facebook insta twitter

Méga-doses de vitamine C, cancer et santé : toute la vérité

comprimés de vitamine C à côté d'une orange coupée et d'un citron

Depuis que je travaille dans la nutrition, j’ai toujours lu d’incroyables histoires sur la vitamine C. Un jour elle guérirait le cancer, le lendemain elle serait utilisée par les Chinois pour soigner le coronavirus. Même s’il est vrai qu’il y a toujours eu des combats d’idées et des conflits d’intérêts entre les laboratoires qui fabriquent des médicaments coûteux et des solutions plus naturelles, le cas de la vitamine C est particulier puisque aucun organisme de santé ni aucun laboratoire de recherche indépendant n’a jamais pu confirmer les effets extraordinaires qu’on peut parfois lrie sur internet.

Cette situation est différente d’autres substances naturelles. par exemple en ce qui concerne l’Artemisia contre le paludisme, beaucoup de laboratoires essayent de faire croire qu’elle est inefficace mais l’OMS a validé son efficacité. On retrouve une situation similaire avec le curcuma : complément alimentaire miracle selon les vendeurs capable de soigner la plupart des maladies mais en réalité très peu efficace avec des milliers d’études truquées (voir mon article sur le curcuma).

En ce qui concerne la vitamine C, son histoire est probablement particulière parce qu’elle fut beaucoup étudiée et mise en avant par le seul homme à avoir eu deux prix Nobel : Linus Pauling. Cet article a donc pour objectif de démêler le vrai du faux à partir des données scientifiques indépendantes : la vitamine C est-elle une substance miracle dont on veut nous cacher les effets ou s’agit-il encore d’une arnaque d’internet ?

Pourquoi la question des besoins en vitamine C déchaine les passions

Il y a environ 40 millions d’années, à l’époque où nos ancêtres vivaient près de l’équateur dans une abondance de fruits riches en vitamine C qu’ils consommaient à longueur de journée. Leurs apports en vitamine C étaient donc élevés et il n’y avait plus de nécessité pour l’organisme de gaspiller de l’énergie en synthétisant cette substance abondante. Le gène activant l’enzyme (la L-gulono-gamma-lactone oxydase) qui  transforme le glucose en acide ascorbique (le nom chimique de la vitamine C) s’est donc mis en sommeil. Depuis cette époque, nous sommes donc dépendants des apports alimentaires en vitamine C. Le gène non fonctionnel de cet enzyme existe d’ailleurs toujours chez l’Homme et a été retrouvé : il se situe sur le chromosome 8 à l’emplacement p21. Très peu de mammifères partagent avec nous cette caractéristique. C’est le cas de primates supérieurs (macaque, singe vert d’Afrique), du cochon d’Inde et de certaines chauves-souris. Pour les autres qui la synthétisent dans leur foie ou dans leurs reins, ce n’est donc pas une vitamine.

Depuis cette découverte la question des besoins réels et optimums en vitamine C pour l’homme fait débat. En effet, les apports journaliers recommandés par les autorités de santé (entre 90 et 110 mg par jour) ne sont établis que dans le but de prévenir la carence sévère et facilement observable en vitamine C qu’on appelle le scorbut et qui se caractérise par des saignements gingivaux, de la fatigue, un déchaussement des dents puis la mort. En aucun cas ces apports n’ont été formulés pour « placer l’organisme dans des conditions de fonctionnement optimal ». L’observation de primates supérieurs (qui ne synthétisent plus non plus la vitamine C) dans leur environnement naturel a permis de constater des apports quotidiens en vitamine C situés entre 2000 mg et 8000 mg, soulevant encore plus l’interrogation.

Quels sont nos réels besoins en vitamine C ?

La suite de l’histoire tient pour beaucoup à Linus Pauling, un scientifique qui marquera l’histoire à jamais puisque c’est le seul homme au monde à avoir été récompensé de deux prix Nobel : un prix Nobel de chimie en 1954 pour sa contribution à la découverte de la structure des protéines et un prix Nobel de la paix en 1962 pour sa lutte de plus de 10 ans contre les essais nucléaires dans l’atmosphère. Sa notoriété ne vient pas de ses connaissances incroyables en physique quantique ou en chimie, bien qu’elles lui valurent d’être qualifié de génie par Albert Einstein, mais plutôt de ses travaux remarquables sur les vitamines et en particulier sur la vitamine C. En 1970 il publie un livre qui secouera le monde médical pendant plus de 20 ans : La vitamine C et le rhume, et dans lequel il soutient qu’une supplémentation en vitamine C peut réduire le risque de rhume et diminuer la durée des symptômes. Il affirmera plus tard que cette vitamine peut prévenir les maladies cardiovasculaires, en se basant notamment sur le constat que les animaux qui fabriquent eux-mêmes la vitamine C ne connaissent pas ces maladies. À ce jour plusieurs centaines d’études scientifiques ont été menées en 50 ans sur les effets de la vitamine C et certains éléments sont particulièrement clairs : les sportifs ont des besoins plus importants en vitamine C que les sédentaires, et en particulier les sportifs d’endurance. Chez eux, un apport de 500 à 1000 mg par jour permet de maintenir un système immunitaire performant et de diminuer la fréquence et les symptômes du rhume.

Des apports similaires devraient être recommandés aux fumeurs, car le tabac augmente très nettement les besoins en vitamine C. À l’âge de 72 ans, Linus Pauling avait l’état de santé d’un jeune homme et il mettait sur pieds l’institut pour la médecine orthomoléculaire en Californie, une organisation de recherche focalisée sur l’utilisation de vitamines et de micronutriments pour prévenir ou soigner des maladies. Aujourd’hui l’institut a été déplacé à l’université de l’Oregon où il occupe le bâtiment le plus important et porte le nom d’institut Linus Pauling. L’institut est financé majoritairement par le ministère de la santé américain ce qui lui permet de conserver son indépendance et de poursuivre les recherches sur les micronutriments et en particulier sur la vitamine C. Aujourd’hui dirigé par le Pr Balz Frei, un érudit au curriculum vitae long comme le bras (professeur de nutrition à l’université de Harvard, professeur de toxicologie moléculaire, professeur de biochimie et de médecine et récompensé par de multiples prix scientifiques), l’institut considère que les besoins optimums en vitamine C de l’être humain (sédentaire) sont « d’au moins 400 mg par jour ».

À cette dose, les chercheurs de l’institut Linus Pauling estiment qu’on obtient des effets bénéfiques très importants sur la résistance aux stress, la prévention et le traitement de l’hypertension artérielle, la santé des vaisseaux sanguins et des artères et dans la prévention des cancers.

Effets de la supplémentation avec de fortes doses de vitamine C

Méga-doses de vitamine C et cancer

Qu’en est-il alors des méga doses de vitamine C (entre 2 et 15 gr par jour) si populaires dans les milieux alternatifs, mais aussi promues par Linus Pauling à un moment de sa vie ? Plusieurs études ont été menées sur la question et toutes les méta-analyses menées (analyse d’un ensemble d’études portant sur un même sujet) arrivent à la même conclusion : les méga doses de vitamine C ne sont pas plus efficaces pour prévenir le rhume et ne semblent pas avoir de bénéfice particulier, mais ont des effets secondaires : accélération du transit et augmentation du risque de calculs rénaux chez les personnes prédisposées. Sur le plan de l’évolution ces résultats sont assez étonnants, car si nos primates voisins ont besoin d’apports 20 à 80 fois supérieurs en vitamine C pourquoi sommes-nous différents ?

La réponse provient des chercheurs en pharmacologie du Texas. Dès les années 70, ils ont montré que lorsque l’homme a perdu la capacité à fabriquer la vitamine C, il a perdu de manière conjointe l’activité d’une autre enzyme, l’urate oxydase. Cette enzyme permet d’éliminer l’acide urique en le métabolisant en 5-hydroxyisourate. Or, il se trouve que l’acide urique, bien que nocif en excès, est aussi un antioxydant extrêmement puissant dans le corps humain (50% de l’activité antioxydante de notre plasma serait le fait de l’acide urique).

L’augmentation de l’acide urique circulant aurait ainsi pris la place de la vitamine C, diminuant nettement nos besoins, et nous permettant alors de survivre dans des régions au climat beaucoup moins tempéré (Nord de L’Europe) avec une alimentation principalement carnée et pauvre en fruits et légumes.

Les partisans des méga doses de vitamine C soutiennent aussi que celle-ci serait terriblement efficace dans le traitement du cancer à condition qu’elle soit administrée par injections. Une récente synthèse des 33 dernières années d’expérimentation de la vitamine C contre le cancer a conclu que les études sont encore très contradictoires : tantôt efficace, tantôt inefficace, nul ne sait à qui la vitamine C en injection doit être recommandée ni de quelle manière. Toutefois, les injections de vitamine C semblent très efficaces pour diminuer les effets secondaires de la chimiothérapie, à des doses situées entre 50 et 150 gr par jour. Aucun effet sur le traitement du cancer ne peut être observé avec de la vitamine C par voie orale, même avec plus de 10 gr par jour.

Les méga-doses de vitamine C mauvaises pour les sportifs ?

Pour finir deux études ont trouvé que les personnes qui prennent plus de 1000 mg par jour de vitamine C auraient un risque plus élevé de cataracte, par un mécanisme actuellement indéterminé. Chez les sportifs d’endurance, une étude récente a montré que des doses élevées de vitamines C (1000 mg) et E (235 mg) pouvaient diminuer les capacités d’adaptation à l’effort. Une analyse récente d’une dizaine d’études ayant testé l’effet d’une supplémentation d’antioxydants à forte dose sur des sportifs a conclu que ces derniers étaient inutiles ou contreproductifs pour la performance. Ces résultats ne sont en fait pas surprenants : l’adaptation à un stress physique (ou psychologique) nécessite d’abord que le stress soit bien ressenti par l’organisme afin qu’il s’adapte et se renforce. Si de grosses doses d’antioxydants bloquent ce ressenti, l’adaptation n’est pas possible et la progression est ralentie.

Compte tenu de tous ces éléments, je déconseille aux personnes en bonne santé de prendre plus de 500 mg par jour pour les sédentaires et 1000 mg par jour pour les sportifs d’endurance ou de force et je déconseille de combiner la vitamine C à d’autres antioxydants isolés concentrés (fortes doses). A doses modestes, cela ne pose pas de problème. La vitamine C est fréquemment vendue sous forme de compléments alimentaires « naturels » telle que la « vitamine C acérola », mais de nombreuses études scientifiques ont démontré qu’il n’y avait aucune différence entre la vitamine C naturelle et la vitamine C synthétique fabriquée en laboratoire, car les deux molécules sont strictement identiques et ont donc exactement les mêmes effets dans l’organisme. Seule réelle différence : le prix, dérisoire avec la vitamine C synthétique et exorbitante avec la « vitamine C naturelle ». Prenez donc la vitamine C la moins chère, si possible sans excipient douteux (édulcorant chimique ou additif).

A lire également :


Références :

  1. Nishikimi M, Koshizaka T, Ozawa T, Yagi K. Occurrence in humans and guinea pigs of the gene related to their missing enzyme L-gulono-gamma-lactone oxidase. Arch Biochem Biophys. 1988 Dec;267(2):842-6.
  2. Nishikimi M, Fukuyama R, Minoshima S, Shimizu N, Yagi K. Cloning and chromosomal mapping of the human nonfunctional gene for L-gulono-gamma-lactone oxidase, the enzyme for L-ascorbic acid biosynthesis missing in man. J Biol Chem. 1994 May 6;269(18):13685-8.
  3. Guy Drouin, Jean-Rémi Godin, Benoît Pagé. The Genetics of Vitamin C Loss in Vertebrates. Curr Genomics. 2011 August; 12(5): 371–378.
  4. Milton K. Micronutrient intakes of wild primates: are humans different? Comp Biochem Physiol A Mol Integr Physiol. 2003 Sep;136(1):47-59.
  5. Hemilä H, Chalker E. Vitamin C for preventing and treating the common cold. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 1. Art. No.: CD000980.
  6. Sørensen LT1, Toft BG, Rygaard J, Ladelund S, Paddon M, James T, Taylor R, Gottrup F. Effect of smoking, smoking cessation, and nicotine patch on wound dimension, vitamin C, and systemic markers of collagen metabolism. Surgery. 2010 Nov;148(5):982-90.
  7. Stadler N, Eggermann J, Vöö S, Kranz A, Waltenberger J. Smoking-induced monocyte dysfunction is reversed by vitamin C supplementation in vivo. Arterioscler Thromb Vasc Biol. 2007 Jan;27(1):120-6.
  8. Katayama Y, Shige H, Yamamoto A, Hirata F, Yasuda H. Oral vitamin C ameliorates smoking-induced arterial wall stiffness in healthy volunteers. J Atheroscler Thromb. 2004;11(6):354-7.
  9. Frei B, Birlouez-Aragon I, Lykkesfeldt J. Authors’ perspective: What is the optimum intake of vitamin C in humans? Crit Rev Food Sci Nutr. 2012;52(9):815-29.
  10. Wu XW, Lee CC, Muzny DM, Caskey CT. Urate oxidase: primary structure and evolutionary implications. Proc Natl Acad Sci U S A. 1989 Dec;86(23):9412-6.
  11. Maxwell SR, Thomason H, Sandler D, Leguen C, Baxter MA, Thorpe GH, Jones AF, Barnett AH. Antioxidant status in patients with uncomplicated insulin-dependent and non-insulin-dependent diabetes mellitus. Eur J Clin Invest. 1997 Jun;27(6):484-90.
  12. Proctor P. Similar functions of uric acid and ascorbate in man? Nature. 1970 Nov 28;228(5274):868.
  13. Juraschek SP, Miller ER 3rd, Gelber AC. Effect of oral vitamin C supplementation on serum uric acid: a meta-analysis of randomized controlled trials. Arthritis Care Res (Hoboken). 2011 Sep;63(9):1295-306.
  14. Cabanillas F. Vitamin C and cancer: what can we conclude–1,609 patients and 33 years later? P R Health Sci J. 2010 Sep;29(3):215-7.
  15. Mikirova N, Casciari J, Rogers A, Taylor P. Effect of high-dose intravenous vitamin C on inflammation in cancer patients. J Transl Med. 2012 Sep 11;10:189.
  16. Carr AC, Vissers MC, Cook J. Relief from cancer chemotherapy side effects with pharmacologic vitamin C. N Z Med J. 2014 Jan 24;127(1388):66-70.
  17. Nina Mikirova, Joseph Casciari, Neil Riordan, Ronald Hunninghake. Clinical experience with intravenous administration of ascorbic acid: achievable levels in blood for different states of inflammation and disease in cancer patients. Journal of Translational Medicine 2013, 11:191.
  18. Moertel CG, Fleming TR, Creagan ET, Rubin J, O’Connell MJ, Ames MM. High-dose vitamin C versus placebo in the treatment of patients with advanced cancer who have had no prior chemotherapy. A randomized double-blind comparison. N Engl J Med. 1985 Jan 17;312(3):137-41.
  19. Susanne Rautiainen, Birgitta Ejdervik Lindblad, Ralf Morgenstern, Alicja Wolk. Vitamin C supplements and the risk of age-related cataract: a population-based prospective cohort study in women Am J Clin Nutr 2010 91: 2 487-493.
  20. Zheng Selin J, Rautiainen S, Lindblad BE, Morgenstern R, Wolk A. High-dose supplements of vitamins C and E, low-dose multivitamins, and the risk of age-related cataract: a population-based prospective cohort study of men. Am J Epidemiol. 2013 Mar 15;177(6):548-55.
  21. Paulsen G, Cumming K, Holden G, Hallen J, Ronnestad B, Sveen O, Skaug A, Paur I,Bastani N, Ostgaard H, Buer C, Midttun M, Freuchen F, Wiig H, Ulseth E, Garthe I, Blomhoff R, Benestad H and Raastad T. Vitamin C and E supplementation hampers cellular adaptation to endurance training in humans: a double-blind randomized controlled trial. J Physiol. February 3, 2014. jphysiol.2013.267419.
  22. Cainara Lins Draeger, Andréia Naves, Natália Marques, Ana Beatriz Baptistella, Renata Alves Carnauba, Valéria Paschoal, Humberto Nicastro. Controversies of antioxidant vitamins supplementation in exercise: ergogenic or ergolytic effects in humans? Journal of the International Society of Sports Nutrition 2014, 11:4.
  23. Anitra C. Carr, Stephanie M. Bozonet and Margreet C. M. Vissers, A Randomised Cross-Over Pharmacokinetic Bioavailability Study of Synthetic versus Kiwifruit-Derived Vitamin C, Nutrients 2013, 5(11), 4451-4461.
  24. Carr AC, Vissers MC. Synthetic or food-derived vitamin C–are they equally bioavailable? Nutrients. 2013 Oct 28;5(11):4284-304.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 2.88
Rejoignez 45 000abonnés à ma newsletter !

Vous recevrez gratuitement les dernières actualités en santé et nutrition.

Dès votre inscription, vous recevrez dans votre boîte mail mon eBook 6 conseils simples pour préserver sa santé.

Scroll to Top