Comment les antioxydants peuvent ruiner la santé

Les compléments antioxydants sont très populaires. Ils seraient, selon certains auteurs, des « protecteurs du vieillissement », en empêchant le stress oxydant. En réalité, les études scientifiques les plus récentes sur le sujet prouvent plutôt que le stress oxydant peut aussi être bénéfique à la santé, et les antioxydants, néfastes !Seuls certains d’entre eux, pris dans certains cas précis peuvent être bénéfiques.

Si vous laissez un morceau de ferraille à l’air libre, exposé aux intempéries, le résultat est rapide : il rouille. Ce phénomène est une réaction typique d’oxydoréduction, autrement dit de vieillissement, et c’est exactement le même qui se produit dans notre organisme. Il a lieu spontanément dès que nous respirons. Le simple fait de vivre produit donc des radicaux libres : « Vivre c’est mourir, il faut l’accepter », comme disait Jean d’Ormesson.

Les radicaux libres sont aussi produits de manière plus importante lorsque nous sommes exposés à des polluants : pollution atmosphérique, tabagisme, pesticides, etc. Face à ces agressions, notre organisme utilise un système de défenses antioxydantes qui comprend des vitamines (A, C, E, zinc, sélénium), des protéines capables de les neutraliser (glutathion) ou des enzymes (superoxyde dismutase, etc.).

Il y a 30 ans, la recherche en nutrition avait identifié que l’oxydation était fortement augmentée en cas de cancer, de diabète, de maladies cardiaques, démence, etc. Les chercheurs pensaient donc avoir trouvé l’une des clefs du vieillissement sur laquelle il était possible d’agir pour prévenir ou guérir un très grand nombre de maladies. C’est ainsi que de nombreuses opérations « antirouille » ont été lancées par des chercheurs en donnant de fortes doses d’antioxydants à des volontaires. Mais les résultats ne furent pas ceux attendus…

Des antioxydants qui ne stoppent pas le vieillissement

Depuis les années 80, des dizaines d’études, qui ont porté sur des centaines de milliers de personnes, ont testé l’effet d’une supplémentation en vitamines et antioxydants. Et les résultats sont plutôt décevants : les antioxydants semblent pouvoir réduire le risque de cancer, mais de 8 % tout au plus. En ce qui concerne les maladies cardiovasculaires ou le diabète, l’effet est totalement nul ! Encore plus surprenant : seules de faibles doses d’antioxydants sont bénéfiques, les études utilisant de fortes doses sur de longues périodes ont toutes mis en évidence une augmentation du risque de différents cancers (poumon, côlon, peau, etc.) et de décès (1, 2, 3, 4, 5) !

Nos cellules produisent des oxydants (aussi appelés « radicaux libres »), à chaque fois qu’elles consomment de l’oxygène et fabriquent de l’énergie. Alors pourquoi les fortes doses d’antioxydants sont-elles inefficaces ? Et à quoi sert donc ce système de radicaux libres que la nature a conservé après des millions d’années d’évolution et de sélection naturelle ? La réponse à toutes ces questions a été donnée par plusieurs équipes de recherche au début des années 2010 : en réalité, les radicaux libres ne sont pas toujours préjudiciables et ont même souvent un rôle bénéfique à jouer au cœur des cellules (6, 7).

Le bénéfice d’un stress oxydant plus important

En imposant un effort physique intense ou répété à son organisme, la dépense énergétique et l’oxydation massive du glucose nécessaire aux muscles vont générer une avalanche de radicaux libres. Le stress oxydatif est d‘ailleurs considéré quasiment comme une maladie professionnelle chez les grands sportifs.

Malgré cela, toutes les études sont formelles : faire du sport modérément ou intensément diminue de plus de 40 % votre risque de cancer et de 33 % votre risque de mourir prématurément (8). Et tout cela sans la moindre prise de compléments antioxydants. Se pourrait-il que les bénéfices soient encore supérieurs avec la prise de fortes doses de ces compléments antioxydants (comme la vitamine C ou E) puisque le sport génère de grandes quantités de radicaux libres ?

C’est ce que pensent bon nombre de sportifs qui n’hésitent pas à prendre des compléments alimentaires antioxydants parfois fortement dosés. Alors, efficace ou non, cette méthode ? Ce n’est que très récemment qu’une synthèse des études conduites sur le sujet a permis de conclure que les antioxydants étaient bénéfiques à faibles doses, mais qu’ils devenaient contreproductifs à fortes doses avec, comme résultat, une annulation de l’adaptation des muscles à l’exercice (donc une absence de progression !) ou une absence d’effet bénéfique du sport sur la sensibilité à l’insuline (nécessaire dans la prévention ou le traitement du diabète) (9, 10). Sont considérés comme « fortes doses » : des apports supérieurs à 1000 mg de vitamine C par jour ou 140 mg (200 UI) de vitamine E. Comment expliquer ce paradoxe ? Autre aspect important : certains antioxydants semblent poser les mêmes problèmes, même à faibles doses. C’est le cas notamment du resvératrol qui, dans plusieurs études, a supprimé totalement l’adaptation de l’organisme aux stress bénéfiques du sport (11, 12).

À quoi servent réellement les antioxydants

Ce double effet des antioxydants est expliqué par les chercheurs suisses : à chaque fois que notre organisme est exposé à des situations qui génèrent des radicaux libres, nos enzymes antioxydantes internes (catalase, superoxyde dismutase, peroxydase) s’activent pour les neutraliser. En conséquence, chaque stress oxydant renforce nos défenses antioxydantes internes, ce qui nous rend plus résistants aux stress d’une manière générale. C’est ce qui explique les formidables bénéfices de l’activité physique.

Pour certains chercheurs, ce rôle bénéfique du stress oxydatif expliquerait certaines habitudes de vie étonnantes associées à une longévité hors du commun. Jeanne Calmant par exemple, qui fut pendant longtemps la doyenne de l’humanité, avait pour habitude de fumer régulièrement un ou deux cigarillos, des petits cigares. Or, les études ont montré que le cigare (ou le cigarillos) sont nettement moins toxiques pour l’organisme que la cigarette, notamment car la bonne manière de les utiliser consiste à « crapoter », c’est-à-dire à ne pas avaler la fumée (13). Une utilisation faible de cigares ou cigarillos procure donc un stress oxydant léger, susceptibles d’améliorer nos capacités de défenses naturelles. A l’inverse, la cigarette classique est tellement toxique (aussi bien par sa composition que par sa méthode de consommation – en avalant la fumée – ) qu’elle ne permet aucune adaptation de l’organisme ce qui se traduit par une augmentation nette de nombreux problèmes de santé.

Chacune de ces enzymes fonctionne à l’aide de micronutriments tels que la vitamine C, la vitamine E, le sélénium ou le zinc. Dès lors, ne pas manquer de ces éléments assure un fonctionnement optimal de ces enzymes. Mais que se passe-t-il si l’on apporte plus d’antioxydants que nécessaire ? C’est simple : l’excédent va venir bloquer les radicaux libres produits par le stress, avant qu’ils n’atteignent nos enzymes. Résultat : aucune adaptation et aucun renforcement de l’organisme ne se produit ! Les antioxydants deviennent contre-productifs. Mais attention… tous les antioxydants ne sont pas égaux.

Quels antioxydants sont bons et lesquels sont mauvais ?

Le fait de manger chaque jour des fruits et des légumes est associé à une diminution du risque de souffrir d’une maladie chronique, mais la raison n’est pas seulement imputable aux antioxydants protecteurs qu’ils contiennent, comme on le croit souvent. Aujourd’hui, les chercheurs les plus à la pointe estiment que la consommation de fruits et légumes provoquerait un stress oxydant auquel notre organisme doit réagir, et c’est cela qui serait bénéfique à la santé. À l’origine de ce stress oxydant, on trouve des substances « toxiques » présentes en petites quantités dans les végétaux.

Pour survivre aux nombreuses menaces de leur environnement (la chaleur, la sécheresse, les insectes…), les plantes ont développé un arsenal remarquable de composés chimiques défensifs qu’elles synthétisent naturellement : pesticides, désherbants, antibactériens, répulsifs, etc. Vous connaissez probablement certaines de ces substances : la nicotine du tabac ralentit les insectes, l’allicine de l’ail est un antifongique puissant, le tanin du vin est un répulsif contre les parasites, la quercétine du thé anéantit les virus et les bactéries. Nous avons aussi parlé des isothiocyanates retrouvés dans les choux comme le brocoli.

Notre organisme reconnaît ces composés « biopesticides » comme légèrement toxiques, et il y répond par un processus de désintoxication, afin de les décomposer et de les éliminer. Au cours de ce phénomène, de nombreux gènes s’activent pour produire des antioxydants, éliminer des métaux lourds ou établir d’autres fonctions favorables à la santé. À partir d’un petit signal apporté par les plantes, votre corps est préparé et bien mieux armé pour contrer les toxines, les oxydants, les attaques immunitaires ou toute autre rencontre qui pourrait causer des dommages. Un peu de poison vous rend plus fort !

Mais « Tout est poison, rien n’est poison, seule la dose fait le poison » prophétisait le médecin Paracelse au XVIe siècle. Ce principe fondamental en biologie est aujourd’hui reconnu, et les applications sur la santé nombreuses. C’est le cas par exemple des rayonnements : bien évidemment, l’exposition à de fortes radiations est cancérigène, mais dans certains cas, de toutes petites quantités de rayons X font baisser le risque de cancer et renforcent la résistance à d’autres facteurs toxiques (14). Pour faire face à une légère irradiation, les cellules mettent en route des mécanismes de protection et renforcent massivement leurs défenses, plus que nécessaires pour contrer une menace somme toute mineure. Le mécanisme est identique quand vous faites du sport ou que vous consommez des plantes contenant des biopesticides, mais il arrive que ce système ne fonctionne pas correctement. C’est le cas lorsque l’afflux de radicaux libres surpasse la capacité de nos enzymes antioxydantes : tabagisme, chimiothérapie anticancéreuse, etc. Dans ces cas-là, et dans ces cas seulement, la prise de compléments antioxydants à fortes doses reste bénéfique, car elle aide l’organisme à neutraliser les toxiques.

La bonne manière de renforcer ses capacités antioxydantes

Dans les expériences menées sur le stress oxydant, dès lors que les doses utilisées ne sont plus physiologiques (c’est-à-dire supérieures à ce qu’il est possible d’obtenir via l’alimentation) les compléments antioxydants interfèrent avec les réponses de l’organisme, ils neutralisent le stress oxydant avant que les réactions de renforcement des défenses n’aient pu se mettre en route. Un apport supplémentaire d’antioxydants limite les capacités d’adaptation de l’organisme et, paradoxalement, semble nous rendre plus faibles. Même si tous les mécanismes biologiques ne sont pas encore clairement identifiés, les oxydants interviennent probablement comme des messagers essentiels pour nos cellules et la formation des radicaux libres est une étape transitoire indispensable à la mise en place d’une cascade de phénomènes biologiques favorables à la santé.

Voici ce que l’on sait avec certitude à ce jour :

  • Prendre un complément antioxydant ne peut pas compenser une consommation insuffisante de fruits et de légumes, tout simplement parce qu’ils ne contiennent pas les nombreux biopesticides de ces aliments.
  • Pour obtenir plus de bénéfices santé de l’alimentation, achetez des fruits et des légumes variés, de couleurs différentes, indicatrices de la présence de biopesticides de type distincts (donc susceptible d’entraîner des réponses différentes et plus variées après ingestion). Préférer les choisir bio ou sauvages, car avec l’agriculture moderne les plantes vivent dans un milieu très contrôlé, elles n’ont pas à lutter autant pour survivre et produisent donc moins de biopesticides.
  • Ne prenez jamais de fortes doses de compléments antioxydants, préférez les mélanges à doses raisonnables qui vont optimiser le fonctionnement naturel de nos enzymes. Concrètement cela signifie ne pas utiliser de doses supérieures àc e qu’il est possible d’atteindre par l’alimentation.
  • Exposez votre organisme à différents stress, en lui accordant toujours une période de repos entre chaque exposition : sport, exposition aux rayons UV du soleil, etc.
  • Si vous avez un problème de santé clairement en lien avec une production excessive de radicaux libres (endométriose, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, cataracte, DMLA, problèmes de fertilité, etc.), améliorez votre statut antioxydant de la manière suivante (dans l’ordre) :
    1. Améliorez votre capacité à produire du glutathion en cas de besoin : supplémentation en glycine (au moins 2 gr par jour), cystéine (acetylcystéine – au moins 200 mg par jour)
    2. Prenez un complément multivitaminés apportant des vitamines A, C, E, du zinc et du sélénium à des doses physiologiques (autour des AJR)
    3. Ajoutez des caroténoïdes protecteurs : lutéine (au moins 10 mg), zéaxanthine (au moins 2 mg), lycopène (au moins 10 mg)
    4. Ajoutez des antioxydants physiologiques : coenzyme Q10 (au moins 20 mg), carnitine (au moins 500 mg), quercétine (au moins 200 mg), extrait de thé vert, de myrtille, de gingembre, de brocoli, etc.

 Références :

(1) Stephen P. Fortmann, MD; Brittany U. Burda, MPH; Caitlyn A. Senger, MPH; Jennifer S. Lin, MD, MCR; and Evelyn P. Whitlock, MD, MPH). Vitamin and Mineral Supplements in the Primary Prevention of Cardiovascular Disease and Cancer: An Updated Systematic Evidence Review for the U.S. Preventive Services Task Force – Ann Intern Med. 2013 Dec 17;159(12):824-34

(2) Miller ER, Pastor-Barriuso R, Dalal D, Riemersma RA, Appel LJ, Guallar E. Meta-analysis: high-dosage vitamin E supplementation may increase all-cause mortality. Ann Intern Med. 2005 Jan 4;142(1):37-46.

(3) Bjelakovic G, Nagorni A, Nikolova D, Simonetti RG, Bjelakovic M, Gluud C. Meta-analysis: antioxidant supplements for primary and secondary prevention of colorectal adenoma. Aliment Pharmacol Ther. 2006 Jul 15;24(2):281-91.

(4) Omenn GS, Goodman GE, Thornquist MD, Balmes J, Cullen MR, Glass A, Keogh JP, Meyskens FL Jr, Valanis B, Williams JH Jr, Barnhart S, Cherniack MG, Brodkin CA, Hammar S. Risk factors for lung cancer and for intervention effects in CARET, the Beta-Carotene and Retinol Efficacy Trial. J Natl Cancer Inst. 1996 Nov 6;88(21):1550-9.

(5) Seifirad S, Ghaffari A, Amoli MM. The antioxidants dilemma: are they potentially immunosuppressants and carcinogens? Front Physiol. 2014 Jul 14;5:245.

(6) Sena, L.A. & Chandel, Physiological roles of mitochondrial reactive oxygen species. Mol Cell. 2012 Oct 26;48(2):158-67.

(7) Ristow M. Unraveling the truth about antioxidants: mitohormesis explains ROS-induced health benefits. Nat Med. 2014 Jul;20(7):709-11.

(8) Garatachea, Nuria et al. Elite Athletes Live Longer Than the General Population: A Meta-Analysis. Mayo Clinic Proceedings , Volume 89 , Issue 9 , 1195 – 1200

(9) Paulsen G, Cumming K, Holden G, Hallen J, Ronnestad B, Sveen O, Skaug A, Paur I,Bastani N, Ostgaard H, Buer C, Midttun M, Freuchen F, Wiig H, Ulseth E, Garthe I, Blomhoff R, Benestad H and Raastad T. Vitamin C and E supplementation hampers cellular adaptation to endurance training in humans: a double-blind randomized controlled trial. J Physiol. February 3, 2014. jphysiol.2013.267419.

(10) Cainara Lins Draeger, Andréia Naves, Natália Marques, Ana Beatriz Baptistella, Renata Alves Carnauba, Valéria Paschoal, Humberto Nicastro. Controversies of antioxidant vitamins supplementation in exercise: ergogenic or ergolytic effects in humans? Journal of the International Society of Sports Nutrition 2014, 11:4.

(11) Trisha D. Scribbans, Jasmin K. Ma, Brittany A. Edgett, Kira A. Vorobej, Andrew S. Mitchell, Jason G.E. Zelt, Craig A. Simpson, Joe Quadrilatero, Brendon J. Gurd. Resveratrol supplementation does not augment performance adaptations or fibre-type–specific responses to high-intensity interval training in humans. Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism, 2014, 39:1305-1313.

(12) Gliemann L, Olesen J, Biensø RS, Schmidt JF, Akerstrom T, Nyberg M, Lindqvist A, Bangsbo J, Hellsten Y. Resveratrol modulates the angiogenic response to exercise training in skeletal muscles of aged men. Am J Physiol Heart Circ Physiol. 2014 Oct 15;307(8):H1111-9.

(13) Christensen CH, Rostron B, Cosgrove C, Altekruse SF, Hartman AM, Gibson JT, Apelberg B, Inoue-Choi M, Freedman ND. Association of Cigarette, Cigar, and Pipe Use With Mortality Risk in the US Population. JAMA Intern Med. 2018 Feb 19.

(14) Feinendegen LE. Evidence for beneficial low level radiation effects and radiation hormesis. Br J Radiol. 2005 Jan;78(925):3-7.

You may also like

89 Response Comments

  • Tarou  6 avril 2018 at 15 h 13 min

    Bonjour Julien,

    Que penser du Pterostilbene, en remplacement du Resveratrol (problématique) c’est aussi un stilbenoïde comme le resveratrol, mais une molécule différente, on en trouve, dans les myrtilles, bleuets, et il semble avoir des vertus sensibles, vérifiées par des études, ici exposé : http://www.pterostilbene.com/fr/

    Courtoisement,
    Olivier

    (2)
    Répondre
    • Julien Venesson  7 avril 2018 at 14 h 43 min

      Le site que vous citez ressemble en tout point à un « faux blog », payé par un vendeur de complément alimentaire; je n’y accorde aucun crédit. Les effets du pterostilbène sont largement exagérés sur internet; il y a des dizaines d’autres composés beaucoup plus intéressants et nettement moins chers.

      (1)
      Répondre
  • Nix  11 avril 2018 at 16 h 22 min

    Bonjour Julien,

    Article comme souvent très intéressant, mais néanmoins un peu flippant. Atteint d’une maladie chronique je consomme tous les jours du curcuma en gélule fortement biodisponible…le curcuma est connu pour etre un très fort anti oxydant…Je consomme aussi souvent d’autres compléments qui sont des anti inflammatoires naturels et parfois des cocktails de beta carotenes pour ma peau…bref, de nombreux compléments alimentaires contiennent des anti-oxydants…

    Que dois-je penser ? je ne prends pas ces compléments par plaisir, j’en ai besoin…

    Alors que dois-je faire pour contre balancer le tout ?

    Allez un peu plus au soleil, et fumer 🙂 ?

    (2)
    Répondre
    • Julien Venesson  11 avril 2018 at 18 h 20 min

      Comme expliqué dans l’article il y a des antioxydants qui sont bons à prendre pour lutter contre des maladies car l’urgence c’est de diminuer les symptômes pas de vivre le plus longtemps possible. Mais il faut éviter d’absuer des antioxydants trop puissants quand on n’en a pas besoin ou pour une santé optimale une fois les problèmes réglés.

      (1)
      Répondre
  • Stephane  12 avril 2018 at 16 h 35 min

    Ça fait plaisir de te lire à nouveau Julien !

    Merci pour cette mise au point sur les anti-oxidants qui, à trop forte dose, altèrent ou suppriment les bénéfices de l’hormèse induits par les radicaux libres.

    Cela parait logique mais pas toujours facile de garder en tête tous les paramètres qui régissent le fonctionnement de notre organisme !

    Encore merci

    (2)
    Répondre
  • Julien  5 avril 2018 at 15 h 51 min

    Une fois de plus, merci pour cet article de qualité très instructif.

    (1)
    Répondre
  • Elrhim  6 avril 2018 at 14 h 09 min

    Bonjour.

    Merci pour cet article d’utilité publique.

    Si l’on prend un complément vitaminique justement dosé, est-il a priori possible d’être sujet à une overdose si l’on consomme de grandes quantités de fruits et légumes ?
    Et dans l’absolu, si l’on se contente de consommer de grandes quantités de légumes sans prise de complément en parallèle, en particulier sous forme de jus, le risque-t-on également ?

    Merci d’avance.

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  7 avril 2018 at 14 h 40 min

      Tout dépend de la composition et des dosages du multivitamines en question. Pour les fruits et légumes en quantité pas de problème. Pour les jus c’est assez mal étudié donc difficile de répondre mais à priori je ne pense pas qu’il y ait de problème. Le problème des jus viendra plutôt des quantités de glucides qui passent immédiatement dans le sang contrairement à ce qui se passe quand on mange un aliment entier.

      (1)
      Répondre
  • Karim  7 avril 2018 at 0 h 12 min

    Excellent article encore une fois 🙂
    Est il du coup toujours intéressant de prendre un complément de multi vitamines et minéraux en ayant une alimentation saine et variée ?

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  7 avril 2018 at 14 h 44 min

      Oui car aucune alimentation ne peut couvrir la totalité des besoins. En vitamine D par exemple. Et il y a aussi des nutriments pour lesquels il n’est pas possible de garantir des apports optimums chaque jour de l’année (ceux cités en bas d’article). Dans ce cas els études montrent d’importants bénéfices sur la santé, le bien-être ou la prévention de certaines maladies.

      (2)
      Répondre
  • Marmounier  7 avril 2018 at 13 h 48 min

    Super article, une fois de plus !

    De façon analogue, n’est-il pas envisageable (hypothétique !) que de tels mécanismes adaptatifs soient mis en place lors de la consommation faible de légumineuses ou de céréales, contenant, on le sait, de nombreuses substances toxiques (largement détaillées dans Paléo Nutrition). Ou bien les doses seraient-elles trop importantes dans ce cas avec un impact plutôt néfaste, au lieu de déclencher des cascades adaptatives positives (comme celle décrite dans cet article).

    Merci pour ton avis

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  7 avril 2018 at 14 h 45 min

      Tout à fait, c’est le cas. Mais une alimentation Paléo comme celle que je recommande dans « Paléo Nutrition » contient naturellement de petites quantités de phytates (légumineuses, légumes). Avec de petits apports, les études montrent bien des bénéfices sur la santé. Mais dès que les apports augmentent les carences se développent.

      (0)
      Répondre
  • Clément  7 avril 2018 at 17 h 37 min

    Bonjour Julien,

    Tout d’abord, merci pour ton travail. Au vu de ces dernières avancées, penses-tu que le multivitamines Daily3 contient trop d’antioxydants ?
    D’autre part, je constate qu’il y a maintenant de plus en plus de co-enzyme Q10 dans les compléments. Ne penses-tu pas qu’il y a un risque d’intoxication au long cours comme cela pourrait être le cas pour les vitamines A et E au vu de leur caractère lipophile ?

    Merci pour ton avis !

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  7 avril 2018 at 18 h 53 min

      Il y a très peu d’antioxydants dans le SuperSmart. regardez les concentrations de lutéine, zéaxanthine, pépins de raisins ou thé vert. On est proche de dosages placebo. Pour le coenzyme Q10, il y a des maladies pour lesquelles on a besoin de fortes doses. Pour les autres le coQ10 a fortes doses n’a de toute façon pas grand intérêt. A petites doses pas de problème.

      (2)
      Répondre
  • Enzo  10 avril 2018 at 9 h 23 min

    Bonjour Julien

    Merci pour ton travail toujours au top ça remets beaucoup de choses en question.
    Du coup sans problème de santé tu conseil toujours de prendre de la glycine ?
    Et tu penses quoi des bienfaits rapporté par la l-citrulline

    Merci

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  10 avril 2018 at 9 h 45 min

      Oui bien sûr. Après si tu veux en savoir plus sur la glycine, la citrulline ou les compléments alimentaires pour le sport, je te recommande la lecture de mon livre « Paléo Nutrition ».

      (0)
      Répondre
  • Greggot  10 avril 2018 at 17 h 32 min

    Salut Julien,

    Excellent article. Avez-vous un avis avis sur le NAD+ ( Nicotinamide Adénine Dinucléotide)?

    Apparemment, il n’y a pas d’études humaines fiables pour le moment mais beaucoup de témoignages positifs.

    La véracité de ces témoignages n’étant pas vérifiable, avez-vous un avis sur la question ?

    Merci.

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  10 avril 2018 at 17 h 38 min

      Beaucoup de faux témoignages payés par des vendeurs de compléments alimentaires. Cet ingrédient ne fait pas grand chose chez l’homme mais apparemment c’est génial pour les souris.

      (1)
      Répondre
      • Greggot  11 avril 2018 at 2 h 44 min

        Merci pour la réponse. Ce qui m’a fait douter est que Rhonda Patrick en a parlé comme étant très prometteur. Je la trouve généralement fiable et je ne pense pas qu’elle soit payé par qui que ce soit pour dire ça.

        (1)
        Répondre
        • Julien Venesson  11 avril 2018 at 10 h 05 min

          Je ne sais pas qui est cette personne mais beaucoup de personnes de bonne foi relayent ces fausses études et faux témoignages. Le prix du produit (très très cher) participe aussi à un certain effet placebo. Il y a aussi le désir de vouloir trouver « la perle rare » dans des choses nouvelles (c’est une méthode commerciale) mais les compléments alimentaires les plus utiles et les plus efficaces sont les plus anciens. La seule difficulté c’est de savoir prendre les bonnes combinaisons aux bons dosages ce qui semble peu connu. Mais j’aurais l’occasion d’en reparler dans d’autres articles.

          (2)
          Répondre
  • Simone  11 avril 2018 at 13 h 23 min

    Bonjour Julien, Atteinte de DMLA, je me demande comment et où trouver tous ces compléments alimentaires. MyProtein.com, d’autres ? Merci beaucoup.

    (1)
    Répondre
  • André Tremblay B.A., Phd  11 avril 2018 at 13 h 45 min

    Super intéressant, abonné.

    (1)
    Répondre
  • Simone  11 avril 2018 at 19 h 05 min

    Re-bonjour, En fait, je reprécise. Je suis atteinte de la DMLA et j’ai commandé toute la liste de compléments alimentaires. Le problème est de savoir si je dois les prendre en continu, à vie, ou si je dois faire des pauses. Et qu’entend-on par « prendre dans l’ordre » ? d
    Merci

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  11 avril 2018 at 20 h 49 min

      Oui dans le cas de la DMLA, la supplémentation est conseillée à vie. Quand je dis « dans l’ordre », cela signifie que les ingrédients listés en premiers sont plus importants que ceux listés en dernier. Mais ce sont des conseils pour la longévité en général. Dans le cas de problèmes de santé comme le vôtre, je mettrais évidemment lutéine et zéaxanthine en premier car l’important est de ne pas perdre la vue avant de vouloir vivre plus longtemps.

      (2)
      Répondre
      • Simone  12 avril 2018 at 9 h 06 min

        Merci beaucoup.

        (0)
        Répondre
  • Roger  11 avril 2018 at 21 h 07 min

    Pour ma part , j’ai toujours ete convaincu qu’il ne fallait pas depasser la dose obtenue naturellement par l’alimentation mais je ne savais pas pourquoi exactement…

    (1)
    Répondre
  • ibujo  31 juillet 2018 at 17 h 37 min

    je suis tout a fait d’accord de ne pas multiplier à l’extréme les compléments alimentaires afin de laisser à notre corps le soin de se défendre..
    par contre en vieillissant, les choses changent!
    j’ai 89 ans et n’ai aucune maladie grave, depuis + de 20 ans je me bats avec une DMLA,avec un certain succés , à l’annonce de la maladie ( j’ai perdu un oeil rapidement, il n’y avait aucun traitement valable)+ DMLA séche du 2ème oeil
    je me suis plongée dans les recherches avec les antioxydants,luteine,sélénium,zinc,zéaxantine oméga 3 (dha+)(préservision 3)
    j’ai augmenté la DHA de 250mg avec omegartic
    et depuis peu de l’astaxantine
    or jusqu’a l’an dernier aucune évolution de la DMLA sèche du 2ème oeil(22 ans), brusque évolution vers la forme humide
    j’ai eu 3 piqures et depuis + rien, j’ai récupéré 9/10
    je suis peut être surdosée en anti oxydants mais je pense cela est nécéssaire ,cela évite de manger des sardines tous les jours!
    j’ai voulu donner ce témoignage car aucun médecin ne donne ce protocole
    avec l’age , si on ne veux pas « survivre » il faut se battre et ce n’est pas toujours facile, il serait bon que vous orienteriez vos conseils dans ce sens, encore tout un programme!merci pour toutes ces études passionnantes, j’attends avec impatience l’ouverture de votre site

    (1)
    Répondre
    • Julien Venesson  31 juillet 2018 at 18 h 34 min

      Bonjour et merci pour votre témoignage mais vous êtes loin du surdosage pour plusieurs raisons :
      – les oméga-3 ne sont pas des antioxydants, il est difficile d’en avaler « trop »
      – les compléments alimentaires présents sur le marché contenant du la lutéine et de la zéaxanthine sont souvent faiblement dosés (car cela coûte cher aux fabricants qui ne veulent pas réduire leurs marges)

      (0)
      Répondre
  • Rom  4 avril 2018 at 8 h 32 min

    Bonjour Julien,
    au niveau de la supplémentation en vitamine C pour les sportifs, dans ton livre paléo nutrition tu recommandes 1000 mg par jour, faut-il revoir ce chiffre à la baisse ou pas ?

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  4 avril 2018 at 16 h 59 min

      Bonjour Rom, 1000 mg est la dose maximale que je recommande. Mais on a besoin de moins si on :
      1) mange pas mal de fruits et légumes frais
      2) prend d’autres antioxydants en suppléments

      (2)
      Répondre
      • bastien  9 avril 2018 at 15 h 45 min

        Merci pour cette article !

        Et pour compléter la question :
        Quel est le timing idéal pour prendre sa vitamine C? Car jusqu’à maintenant je prenais 1000 mg de vitamine C juste après mon entraînement de muscu.

        Merci !

        (0)
        Répondre
        • Julien Venesson  9 avril 2018 at 15 h 52 min

          Il n’y a pas d’étude sur le sujet à ma connaissance mais je pense que le moment n’a pas grande importance.

          (1)
          Répondre
          • mia84  28 août 2018 at 18 h 09 min

            N EST il pas mieux de fractionner la prise de vitamine c?

            (0)
  • Pierre  6 avril 2018 at 2 h 15 min

    Merci Julien pour cette belle synthèse 🙂

    (0)
    Répondre
  • Mickael Lemarchandel  11 avril 2018 at 10 h 31 min

    Bonjour je suis schizophrène et je cherche à améliorer mes symptômes négatifs.
    Quels compléments pourraient m’aider?
    Merci d’avance.

    (0)
    Répondre
  • Keram  11 avril 2018 at 10 h 57 min

    Pour la glycine, doit on du coup reduire notre apport? Etant sportif, je prends 10g par jour….

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  11 avril 2018 at 11 h 46 min

      Bonjour, non. J’ai écrit « au moins 2 gr par jour » car c’est à partir de 2 gr qu’on commence à voir des bénéfices de la glycine. mais la dose de 10 gr est bien plus adaptée. Comme expliqué dans mes précédents articles, c’est ce qui correspond environ à ce qu’on obtiendrait si on mangeait des produits animaux entiers. C’est là qu’on a le plus d’effet sur la synthèse endogène de glutathion, en particulier avec un peu de cystéine.

      (1)
      Répondre
      • Keram  11 avril 2018 at 13 h 22 min

        Merci pour votre explication

        (0)
        Répondre
  • Jose  11 avril 2018 at 12 h 30 min

    Merci pour ce très bon articlé
    Que penses tu Julien des polyphenols issus des pépins de raisin (procyanidines)et des olives (hydroxytyrosol),je lis de nombreuses publications scientifiques sur ces antioxydants et il me semble qu’il y a beaucoup de résultats intéressants
    Merci de ton retour

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  11 avril 2018 at 12 h 43 min

      Oui ce sont des polyphénols. Donc à doses physiologiques ils sont intéressants mais pas à doses supraphysiologiques.

      (1)
      Répondre
  • Diminik  11 avril 2018 at 15 h 03 min

    Que d’informations subjuguantes au sujet de ces fameux antioxydants !!! Et un grand merci.
    Du coup je me demandais si il était nocif de manger une trop grande quantité de légumes crus (comme c’est à mon plaisir), légumes très variés issus de petits producteurs ou Bio ? Je posais cette question eut égard au fait que l’organisme devant maintenir 37• pour la digestion, il pourrait s’en suivre une véritable déperdition des bénéfices.
    Bien cordialement.

    (0)
    Répondre
  • Bolton  12 avril 2018 at 11 h 54 min

    Bonjour Julien, et qu’en est-il du stress oxydatif des vapoteurs ? Aucune étude à ce sujet ?

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  12 avril 2018 at 12 h 02 min

      Si. Les études sur les humains indépendantes ne montrent pas d’effet oxydant particulier. Je ferais un article dessus à l’occasion, il y a beaucoup d’études payées par différents lobbys sur le sujet.

      (1)
      Répondre
      • Bolton  14 avril 2018 at 17 h 32 min

        Bonjour Julien et merci pour la réponse; si tu peux dans ton futur article nous éclairer sur la formation d’IMAO dans et par la combustion du tabac, on lit beaucoup de choses sur internet en ce moment sur ça (en pointant les additifs sucrés dans le tabac en particulier). Bon week-end

        (0)
        Répondre
  • chapelle Pierre-André  16 avril 2018 at 10 h 58 min

    Bonjour Monsieur,
    Mil Bravo pour vos articles. Puis-je vous soumettre mon cas particulier: j’ai eu 38 séances de radiothérapie (terminées en octobre 2017) pour cancer de la prostate. Hélas très mal supportées car Diarrhées (jusqu’à 8 selles par jour). Ces selles caractéristiques d’inflammation intestinale (avec souvent besoin impérieux) sont en amélioration, avec des « orages » de plus en plus rares. J’ai essayé par exemple la curcumine à haute dose (celle avec fénugrec). Mais je commence à désespérer! Auriez vous quelque conseil à me prodiguer? D’avance merci!
    PAC

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  16 avril 2018 at 14 h 48 min

      Bonjour, plusieurs études suggèrent que les compléments alimentaires de probiotiques sont recommandés pendant les séances de radiothérapie pour prévenir ces problèmes. Malheureusement une fois installés, il y a peu de littérature présentant des solutions. mais vous pouvez toujours essayer de prendre des probiotiques pour voir.

      (2)
      Répondre
    • Virginie  22 juin 2018 at 0 h 00 min

      Bonsoir Pierre-André,
      Je me permets de vous conseiller le Psyllium blond bio en téguments qui a été particulièrement efficace, me concernant, après un cancer du rectum.
      Pour ce qui est du dosage, j’en prends une cuillère à soupe mélangé dans 1/2 verre d’eau, suivi d’un grand verre d’eau avant le repas du soir. Vous pouvez commencer ainsi et augmenter la dose en en prenant également avant le déjeuner selon les résultats.
      On le trouve aisément en boutique Bio ou sur le net.

      (0)
      Répondre
  • yasmine  18 avril 2018 at 16 h 05 min

    bonjour,quelles vitamines ou antioxydants pourrais-je prendre pour eviter la lucite estivale?On m’a parlé de vitamine B mais lesquelles?Avez-vous des infos pour ce genre de désagrément.Merci

    (0)
    Répondre
  • Fred Shogun  22 avril 2018 at 13 h 29 min

    Bonjour Julien,

    Christophe Carrio recommande le NuPower de Nutriting, qu’en penses tu ?

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  22 avril 2018 at 14 h 55 min

      Oui c’est bien. Après il faut compléter avec la vitamine D, glycine et les autres ingrédients si on veut se faire un mélange complet.

      (0)
      Répondre
  • Maxime  23 avril 2018 at 0 h 35 min

    Bjr,

    « C’est le cas lorsque l’afflux de radicaux libres surpasse la capacité de nos enzymes antioxydantes : tabagisme, chimiothérapie anticancéreuse, etc. Dans ces cas-là, et dans ces cas seulement, la prise de compléments antioxydants à fortes doses reste bénéfique, car elle aide l’organisme à neutraliser les toxiques. »

    Est-ce que ce n’est pas aussi le cas à partir d’un certain âge ?

    Est-ce que la vitamine C est à mettre dans le même sac que les autres catégories d’antioxydant sachant qu’une mutation génétique est la cause de notre incapacité à la synthétisé, contrairement aux animaux ?

    Dans ce contexte que pensez de l’hyper puissante Pyrroloquinoléine quinone (https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyrroloquinol%C3%A9ine_quinone) ?

    Merci

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  23 avril 2018 at 13 h 06 min

      Bonjour, il y a un article sur mon blog qui explique l’historie de la vitamine C, notre mutation génétique qui nous rend dépendant et la juste dose à utiliser. Comme expliquer précédemment , ce n’a aps de sens de dire qu’un antioxydant est X fois meilleur qu’un autre car ce n’est valable que dans un type de test considéré. Dans une autre situation cela peut être totalement inversé. mais s’il est vraiment si puissant, il faut donc plutôt s’en méfier au lieu de se précipiter à en prendre.

      (0)
      Répondre
  • Victor  26 avril 2018 at 15 h 24 min

    Salut Julien,

    Pour être très très concret, tous les jours, je mange au petit déjeuner : 1 /2 avocat avec un filet d’huile d’olive et des herbes de Provence ; suivi d’un grand bol de fruits comprenant : une grosse pomme, 3 quartiers de mandarine, 1 tranche de mangue, une grosse poignée de graines de grenade ; parsemé d’une petite poignée de noisettes, d’amandes, de noix chacune, et 2 noix du brésil ; une poignée de noix de coco fraiche découpée en morceau, avec du lait d’amande, une poignée de flakes de sarrasin + de la cannelle.
    Et 2 tranches de pain de châtaigne, tartiné de purée de noisettes ou amandes.
    J’ajoute à cela des compléments : 2 comprimés de Nupower (au lieu des 4 recommandés) car j’ai peur justement que ça fasse trop de vitamines et de prise d’antioxydants, 2 capsules d’Omega 3, 3 gélules de levure de bière.

    A midi, c’est plutôt un grand saladier rempli de mélange de salades : Batavia, feuilles d’épinards, roquette, mâche, brocoli, une poignée de carottes râpées, 2 œufs durs, vinaigrettes.
    Ainsi qu’une barquette de 165g d’un mélange de lentilles vertes et corails.

    Le soir c’est généralement plutôt un grand plat de riz avec des légumes (poivrons, carottes, courgettes ou des légumineuses (pois chiches, petits pois, etc.), avec ou une portion d’escalope de poulet ou de poisson.

    Ma question, avec tout ça, est-ce que je dois m’inquiéter pour ma santé ?
    Mon alimentation n’est-il pas trop chargé en antioxydant, si oui, que faut-il que je rectifie ?

    Pour info, en juin dernier je me suis fait faire un bilan de stress oxydant.
    Concernant la vitamine C, j’étais apparemment dans le rouge avec un résultat à 73 µM, valeur au-dessus des normes qui sont comprises entre 15 et 62 µM.
    Le rapport dit : les concentrations plasmatiques en vitamine C sont élevées, probablement par rapport à l’alimentation, mais satisfaisantes dans le contexte du bilan.
    Par ailleurs, mon rapport en vitamine C/vitamine E était très élevé : 3.2 µM/ µM
    Mais avec une valeur plutôt normal en vitamine E mais qui tire plutôt vers le bas pour la vitamine E : 22.8 µM
    Le rapport disait me supplémenter en vitamine E, pour absolument rééquilibrer le rapport vitamines C/E
    Ce qui est curieux, c’est que le matin j’ingurgite beaucoup d’oléagineux mais j’ai apparemment quand même un déficit en vitamine E.

    Donc ce bilan confirmerai bien que je mange peut-être trop chargé en antioxydant ?

    Merci encore pour toutes tes publications si utiles et très instructives.

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  27 avril 2018 at 8 h 43 min

      Bonjour, comme expliqué dans l’article l’alimentation ne peut pas être « trop » antioxydante.Pour le NuPower et la levure de bière cela fait un peu double emploi.

      (0)
      Répondre
  • Victor  26 avril 2018 at 15 h 41 min

    Autre question qui n’a rien avoir.
    Je suis inscrit à ton journal Alternatif Bien Etre, que je recevais par mail, mais dont je n’ai plus accès du tout.
    En effet, depuis le mois d’octobre je n’arrive plus, par aucun moyen à accéder à mon compte mail YAHOO.
    Je me suis fait peut-être pirater.
    Le drame c’est que je suis inscrit et paye ton journal, ainsi que d’autres… pour rien!
    Jusqu’à présent, J’ai essayé tout ce qui était possible de faire pour récupérer mon compte, mais rien n’y fait.
    Je suis donc dépité ET désemparé de savoir que je continue de recevoir et payer ton journal sans pouvoir y accéder.
    Donc, quelles est la démarche et à qui dois-je m’adresser pour récupérer l’abonnement de ton journal, afin, éventuellement, de transférer la réception sur un nouveau compte mail.

    Merci Julien

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  27 avril 2018 at 8 h 44 min

      Bonjour, j’ai définitivement quitté SNI Editions et la rédaction en chef d’Alternatif Bien-Être au mois de mars de cette année. Le contenu du magazine n’est donc plus fixé par ma ligne éditoriale. En cas de problème avec votre abonnement il faut contacter le service client de SNI Editions.

      (0)
      Répondre
      • Victor  27 avril 2018 at 15 h 12 min

        Houlà, mais mille fois houlà… qu’est-ce que tu me racontes là!

        Ça veut dire que tu ne proposes plus de journaux dédiés à tes propres recherches et infos en nutrition et santé?
        Si je m’étais abonné, à l’origine, s’était justement pour ton excellent travail et tes conseils pertinents, que j’aimais retrouver, si utilement, et si régulièrement dans Alternatif Bien Etre.
        Sur le site de Santé Nature Innovation, dans la page abonnement d’Alternatif Bien Etre, il y a toujours la présentation du journal associé à ton nom et avec ta photo?
        Ca induit en erreur!
        Du coup, si tu as tout quitté, comment avoir tes conseils santé et nutrition, aussi régulièrement et précis, comme dans Alternatif Bien Etre?
        C’était génial un journal qui rassemblait TES propres conseils santé et nutrition…

        Sinon, un avis, s’il te plait, sur mon message précédent au niveau de mon alimentation, mon bilan oxydant que je t’ai décrit, et le rapport au sujet de l’excès des antioxydants?

        Merci infiniment

        (0)
        Répondre
        • Julien Venesson  27 avril 2018 at 20 h 14 min

          Alors pour ta question sur les antioxydants, il faut savoir que les bilans antioxydants de ce type sont rarement fiables. Pour l’alimentation elle me semble très bonne.

          Pour Alternatif Bien-Être, il n’y a plus d’endroit où je donne mes conseils pour l’instant mais je prépare différentes choses 🙂 J’en parlerais sur ce site, ma page Facebook et Twitter, ma newsletter, etc.

          (0)
          Répondre
          • Victor  30 avril 2018 at 15 h 48 min

            Ok merci Julien.

            Je reste connecté pour suivre avec grands intérêts tes futurs projets.

            (0)
    • Julien Venesson  2 mai 2018 at 17 h 11 min

      Bonjour Blue, ce sont le genre de produits que je déconseille. les problèmes sont notamment les suivants : trop de vitamine E et uniquement sous forme d’alpha-tocophérol (vide nos réserves des autres formes de vitamine E), des dosages de vitamines B trop élevés, de la vitamine B9 synthétique (suspectée d’augmenter le risque de certains cancers), du calcium (associé à une augmentation du risque de calcifications vasculaires et divers problèmes), du magnésium et du zinc sous forme d’oxyde, très mal absorbé, du cuivre et du manganèse, deux oxydants, des doses placebo de nombreux ingrédients : PABA, acide alpha-lipoïque, lutéine, lycopène, choline, silice, etc.

      (2)
      Répondre
  • Elisabeth Boullot  17 mai 2018 at 15 h 26 min

    Bonjour,
    Les toxicologues disent que les compléments qu’en présence de métaux lourds deviennent pro-oxydants.
    Or nous sommes tous plus ou moins – et plutot plus que moins intoxiqués aux métaux lourds grâce aux amalgames dentaires pour le mercure, aux vaccins médicaments and co pour l’aluminium, aux légumes verts pour l’aluminium et le thallium, etc – aussi qu’en pensez-vous ?
    Pour info j’ai essayé tous les compléments que vous listiez dans votre livre Sortir de la SEP écrit sur la base du cas d’Emilie sans voir aucune amélioration ni inversement du processus en cours.
    Cordialement

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  17 mai 2018 at 19 h 45 min

      Bonjour, aucun complément alimentaire de mon livre sur la SEP ne peut faire guérir la maladie évidemment. Mais les quelques compléments utilisés ont démontré leur efficacité dans plusieurs études scientifiques pour ralentir la fréquence des poussées et diminuer la fatigue. Mais le plus important reste tous els autres conseils du livre, au niveau de l’alimentation et du mode de vie.

      (0)
      Répondre
      • Elisabeth Boullot  25 mai 2018 at 11 h 19 min

        Oui je me doute d’ailleurs je respecte tous les points de votre livre : sommeil, soleil, stress et tabac. Il n’y a que le sel que je continue à consommer sous sa forme brut (sel de guérande) car il ne contient pas que du chlorure de sodium et est nécessaire aux personnes déminéralisées comme moi. Sachant que j’ai une grande consommation de légumes le potassium est au rendez vous dans mon assiette en face de ce sel brut. Il reste que comme le régime Seignalet, les conseils que vous prodiguez et qui sont très justes ne suffisent pas dans mon cas ie en version progressive de la SEP après 22 ans passés en mode poussée. Je crois que dans les nombreux livres que j’ai pu lire sur la SEP l’impact de l’intoxication aux métaux lourds n’est pas suffisant considéré ni celui de la déminéralisation inévitable dans ce monde où il faudrait 50 pommes pour avoir la même quantité de vitamine C ou 26 pêches pour la même quantité de provitamine A qu’avant l’agriculture industrielle d’après guerre.
        Je n’ai pas eu votre avis sur le caractère pro-oxydant des compléments alimentaires dans le cas de l’intoxication aux métaux lourds.

        (0)
        Répondre
        • Julien Venesson  25 mai 2018 at 16 h 57 min

          Bonjour Elisabeth, de tous les conseils alimentaires du livre, le plus important est malheureusement celui du sel si on s’en tient aux données scientifiques disponibles. Et cela n’a rien à voir avec votre consommation parallèle de potassium, il ne faut pas confondre avec les maladies cardiovasculaires. Concernant les métaux lourds, il ne rendent pas les compléments alimentaires nocifs.

          (0)
          Répondre
          • Elisabeth Boullot  25 juin 2018 at 11 h 44 min

            Bonjour Julien,
            Voudriez vous m’indiquer les références de ces études qui condamnent le sel même brut non transformé (et que n’éliminait pas le docteur Seignalet). Par avance merci

            (0)
  • john  2 juin 2018 at 13 h 44 min

    quelle est la dose optimale de vitamines et minéraux dont a besoin un culturiste qui s’entraine 5 fois par semaines en moyenne ?

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  2 juin 2018 at 15 h 35 min

      Cela dépend fortement de votre alimentation. Une bonne base reste les compléments alimentaires et les doses de ms livres pour sportifs (« Nutrition de la Force » et « Paléo Nutrition »).

      (0)
      Répondre
  • Jordan  19 juin 2018 at 11 h 41 min

    Bonjour Julien,

    Actuellement il n’y pas de moyens fiables d’estimé ses besoins en anti-oxydant surtout en cas de maladie non ?
    Puisque pour ça il faudrait connaitre la dose de stress infligé a l’organisme (qui est différente pour tous) pour pouvoir la contrecarrer mais pas trop non plus pour que l’organisme puisse en gérer une partie et se renforcer

    Dans l’article vous écrivez il est considéré comme fortes doses quelque chose de supérieur a 1000mg de vitamine C par exemple

    J’ai le syndrome de l’intestin irritable / colopathie fonctionnelle avec du stress ce qui en accentue les effets et en général je prends du multivitamine, vitamine C 1000mg, vitamine D, theracurmin pour ce qui est des anti-oxydants en compléments

    Du coup existe-t-il des effets secondaire visible sur le court pour savoir si on manque ou si on a en excès des anti-oxydants ?

    Je me doute que non mais je pose la question sais-t-on jamais 🙂

    Merci pour votre travail

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  19 juin 2018 at 11 h 43 min

      Bonjour Jordan, à court terme c’est effectivement difficile à « ressentir ». Les études montrent que chez les sportifs trop d’antioxydants va ralentir ou stopper la progression; cela peut être un indice. Mais je ne connais pas trop d’autres éléments subjectifs visibles facilement à court terme. Si j’en découvre je les communiquerais.

      (1)
      Répondre
      • Jordan  21 juin 2018 at 14 h 44 min

        Merci pour cette réponse, effectivement je pensais à ça aussi mais difficile à mettre en place et à estimer je pense sans analyse.

        Concernant les bio-pesticide dont vous parlez, pensez vous qu’il pourrait être utile en compléments alimentaire en créant des petits cocktails pour simuler les effets de stress des fruits et légumes et stimuler les réponses anti-oxydante naturel sans a avoir a en manger de grandes quantité ?

        Après je ne sais pas si il sont facile à produire ou à synthétiser surtout en bio.

        (0)
        Répondre
        • Julien Venesson  21 juin 2018 at 14 h 45 min

          Oui bien sûr, c’est ce qu’il y a écrit à la fin de l’article 🙂

          (0)
          Répondre
          • Jordan  21 juin 2018 at 15 h 16 min

            Je pensais plutôt à des compléments type multivitamines enfaîte en gélule ou autre formes, si c’était réalisable ou alors si c’était trop compliqué à créé / trop coûteux , ce qui je pense est le cas
            Je sais que rien de vaut les fruits et légumes entier mais pour les gens qui ont du mal à manger trop de fibres ou qui sont souvent en déplacements ect ..

            (0)
  • Olivier  27 juin 2018 at 15 h 18 min

    Comment conserver les compléments alimentaires en général ?
    Je pensais m’offrir, une cave à vin ou à chocolat, avec un limiteur ou un contrôle réglable de l’hydrométrie, et les conserver entre 8 et 11°
    car l’été se précise, en région parisienne, et je considérais avec tristesse, les habituels 30 compléments alimentaires (250 à 300€ par mois) qui doivent commencer à souffrir avec 26° et 71% d’humidité, fenêtre ouverte en région parisienne, la cave à chocolat qui descend à 8° (avec un limiteur d’humidité à 70%) me tente assez, en virant les étagères, c’est petit, juste la bonne taille ^^

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  27 juin 2018 at 15 h 40 min

      Bonjour Olivier,
      Tout dépend du complément considérer. Mais je conseillerais de mettre au frigo tout produit sous forme huileuse (vitamine D3, oméga-3). Pour le reste ce n’est à priori pas nécessaire, sauf si vous prenez des choses auxquelles je ne pense pas en écrivant mon message. Pour finir je pense que vous ferez de sacrés économies avec les produits que j’ai développés pour UNAE (hhttps://www.unae.fr)

      (0)
      Répondre
  • Camille  2 août 2018 at 10 h 36 min

    Bonjour Julien,

    Mon médecin (phytothérapeute) m’a prescrit plusieurs antioxydants car j’ai subis 4 grosses chirurgies digestives cette année (dans le cadre d’une RCH)

    Malheureusement en lisant ton article je me rends compte qu’ils ne sont pas parfaits, mais peux-tu me dire ce que tu en penses stp ? (un peu utile, inutile, néfaste…)

    – Oxidyn
    https://www.bionutrics.fr/produits/antioxydants-anti-glycation/oxidyn-detail
    – Vitadil (celui la me parait carrément néfaste vu que je l’ajoute à l’oxidyn ??)
    http://www.iderne.com/vitadil.html

    Il me fait aussi prendre des huiles essentielles et du cassis bourgeon. Il y a aussi un risque avec ce type de produit ?

    Je me demandais aussi si tu « suis » des personnes qui ont des problèmes de santé ? (j’ai cru comprendre que tu faisais des suivis pour les sportifs…)

    Merci en tout cas pour tout ton travail !

    (0)
    Répondre
    • Julien Venesson  2 août 2018 at 10 h 46 min

      Bonjour, non je ne fais pas de suivi désolé.
      Concernant les deux produits, ils ne sont pas compatibles pris simultanément; cela amène à ingérer des doses trop importanets de zinc ou de vitamine E. Après je trouve les produits chers avec pas mal d’additifs chimiques.

      (0)
      Répondre
      • Camille  2 août 2018 at 12 h 34 min

        OK, merci. Dommage car j’avais déjà tout acheté 🙂 je pensais prendre uniquement l’oxidyn, mais le nupower est de meilleur qualité ? moins chimique ?

        Et concernant les huiles essentielles (antioxydantes également d’après mon médecin), ça risque de faire un surdosage d’en prendre en + ou ça fonctionne plutôt comme l’alimentation ?

        (0)
        Répondre
        • Julien Venesson  2 août 2018 at 17 h 57 min

          Les huiles essentielles ne posent pas les mêmes problèmes.

          (0)
          Répondre
  • laetitia  15 août 2018 at 11 h 59 min

    Bonjour et merci pour tous vos articles. Dans le cadre de l’endométriose invalidante de ma fille aînée et du TDAH de ma plus jeune fille de 7 ans qui est par ailleurs HQI, que pensez-vous de la micro algue Klamath associée à Equazen eye Q par exemple dont le ratio EPA et DHA est particulier ? faut-il ajouter également du krill par exemple ? actuellement, nous venons de commencer ergyonagre et lactibiane Tolérance mais je suis perdue… je viens de voir votre protocole qui me promet encore des heures de recherche … cela fait des années que nous luttons sans aide des médecins … un conseil de votre part serait bienvenu. Merci d’avance

    (0)
    Répondre
    • laetitia  15 août 2018 at 23 h 01 min

      Je précise que l’aînée prend du curcuma en extrait + de la vit D3 + ergyonagre + lactibiane Tolérnce , ses symptomes associés à l’endométriose sont d’ordre digestifs et elle a déjà été opérée.. elle a été toute l’année déscolarisée et seul le Tramadol la soulageait, elle n’a pas droit aux ains. La plus jeune est supplementée en magnésium et b6 depuis plusieurs mois et onagre qu’on vient de commencer, le plus gros souci avec elle c’est l’attention et le soir elle ne s’endort pas avant 23h, c’est épuisant…

      (0)
      Répondre
  • Pierre  2 octobre 2018 at 19 h 51 min

    Bonjour Julien,

    une prise quotidienne de 500mg de vitamine C (incluant 500mg de citrus bioflavonioid , 50mg de rutin et 50 mg de Rose hips) ainsi que 22mg de Zinc picolinate) représente-t’il une trop grande dose d’antioxydants? Merci Cdt

    (0)
    Répondre
  • Marina  11 avril 2018 at 13 h 06 min

    Que faut-il penser des suppléments de curcumine avec phospholipides? Est-il utile d’en prendre pour les articulations? Si oui à quelle dose.

    Merci pour votre travail fort apprécié.

    (-1)
    Répondre
  • luc  11 avril 2018 at 17 h 36 min

    Symboles des unités…
    Attention faute très courante : vouloir mettre les symboles au pluriel est une erreur, car ils sont INVARIABLES !
    Ainsi, une masse de 2 grammes, s’écrit « 2g » et non « 2gr » qui est le symbole du Grade, unité d’angle.
    Incohérence : pourquoi « 2gr et 1 000 mg » et pas « 2gr et 1 000 mgr » dans le texte ?
    C’est agaçant d’apprendre des choses à l’école et de voir cette faute aussi fréquente un peu partout; faute à laquelle des gens, pourtant cultivés, succombent fréquemment !
    Merci pour la qualité du site.
    Julien, j’ai du respect pour votre travail.
    PS : « une fote d’orthografe n’est d’aucune graviter, sauf, qu’an attiran l’atention elle perturbent la lectures »…

    (-4)
    Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.