Les oméga-3 diminuent la calcification artérielle

La calcification des artères est un phénomène qui a lieu lorsque des cristaux de phosphate de calcium s’accumulent dans la paroi des vaisseaux sanguins, les rendant plus rigides. Ces dépôts conduisent à une inflammation et à un rétrécissement du diamètre des artères, ce qui gêne la circulation sanguine. Le passage du sang dans le vaisseau risque même d’être complètement empêché.

Ce durcissement des artères, aussi appelé athérosclérose, augmente le risque d’hypertension et d’accidents cardiovasculaires : infarctus du myocarde ou AVC. Pour rappel, en France, les maladies cardiovasculaires représentent la deuxième cause de décès et la première chez les femmes, d’où l’importance de trouver des moyens efficaces d’empêcher la calcification artérielle.

Athérosclérose et apports en oméga-3

Différentes études ont suggéré que les oméga-3 favorisent une bonne santé cardiovasculaire. Ces lipides sont des acides gras poly-insaturés à longue chaîne. Plusieurs hypothèses ont été émises pour expliquer leurs bienfaits : un effet bénéfique sur le rythme cardiaque, la pression artérielle, les triglycérides sanguins, l’inflammation… En effet, les acides gras oméga-3 que sont l’EPA (acide eicosapentaénoïque) et le DHA (acide docosahexaénoïque) permettent la formation de résolvines, des molécules dérivées des acides gras, qui sont de puissants anti-inflammatoires (1).

Des travaux chez l’animal suggèrent également que les oméga-3 préviennent l’athérosclérose. Mais agissent-ils aussi chez l’homme ? Pour le savoir, des chercheurs de l’université de Pittsburgh aux États-Unis ont étudié le lien entre la consommation d’acides gras oméga-3 et le durcissement des artères.

Leur étude(2) a inclus 998 hommes en bonne santé, âgés de 40 à 49 ans. La calcification de leur aorte, qui est un marqueur de l’athérosclérose, a été mesurée par tomographie et leur taux d’oméga-3 a été dosé dans le sang. Les chercheurs ont observé que ceux qui avaient des niveaux bas d’oméga-3 risquaient plus une calcification de l’aorte. L’association inverse entre calcification artérielle et oméga-3 était surtout vraie pour l’acide gras DHA. Les auteurs en concluent que le DHA, plus que l’EPA, est une molécule qui pourrait aider à la prévention et au traitement de l’athérosclérose.

Supplémentationen oméga-3 et santé cardiovasculaire

D’autres études se sont intéressées à l’intérêt des oméga-3 pour lutter contre l’athérosclérose. En 2018, deux chercheurs de l’université du Nouveau-Mexique ont publié une revue sur les bénéfices d’une complémentation en oméga-3 pour les personnes à risque d’athérosclérose (3): des patients avec une hyperlipidémie, un syndrome métabolique, un IMC élevé, un diabète de type 2, ou des fumeurs. Les auteurs ont trouvé une vingtaine d’études scientifiques à ce sujet et en ont conclu que dans l’ensemble les oméga-3 DHA et EPA amélioraient la fonction vasculaire chez ces sujets à risque. Cependant, pour les patients diabétiques, seulement deux études sur cinq concluaient à des bénéfices pour eux.

De manière générale, l’efficacité des oméga-3 en prévention des maladies cardiovasculaires a fait l’objet de très nombreuses études. Une revue Cochrane de 2018 (4) a sélectionné 79 essais cliniques sur cette question, regroupant plus de 112.000 personnes. La plupart de ces études avaient testé une complémentation en oméga-3, plutôt qu’un changement alimentaire. D’après les résultats, l’augmentation des oméga-3 avait peu ou pas d’effet sur :

  • la mortalité toutes causes,
  • la mortalité cardiovasculaire,
  • les événements cardiovasculaires,
  • l’AVC,
  • l’arythmie.

Pourtant, les études qui ont observé les changements alimentaires (plus de poissons gras) concluent bien à des bénéfices. Alors comment expliquer ces résultats décevants avec les compléments alimentaires d’oméga-3 ? Probablement par leur origine et leur qualité. Il faut distinguer les apports en oméga-3 provenant de poissons de la prise de compléments. Cette différence tient à la qualité des compléments alimentaires qui est souvent très mauvaise : dans le poisson, les oméga-3 sont protégés de l’oxydation, alors que, sous forme de compléments, ils risquent plus d’être oxydés. Or, oxydés, les oméga-3 sont bien moins bénéfiques. Tous les compléments en oméga-3 ne se valent pas, certains étant plus oxydés que d’autres. Pour plus d’informations à ce sujet, voir l’article suivant : https://www.unae.fr/omega-3-quest-ce-que-lindice-totox-et-pourquoi-est-ce-important/

Références   [ + ]

1.Calder. The role of marine omega‐3 (n‐3) fatty acids in inflammatory processes, atherosclerosis and plaque stability. Molecular Nutrition Food Research. 2012.
2.Mahajan et al. Serum long-chain n-3 polyunsaturated fatty acids and aortic calcification in middle-aged men: The population-based cross-sectional ERA-JUMP study. Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases. 2019.
3.Zehr et Walker. Omega-3 polyunsaturated fatty acids improve endothelial function in humans at risk for atherosclerosis: A review. Prostaglandins Other Lipid Mediat. 2017.
4.Abderlhamid et al. Omega‐3 fatty acids for the primary and secondary prevention of cardiovascular disease. Cochrane Database Syst Rev. 2018.

Vous pourriez être intéressé

Un commentaire

  • Avatar for PATRICIA
    PATRICIA  12 octobre 2019 at 7 h 33 min

    bonjour
    je voudrais savoir ce que vous pensez des catalyons ?
    Peut-on se supplémenter en zinc cuivre à partir de ce type de produit sans risque ?
    merci

    Répondre

Laissez un commentaire

Merci d'entrer votre nom. Please enter an valid email address. Please enter a message.

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom
Votre adresse mai ne sera jamais cédée à un tiers

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom