facebook insta twitter

La vitamine C ne protège pas de la cataracte

vue rapprochée d'un oeil présentant une cataracte

Récemment j’ai écrit un article intitulé “Les fortes doses de vitamines C et E augmenteraient le risque de cataracte“. Grand mal m’en a pris! Cet article fut très mal accueilli, je reçus même des messages d’insultes par mail de la part de fanatiques de la vitamine C, me soutenant coute que coute que la vitamine C allait les sauver de toutes les maladies de la Terre, que je devrais arrêter de lire des études scientifiques (et croire qui? les vendeurs?) et que je ferais mieux de me mettre au tricot.
Malheureusement je ne sais pas tricoter, même si c’est quelque chose que j’aimerais bien apprendre.

Les résultats de cette étude ne valent rien

Un des plus gros reproches (et un des plus justes) qui a été fait après ce précédent article était qu’il s’agissait d’une étude d’observation : les chercheurs ont regardé les apports en vitamine C des participants puis leur risque de développer une cataracte quelques années plus tard. Ce type d’étude présente une faille car on n’est jamais certain que le lien observé est bien un lien de causalité. Voici un exemple grossier : je prends un échantillon de 5 000 personnes qui possèdent un chat. Ensuite je constate que les propriétaires qui ont un chat roux ont plus de chances d’être chauves que ceux qui ont un chat d’une autre couleur. Conclusion : les chats roux rendent chauves.
Pour éviter ce genre d’erreurs on complète généralement ces études d’observations par des études d’intervention. Dans ce cas on donne à un groupe de personnes soit une substance soit un placebo et on regarde les différences entre les deux groupes au bout d X années. Cette démarche est beaucoup plus fiable (dans mon exemple on donnerait un chat roux à des adultes ayant leurs cheveux et on observerait si oui ou non ils deviendraient chauves).

La supplémentation en vitamine C est inefficace pour protéger de la cataracte

Par chance il existe déjà une telle étude d’intervention! Elle a été financée par un vaste programme de recherche du ministère de la santé Américaine: 5000 adultes âgés de 55 à 80 ans ont été suivis pendant environ 7 ans et ont reçu soit un complément alimentaire antioxydant (500 mg de vitamine C, 400 UI de vitamine E et 15 mg de bêta-carotène) tous les jours soit un placebo.
Résultat : le complexe antioxydant n’a eu aucun effet sur le risque de cataracte et n’a pas permis de freiner la perte d’acuité visuelle due à l’âge.
Face à ces résultats il est difficile de nier l’évidence. Il est probable que les études qui montrent un lien entre les apports en vitamine C et le risque de cataracte soient victimes d’un biais d’interprétation : les personnes qui ont des apports élevés en vitamine C ont des apports élevés en fruits et légumes qui pourraient être bénéfiques via l’effet d’autres substances et pas uniquement grâce à la vitamine C. C’est une explication parmi d’autres.

Référence : Age-Related Eye Disease Study Research Group. A randomized, placebo-controlled, clinical trial of high-dose supplementation with vitamins C and E and beta carotene for age-related cataract and vision loss: AREDS report no. 9. Arch Ophthalmol. 2001 Oct;119(10):1439-52.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 3.33
Rejoignez 45 000abonnés à ma newsletter !

Vous recevrez gratuitement les dernières actualités en santé et nutrition.

Dès votre inscription, vous recevrez dans votre boîte mail mon eBook 6 conseils simples pour préserver sa santé.

Scroll to Top