facebook insta twitter

Obésité et risque de malnutrition

Les comportements alimentaires qui conduisent à l'obésité sont aussi la cause de carences

Aussi contre-intuitif que cela puisse paraitre, l’obésité est fréquemment corrélée à un état de carences alimentaires. Malgré des apports caloriques importants, les comportements alimentaires qui favorisent l’obésité peuvent en effet conduire à des déficits en micronutriments, c’est-à-dire en vitamines et minéraux.

Les déficits en vitamines chez les personnes obèses

En 2016, une étude brésilienne a analysé les déficits en vitamines des personnes obèses. Elle a trouvé que, de manière générale, les niveaux de vitamines étaient bas par rapport à ceux de la population générale.

Les déficits en vitamines liposolubles chez les personnes obèses

Quand la masse de graisse est importante, les vitamines lipophiles sont séquestrées dans le tissu adipeux, ce qui conduit à une réduction des taux sanguins. Or les vitamines lipophiles sont importantes pour différentes fonctions de l’organisme comme la santé osseuse, la coagulation sanguine, le système immunitaire, ou encore l’activité antioxydante.

La vitamine A : rétinol et caroténoïdes 

Les personnes obèses présentent fréquemment un déficit en vitamine A et de bas niveaux de caroténoïdes. Une étude sur 50 jeunes garçons obèses, âgés de 11 à 17 ans, a trouvé que 74 % d’entre eux avaient des niveaux insuffisants en bêta-carotène. Ces molécules sont notamment apportées par les fruits et légumes, dont la consommation est souvent faible chez cette population.

La vitamine D : ergocalciférol et cholécalciférol

La même étude sur de jeunes obèses montre que 62 % n’avaient pas suffisamment de vitamine D et 24 % présentaient même un déficit sévère (moins de 10 ng/mL). La moitié de ces garçons cumulaient un déficit en au moins trois vitamines, souvent les caroténoïdes, la vitamine D et la vitamine E.

De manière générale, il existe souvent un déficit en vitamine D chez les personnes obèses ou qui suivent un régime amaigrissant. Ce déficit pourrait être lié à de faibles apports en vitamine D dans l’alimentation, mais aussi au manque d’exercice physique en extérieur.

Les recommandations en vitamine D pour ces populations sont plus élevées que pour les adultes en bonne santé. En 2019, une revue d’essais cliniques a conclu qu’il fallait prendre au moins 1600 à 2000 UI de vitamine D par jour pour obtenir un taux de 30 ng/mL de vitamine dans le sang chez des personnes obèses. Le taux de 30 ng/mL (75 mmol/L) est souvent considéré comme la concentration minimale pour prévenir les maladies chroniques et le risque de fractures.

La vitamine E : tocophérols et tocotriénols

Il existe une association entre l’augmentation des graisses abdominales chez les personnes obèses et le déficit en vitamine E, qui possède des propriétés anti-oxydantes. Or l’obésité est aussi lié à une augmentation du stress oxydatif.

Obésité et carences en vitamines hydrosolubles

Les vitamines hydrosolubles posent également souvent problème en cas d’obésité. Ces dernières jouent pourtant un rôle essentiel, notamment pour le métabolisme et la production d’énergie.

La vitamine B1 ou thiamine

Chez les patients qui doivent subir une chirurgie bariatrique, un déficit en vitamine B1 est fréquent : entre 15,5 et 29 % de ces patients seraient concernés. La chirurgie bariatrique est généralement proposée à des personnes dont l’IMC est supérieur à 35 ; il s’agit donc là de cas d’obésité sévère. À ce jour, Les études restent toutefois insuffisantes pour étendre cette observation à l’ensemble des personnes obèses.

La vitamine B9 ou folates

Les patients candidats à une chirurgie bariatrique présentent souvent des niveaux anormaux en vitamine B9. Or ce déficit se traduit par une hausse de l’homocystéine dans le sang, un facteur de risque cardiovasculaire, qui se trouvent être plus élevé chez les personnes obèses.

La vitamine B12 ou cobalamine

Un déficit en vitamine B12 se traduit également par une hausse de l’homocystéine. Certaines études montrent un risque de déficit en vitamine B12 chez les personnes obèses, notamment les enfants, mais les différentes sources ne sont pas unanimes.

La vitamine C ou acide ascorbique

Il existe une association inverse entre l’IMC et le taux de vitamine C dans le sang. Cela pourrait être dû à une consommation insuffisante en fruits et légumes frais.

Les fruits et légumes sont des sources majeures de micronutriments : vitamines et minéraux
Les fruits et légumes apportent une grande variété de micronutriments

Les déficits en minéraux chez les personnes obèses

Une étude américaine parue en 2019 s’est intéressée aux déficits en micronutriments de personnes qui devaient subir une chirurgie bariatrique. Concernant les minéraux, les chercheurs ont trouvé que certains déficits étaient fréquents chez les personnes obèses. Ces déficits peuvent notamment être la conséquence de régimes très restrictifs.

Le déficit en fer

La fréquence du déficit en fer concernerait 45 % des personnes obèses. D’après une méta-analyse de 26 études, incluant plus de 13000 personnes obèses ou en surpoids et plus de 26000 personnes de poids normal, les personnes obèses ou en surpoids ont présenté 31 % de risque en plus que les autres de présenter un déficit en fer.

Ce déficit serait dû à des apports insuffisants, mais aussi à une mauvaise absorption du fer au niveau du duodénum. L’inflammation liée à l’obésité s’accompagne en effet de la hausse de l’hepcidine dans le sang, une adipokine qui réduit l’expression d’un transporteur du fer.

Le déficit en zinc

Les personnes obèses ont souvent des niveaux faibles en zinc dans le sang. Jusqu’à 50 % des patients devant se faire opérer pour une chirurgie de l’obésité souffriraient de ce déficit. Le zinc est un composant nécessaire à certaines enzymes, de la famille des métalloenzymes. Il joue un rôle dans la synthèse et l’action de l’insuline, et un déficit est associé au syndrome métabolique.

Le déficit en sélénium

Le déficit en sélénium se retrouve chez plus de la moitié des patients obèses candidats à une chirurgie de l’obésité. Le sélénium joue un rôle dans la lutte contre le stress oxydatif , puisque cet élément est nécessaire à la constitution de l’enzyme antioxydante glutathion peroxydase. Ainsi, le déficit en sélénium reflète le stress oxydatif important rencontré dans l’organisme des personnes obèses ou en surpoids.

Le déficit en cuivre

Le cuivre est un cofacteur enzymatique, ce qui signifie qu’il est nécessaire à la mise en œuvre de différentes réactions biochimiques au sein de l’organisme. Il est ainsi impliqué dans la lutte contre le stress oxydatif et dans des mécanismes de l’immunité. Le déficit en cuivre est rare dans la population générale, mais on l’observe souvent chez des candidats à la chirurgie bariatrique.

La complémentation en micronutriments chez les personnes obèses

Dans de nombreux cas, les carences en vitamines et en minéraux justifient le recours à la complémentation chez les personnes obèses. On observe de grandes différences d’une personne à l’autre, liées au degré de l’obésité, mais également aux habitudes alimentaires individuelles. Un bilan personnel permet de définir avec précision quels doivent être les micronutriments apportés sous forme de compléments alimentaires.


Références

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 / 5 Note moyenne : 5
Rejoignez 45 000abonnés à ma newsletter !

Vous recevrez gratuitement les dernières actualités en santé et nutrition.

Dès votre inscription, vous recevrez dans votre boîte mail mon eBook 6 conseils simples pour préserver sa santé.

Scroll to Top