cohérent avec les données connues sur la pharmacocinétique de cette substance qui disparait rapidement de la circulation (avec une dose plus élevée il en reste plus longtemps dans le sang).

Dans les études d’observation, les chercheurs constatent globalement un effet très faible de la vitamine K1.

En revanche, l’apport en vitamine K2 semble très significativement associé au risque de calcifications. Une étude de référence menée aux Pays-Bas a montré que pour chaque apport supérieur de 10 µg de vitamine K2, le risque d’accident cardiovasculaire diminue environ de 10%.

Quelle vitamine K2 faut-il prendre pour les calcifications ?

Si vous êtes en bonne santé mon premier conseil sera de continuer à manger des légumes verts très régulièrement. Ils contiennent certes de la vitamine K1 mais aussi beaucoup de magnésium, un minéral dont on manque souvent.

Mais si vous souffrez de calcifications artérielles ou vasculaires, il est probable qu’une supplémentation sera bénéfique. Mais dans ce cas inutile de prendre de la vitamine K1 qui sera peu efficace, il faut privilégier la vitamine K2.

La vitamine K2 existe elle-même sous plusieurs formes qu’on appelle les ménaquinones, nommés en abrégées “MK”. On trouve principalement dans cette famille:

  • La vitamine K2 MK-4 (courte molécule, retrouvée dans les viandes et les œufs)
  • La vitamine K2 MK-7 (longue molécule retrouvée dans des produits fermentés comme le natto)
  • La vitamine K2 MK-8 (longue molécule retrouvée dans les fromages)
  • La vitamine K2 MK-9 (longue molécule retrouvée dans les fromages).

Si on considère toutes les formes de vitamine K2, c’est la ménaquinone 7 qui est de loin la plus efficace contre les calcifications. Mais comme le natto ne fait pas partie de notre alimentation (c’est le cas au Japon), une supplémentation est le seul moyen de s’assurer de bons apports de cette forme particulière.

La vitamine K2 MK-7 a une demi-vie de 3 jours (à comparer à celle de 2 heures pour la vitamine K1), ce qui permet d’atteindre des taux sanguins 7 à 8 fois supérieurs avec de petites doses.

En ce qui concerne la dose efficace, on manque de données mais il est probablement judicieux d’envisager une supplémentation située entre 100 et 200 µg par jour. Dans tous les cas les effets sur les calcifications profondes devraient prendre plusieurs mois à apparaitre.

compléments alimentaires fabriqués en France

Effets secondaires de la vitamine K

La vitamine K fait partie des vitamines les plus inoffensives au monde. A tel point qu’il est impossible de connaitre ses effets secondaires, même à très fortes doses ! L’académie de médecine des États-Unis déclare au sujet de la vitamine K :

La littérature médicale montre l’absence de toxicité d’une supplémentation en vitamine K1 ou K2“.

Une dose limite de sécurité n’a donc pas encore pu être fixée à ce jour.

Attention toutefois si vous prenez un traitement médical anticoagulant, ces substances bloquent l’activité de la vitamine K. Dans ce cas la supplémentation doit être initiée avec votre médecin pour qu’il puisse adapter le traitement anticoagulant.


Références :

  1. M Kyla Shea, Sarah L Booth, Michael E Miller, Gregory L Burke, Haiying Chen, Mary Cushman, Russell P Tracy, Stephen B Kritchevsky. Association between circulating vitamin K1 and coronary calcium progression in community-dwelling adults: the Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis. Am J Clin Nutr 2013 ajcn.056101.
  2. Gast GC, de Roos NM, Sluijs I, Bots ML, Beulens JW, Geleijnse JM, Witteman JC, Grobbee DE, Peeters PH, van der Schouw YT. A high menaquinone intake reduces the incidence of coronary heart disease. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2009 Sep;19(7):504-10.
  3. Shea MK, Holden RM. Vitamin K status and vascular calcification: evidence from observational and clinical studies. Adv Nutr. 2012 Mar 1;3(2):158-65.
  4. Gast GC, de Roos NM, Sluijs I, Bots ML, Beulens JW, Geleijnse JM, Witteman JC, Grobbee DE, Peeters PH, van der Schouw YT. A high menaquinone intake reduces the incidence of coronary heart disease. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2009 Sep;19(7):504-10.
  5. Schurgers LJ, Teunissen KJ, Hamulyák K, Knapen MH, Vik H, Vermeer C. Vitamin K-containing dietary supplements: comparison of synthetic vitamin K1 and natto-derived menaquinone-7. Blood. 2007 Apr 15;109(8):3279-83.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 4.59
Rejoignez 45 000abonnés à ma newsletter !

Vous recevrez gratuitement les dernières actualités en santé et nutrition.

Dès votre inscription, vous recevrez dans votre boîte mail mon eBook 6 conseils simples pour préserver sa santé.

Scroll to Top