L’acide d-aspartique n’augmente ni la testostérone ni la masse musculaire

L’acide d-aspartique est un complément alimentaire relativement nouveau sur le marché Français. Il est vendu dans le but d’augmenter naturellement notre taux de testostérone et donc successivement notre libido, nos gains de masse musculaire et de force.

Pour vendre ce produit les vendeurs s’appuient sur des études menées sur les rats et sur une étude menée sur l’homme (The role and molecular mechanism of D-aspartic acid in the release and synthesis of LH and testosterone in humans and rats) dans laquelle 3 grammes d’acide d-aspartique a augmenté le taux de testostérone modestement (passage de 4.5 à 6.4 ng/mL) mais patatra, une nouvelle étude vient de montrer que l’acide d-aspartique n’augmente pas le taux de testostérone, n’augmente pas la force et n’augmente pas la masse musculaire.

 Effet d’une supplémentation en acide d-aspartique sur des hommes en bonne santé

Dans cette nouvelle étude, des chercheurs américains ont donné 3 gr d’acide d-aspartique par jour ou un placebo à un groupe d’hommes en bonne santé. Ils ont tous suivi un programme d’entrainement en musculation pendant 28 jours avec 4 entrainements par semaine. Les chercheurs ont mesuré leur composition corporelle, leur force et leurs taux hormonaux avant et après l’expérience.

Résultat : la supplémentation en acide d-aspartique n’a eu aucun effet sur le taux de testostérone, aucun effet sur la force et n’a pas permis de gagner plus de masse musculaire comparativement au groupe ayant reçu le placebo.

Pourquoi ces résultats contradictoires ?

Dans les deux études les deux équipes de chercheurs semblent indépendantes et n’ont pas de conflit d’intérêt avec des sociétés vendeuses de compléments alimentaires, sauf si leur déclaration d’intérêt est fausse (ce qui serait étonnant).

En revanche ce qui est frappant dans la première étude (celle utilisée par les vendeurs) c’est que les participants ont été recrutés pour participer à cette étude dans une clinique pour la fertilisation in vitro. L’étude ne donne pas plus d’informations mais cela suggère que ces hommes avaient des problèmes de fertilité. De plus, les taux de testostérone avant la supplémentation de ces hommes étaient anormalement bas pour des adultes de 27 à 37 ans : avec un taux moyen de 4.6 ng/mL, ils auraient déjà dû avoir naturellement un taux situé autour de 6 ng/mL !

Il est donc probable que l’acide d-aspartique fonctionne chez des hommes malades, ayant un hypogonadisme secondaire ou ayant des problèmes de fertilité mais pas chez des hommes en bonne santé.

Est-il utile et efficace d’utiliser des compléments alimentaires boosters de testostérone ?

Ce n’est plus un secret : la testostérone est une hormone anabolisante puissante, prisée dans le milieu du bodybuilding. Mais est-il utile et efficace de prendre un booster de testostérone contenant des ingrédients naturels comme de l’acide d-aspartique ?

Il faut bien comprendre que les doses possiblement atteintes avec ces compléments sont très faibles : un passage de 4.5 à 5.5 ng/mL de testostérone n’offre presque aucun gain en terme de masse musculaire, de force ou de récupération. L’utilisation de stéroïdes anabolisants dérivés de la testostérone comme dans le cadre du dopage permet d’obtenir des taux de testostérone dépassant les 2500 à 3000 ng/mL ! C’est presque 1000 fois plus. A ce stade l’activation des récepteurs aux androgènes génèrent des changements très profonds dans l’expression des gènes au niveau des muscles squelettiques. Ces changements sont si importants qu’une partie d’entre eux sont irréversibles, ce qui explique de telles différences visuelles. En définitive : je pense que vous perdez votre temps et votre argent avec ces compléments.

En revanche il existe des moyens simples pour conserver un taux de testostérone élevé naturellement, ce qui est bénéfique pour la performance, l’aspect physique et la santé. A retrouver dans mon article Conservez naturellement un taux de testostérone élevé.

Pour aller plus loin, sur l’alimentation hormonale :

paleo2

Référence : Darryn S. Willoughby, Brian Leutholtz. d-Aspartic acid supplementation combined with 28 days of heavy resistance training has no effect on body composition, muscle strength, and serum hormones associated with the hypothalamo-pituitary-gonadal axis in resistance-trained men. Nutrition Research, Available online 15 August 2013, ISSN 0271-5317.

You may also like

26 Response Comments

  • Nico  24 novembre 2013 at 11 h 59 min

    Oui beaucoup de marketing c’est certain, mais je trouve aussi que des études ayant liant à la musculation réduisent souvent cette discipline à 4 séries de legs extension, 1 jogging et 2 développés couché… et n’utilisent pas forcément des gens impliqués dans la pratique. Les études tirent des conclusions que l’on sacralise souvent alors que le gain de masse musculaire nécessite plus que cela. Bien sur je schématise mais l’objectivité et le réalisme de pas mal d’études peut être aussi sujettes à discussion au même titre que le marketing de certains produits. A chacun de tirer ses propres conclusions avec le recul nécessaire.

    (6)
    Répondre
    • Julien V.  24 novembre 2013 at 12 h 04 min

      C’est sûr que 4 semaines c’est un peu court pour l’hypertrophie mais ce n’est pas trop court pour voir les effets sur le taux de testostérone et ces effets sont soit COMPLÈTEMENT NÉGATIFS comme le pensent les chercheurs, soit légèrement positifs sur un sous groupe comme je le pense.

      (0)
      Répondre
  • julien lescirre  16 août 2015 at 13 h 07 min

    Je prends de l acide aspartique depuis 4 mois ,c est au bout de 3 mois que je vois enormement les resultats.
    Alors en 1 mois les chercheurs verront que le tr.. bal du rats!!!!

    (3)
    Répondre
  • castro  3 novembre 2017 at 11 h 10 min

    Mouais trop d’études trop de contre étude.
    La testostérone naturel produits dans la corps est un véritable bienfait pour l’homme.
    Aventurier, courage, sociabilité, muscle et libido.
    On essaye de castré l’homme pour qu’il devient docile manipulable et non conquérants.
    Sinon les hommes de basse ou moyenne société auront la force de être en concurrence avec les homme de haute….
    Donc plus de concurrence plus leader et moins d’esclaves….
    On veut des esclaves pas des leader monopole du leader veut se sécurisé en baissant la testostérone naturel de l’homme. Eau oestrogènique, alimentation castage féminisation de l’homme.
    Quand il y a un truk qui augmente la testostérone naturellement ça craint parce que de nature l’homme se sent heureux avec la testostérone élevé dans leur corps il accompli beaucoup de chose.

    (2)
    Répondre
  • Grenouille  26 mars 2014 at 18 h 56 min

    Que pensez-vous des effets de l’acide l-aspartique sur la testostérone?

    (0)
    Répondre
  • guilmet  17 septembre 2013 at 21 h 15 min

    Que pensez-vous des xenoandrgenes de méga gear? Et en stéroïde Anàvar est il vraiment dangereux?

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  17 septembre 2013 at 21 h 20 min

      Les xenoandrogènes sont des arnaques. L’anavar est toxique, comme tous les stéroïdes anabolisants. Après, c’est une question de dose et de sensibilité.

      (0)
      Répondre
  • guilmet  18 septembre 2013 at 14 h 54 min

    Merci de votre réponse rapide…. Cependant pour les xeno l’ étude parait sérieuse sur leurs effets anabolisants…. Mais sur le long terme on connait mieux les stéroïdes… Je pense essayer parfois anavar quand même à petites doses et court terme. Mais merci des infos

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  18 septembre 2013 at 15 h 52 min

      Les deux solutions proposées ne présentent aucun intérêt.

      (0)
      Répondre
  • ayolia  28 octobre 2013 at 18 h 24 min

    Bonjour et merci encore pour vos excellents articles.

    J’ai bien compris à la lecture de votre article que la supplémentation en acide d aspartique est sans intérêt pour des hommes présentant un taux « normal » en revanche vous semblez indiquer qu’au terme d’une étude, elle peut générer une augmentation de ce taux chez les hommes en présentant un anormalement bas.

    Etant dans ce cas suite à une maladie (3,5 ng/ml pour un homme de 23 ans), pensez vous que ce supplément pourrait s’avérer utile pour remonter mon taux de testostérone car bien qu’ayant une bonne hygiène de vie tant sur le plan physique qu’alimentaire (grâce à vos ouvrages) mon taux peine à remonter.

    En vous remerciant par avance de votre réponse,
    bien à vous.

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  28 octobre 2013 at 19 h 09 min

      Oui je pense que ça vaut le coup d’essayer.

      (0)
      Répondre
  • Cyril  19 novembre 2013 at 0 h 50 min

    Bonjour,

    J’ai 23 ans une bonne hygiène de vie et une pratique de la musculation intense à raison de 4 fois par semaine.
    J’ai un taux de testostérone de 4.37 μg/l.
    Mon taux est donc anormalement faible à mon age ?
    Je pense essayer dans les prochains mois ce complément en attendant un éventuel RDV chez un endocrinologue.

    Merci

    (0)
    Répondre
  • Nico  22 novembre 2013 at 13 h 28 min

    Bonjour Julien,
    Votre article est intéressant. Cependant, votre étude en référence qui comme beaucoup d’études, est interprétée bien comme on le veut. Vous avez aussi d’une certaine façon, interprété l’étude utilisée par les fabricants de compléments alimentaires en supposant que les personnes testées étaient déficientes en testostérone.
    On pourrait aussi se poser les questions pour l’étude nouvelle citée de savoir quel est le niveau des pratiquants en musculation, combien étaient-ils ? L’intensité de leurs entraînements, leur investissement, leur alimentation, leur soi-disant bonne santé… etc. Ce sont des inconnues qui ont une grande importance. Si vous faites travailler les jambes avec des legs extensions ou des squats ça n’aura pas le même impact sur le gain musculaire aussi, idem pour l’alimentation qu’on ignore aussi. En 28 jours que voulez-vous constater ? C’est trop peu, c’est même surprenant de tirer des conclusions pareilles avec 4 pauvres semaines entraînements quand on connait la bataille qu’il faut mener sans relâche pour quelques grammes de muscles supplémentaires. Pour prendre du muscle, ce n’est certainement pas un supplément légal qui va procurer les mêmes résultats qu’un apport exogène de testostérone ou autres stéroïdes anabolisants comme cités dans l’article. L’acide aspartique est un petit plus et si vous reconnaissez qu’il a amélioré le taux de testostérone chez des personnes déficientes en celle-ci c’est qu’il a un effet malgré tout. Les personnes expérimentées qui s’entraînent depuis longtemps avec beaucoup d’intensité ont souvent des taux de testostérone bas d’où la possibilité d’entrevoir une utilité à la supplémentation en acide d-aspartique. Je pense qu’il ne faut pas sacraliser une étude parmi les tonnes d’études que l’on peut lire dans PubMed mais en tirez des pistes de réflexions.
    Cdt,

    (2)
    Répondre
    • Julien V.  22 novembre 2013 at 14 h 14 min

      De nombreux athlètes de force manquent de testostérone avec le temps et les études montrent que c’est lié à un déficit en zinc dont les besoins sont augmentés chez le sportif de force. La solution est donc de prendre du zinc pour combler le défi cit et non pas de prendre de l’acide d-aspartique ! C’est la différence entre mon approche préventive en soignant la cause et votre approche de soigner le symptôme sans rien résoudre.
      Concernant le taux de testostérone normal il existe des études qui ont stratifié la moyenne en fonction de l’âge et c’est sur ces études que je m’appuie pour dire que leur taux était sous-normal, je ne sors rien de mon chapeau.

      (-2)
      Répondre
  • Nico  24 novembre 2013 at 11 h 09 min

    « C’est la différence entre mon approche préventive en soignant la cause et votre approche de soigner le symptôme sans rien résoudre »… Mais il n’y a pas d’approche particulière à relever dans ma réponse, la prévention est évidemment la meilleure approche.
    Je ne fais que souligner l’importance que vous avez donné à une étude qui pourrait malgré tout être sujette à discussion.
    Que voulez-vous prouver en 4 semaines d’entrainement ? Que sait-on de la stratégie mise en place en terme de nutrition et d’entrainement ? Dans votre titre vous dites que « L’acide d-aspartique n’augmente ni la testostérone ni la masse musculaire », mais vous reconnaissez qu’elle fonctionnerait sur les gens souffrant d’hypogonadisme ce qui prouve un effet même léger soit-il sur la testostérone.
    Je pense que ce n’est qu’une piste d’étude qu’il serait intéressant de savoir le protocole mis en place pour les sportifs (si il s’agit bien sûr de sportif…) pour arriver à ces résultats, tout en se disant bien que 4 semaines est une durée trop courte pour augmenter sa masse musculaire naturellement.

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  24 novembre 2013 at 11 h 22 min

      Ce qui est important c’est de savoir que tous ces produits sont avant tout du marketing. Les chercheurs eux-mêmes ont conclu que l’acide d-aspartique n’était pas efficace, alors c’est normal que mon article ait le même titre puisque c’est tout de même l’aspect le plus important qui concerne la majorité des gens. Ensuite je tiens à vous faire savoir que j’ai l’étude au complet.

      Par ailleurs, d’autres études ont déjà montré que de petites augmentations du taux de testostérone n’ont pas d’effet significatif sur les gains de masse ou de force.

      (0)
      Répondre
  • La Testosterone musculation  21 janvier 2014 at 21 h 56 min

    Il est impératif d’avoir un repos suffisant pour que la production de testostérone ne soit pas entravée. Le manque de sommeil ou le surentraînement – qui survient lorsqu’on laisse trop peu de temps au corps pour récupérer d’une sollicitation musculaire intense – vont fortement réduire le niveau de testostérone.

    (0)
    Répondre
  • Siril  4 février 2014 at 14 h 11 min

    Bonjour,

    Y a t’il un lien entre l’acide aspartique D et l’aspartame que l’on sait nocif ?

    En vous remerciant

    (0)
    Répondre
  • Grenouille  26 mars 2014 at 14 h 49 min

    Bonjour,

    Savez vous s’ il existe une différence entre l’acide d-aspartique et l’acide l-aspartique?

    (0)
    Répondre
    • Julien V.  26 mars 2014 at 14 h 58 min

      Oui, ce sont deux stéréoisomères qui n’ont donc pas les mêmes propriétés.

      (0)
      Répondre
  • greg  25 août 2015 at 11 h 08 min

    bonjour , cet article est intéressant , mais pour avoir une véritable approche sur le sujet des 2 études , ils faut voir le tout dans son ensemble ( l’age des sujets , l’origine des sujets , le physique des sujets etc…. ) je prend un exemple : un produit sur une personne de 40 ans de 70 kg qui a des problèmes de testostérone lié a son age , et une personne de 20 ans en pleine possession de ces moyens qui fait 90 kg , le produit aura un impact différent , s’il fonctionne pour la personne de 40 ans c’est déjà une très bonne chose a 20 ans par-contre je ne vois pas l’utilité !

    (0)
    Répondre
  • batisse  27 mars 2016 at 14 h 17 min

    j’ai fait une prise de sang de ma testostérone biodisponible elle est de 0.81ng/ml ou 2.8nmol/l
    est ce normale ?

    (0)
    Répondre
  • yvan  17 février 2017 at 4 h 28 min

    Selon une étude… d’après telle étude .. non seulement j’attire l’attention sur le fait qu’il faut citer les sources et les études mais qu’il faut les lires entierement et surtout savoir les lires et surtout comprendre…

    Les études serieuses se paient et impliquent de citer les auteurs tel que décrit dans le préambule de « l’étude »

    Je pense que l’approche de Julien est plus raisonnable, elle est raisonnée et part d’une intention sérieuse.

    Je pratique depuis fe nombreuses années plusieurs sport et la musculation en fait partie.

    La recherche passant par plusieurs types de chimies remplissent mes journées professionnelles aussi je me permets d’émettre cet avis.

    Pour conclure…je dirais que si les pratiquants savaient ce qu’ils mangent et prennent en compléments nous pourrions constater enfin une évolution dans certains sports..

    (0)
    Répondre

Leave A Comment

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.