facebook insta twitter

Comment conserver naturellement un taux de testostérone élevé ?

homme musclé montrant ses abdominaux

Les sportifs qui n’utilisent pas de produits dopants comme la testostérone synthétique me demandent fréquemment comment avoir un bon taux de testostérone naturellement. Voici quelques conseils simples.

L’impact des hormones sur le physique

Mais pourquoi vouloir à tout prix un taux de testostérone élevé me direz-vous? Eh bien parce qu’on sait depuis longtemps qu’il y a un lien fort entre certaines caractéristiques physiques et les hormones sexuelles. Encore récemment, les chercheurs de l’école de santé publique de Harvard ont montré que:

L’estradiol E2 est une hormone féminisante qu’on retrouve beaucoup chez la femme et en petite quantité chez l’homme. C’est une hormone bénéfique pour la santé en général quand elle est présente en petite quantité. Elle se forme après qu’une enzyme de notre organisme, l’aromatase, ait converti la testostérone en estradiol E2. L’aromatase siège préférentiellement dans les graisses corporelles.

Une association difficile à cerner

A priori vous devriez être entrain de penser “Génial! Il faut vraiment que je me débrouille pour avoir un taux de testostérone élevé!”. Oui mais voilà : les chercheurs ont aussi montré que ce ne sont pas les hormones qui influencent le plus le physique… c’est le physique qui influence le plus les hormones!

Pourquoi? Parce que notre niveau d’estradiol dépend avant tout de l’activité de l’aromatase. Et comme l’aromatase siège dans les graisses : plus on est gras plus on a d’aromatase et donc plus on a d’estradiol! Et pour comprendre le lien avec la testostérone, je vais devoir faire un petit rappel. Vous vous souvenez de vos cours de biologie au lycée? La reproduction? Oui, ce fameux cours qui vous faisait pouffer de rire avec vos amis! On vous y avait expliqué que la production de testostérone dans l’organisme est soumise à un rétrocontrôle : les testicules produisent de la testostérone => celle-ci circule dans le sang => le cerveau détecte la teneur dans le sang => si la teneur est trop faible il envoie un signal aux testicules pour produire plus et inversement => la boucle est bouclée. Voici en gros le genre de schémas que vous deviez avoir :

schéma du rétrocontrôle de la testostérone par le cerveau
(Image fournie par le CHU de Bordeaux, laboratoire neurogénétique et stress, unité de recherche Inra-UMR1243)

(Image fournie par le CHU de Bordeaux, laboratoire neurogénétique et stress, unité de recherche Inra-UMR1243)

Malheureusement ce schéma est partiellement faux. En effet, ce n’est pas la testostérone qui est responsable majoritairement du rétrocontrôle mais l’estradiol. Si l’estradiol circulant est élevé alors le cerveau pense qu’il y a beaucoup de testostérone (puisque l’estradiol est produite à partir de la testostérone) donc il envoie l’ordre de produire moins de testostérone. A cause de cela, les personnes en surpoids ou obèses ont généralement des taux de testostérone beaucoup plus faibles que les autres! Inversement lorsqu’on donne un médicament qui bloque la conversion de testostérone en estradiol à des hommes (inhibiteur de l’aromatase), ceux-ci voient leur taux de testostérone augmenter, c’est d’ailleurs pourquoi ces médicaments sont considérés comme dopants par l’agence mondiale anti-dopage. De fait, si on a du surpoids, en particulier au niveau abdominal, et qu’on fait un régime, le taux de testostérone remonte!

Maintenez un bon taux de testostérone

Conclusion de tout cela : pour maintenir un taux hormonal optimal il ne faut pas être en surpoids. Si vous faites de la musculation voici donc une raison de plus d’éviter les prises de masse rapides et importantes : vous fabriquez du gras donc beaucoup d’estradiol donc votre taux de testostérone a tendance à chuter ! A l’inverse, évitez les régimes trop restrictifs ou qui durent longtemps : si vous perdez vos érections matinales c’est un signe que vous ne mangez pas assez : cherchez à perdre du poids lentement mais surement, le résultat physique à terme sera meilleur. Le conseil vaut également pour les femmes!

Vous maintiendrez aussi un meilleur taux de testostérone avec une alimentation de qualité : glucides à index glycémique bas, œufs entiers, acides gras oméga-3, pas trop d’acides gras oméga-6, fruits et légumes en abondance, poissons, éventuellement viandes, ne pas manquer de vitamine D, de zinc et de magnésium.

Toutefois la chose a ses limites : avec l’âge ou à la suite de problèmes de santé votre organisme peut peiner à produire de la testostérone. Dans ce cas vous pouvez toujours essayer de mincir : vous n’y changerez rien. Cette chute de la testostérone s’accompagnera d’ailleurs d’une tendance à gagner plus facilement de la graisse au niveau abdominal et une tendance à perdre votre masse musculaire. Dans ce cas, une seule solution : voir son endocrinologue pour envisager un traitement médical (administration de testostérone pour revenir à un taux normal).

Ne prenez pas de médicament pour abaisser votre estradiol E2

Ne pas avoir un taux élevé d’estradiol est important pour maintenir un bon taux de testostérone. Mais il est important aussi de ne pas avoir un taux d’estradiol trop bas! En effet cette hormone protège vos os, vos articulations et votre foie. Avec un taux d’estradiol bas vos risquez de vous blesser plus facilement, et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on se blesse moins en musculation en période de “prise de masse”.

Mais notre environnement est chargé de substances chimiques qui activent nos récepteurs aux estrogènes, comme l’estradiol E2. On n’a donc pas souvent trop d’estradiol dans le sang mais trop de substances chimiques hormonalement actives et ces substances ont les mêmes effets qu’un excès d’estradiol : prise de masse grasse au niveau abdominal et viscéral, augmentation du risque de cancers hormonodépendants. Pour en absorber le moins possible vous pouvez suivre les conseils de ma vidéo “Bisphénol A, bisphénol S, comment les éviter“.

N’envisagez pas de diminuer votre taux d’estradiol avec des médicaments ou des compléments alimentaires. A moins que vous ayez un problème de santé : cette stratégie est dangereuse et inutile.

A lire également :


Références :

  1. Håkonsen LB, Thulstrup AM, Aggerholm AS, Olsen J, Bonde JP, Andersen CY, Bungum M, Ernst EH, Hansen ML, Ernst EH, Ramlau-Hansen CH. Does weight loss improve semen quality and reproductive hormones? Results from a cohort of severely obese men. Reprod Health. 2011 Aug 17;8:24.
  2. Margaret A. Gates, Rania A. Mekary, Gretchen R. Chiu, Eric L. Ding, Gary A. Wittert, Andre B. Araujo. Sex Steroid Hormone Levels and Body Composition in Men. JCEM jc.2012-2582.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 4.14

Your page rank:

Scroll to Top