La vitamine D augmente les chances de survie en cas de cancer

En France, le cancer est la première cause de décès chez les hommes et la deuxième chez les femmes. D’après l’agence Santé publique France, 382.000 nouveaux cas de cancers ont été relevés en 2018 (1). En plus des traitements habituels du cancer, des compléments alimentaires pourraient-ils aider ces patients ?

La vitamine D, connue pour ses bénéfices pour la santé osseuse, a beaucoup été étudiée pour ses atouts en prévention de maladies chroniques telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Ainsi, un déficit en vitamine D est associé à un risque plus élevé de cancer. On peut donc se demander si une complémentation en vitamine D serait intéressante pour des patients atteints d’un cancer.

La vitamine D réduit la mortalité par cancer

En juin 2019, une étude réalisée par l’université d’État du Michigan a été présentée au congrès de l’American Society of Clinical Oncology (2). Dans cette méta-analyse, les auteurs ont analysé les données de 79.000 personnes impliquées dans dix études différentes.

Tous ces essais cliniques comparaient la prise de vitamine D à un placebo, sur une période d’au moins trois années. Cette complémentation devait servir à prévenir différentes maladies ; les chercheurs ont choisi des études dans lesquelles les données d’incidence ou de mortalité par cancer étaient renseignées. La moyenne d’âge des participants était de 68 ans et 78 % étaient des femmes. Leur suivi a duré au moins quatre ans.

Dans un communiqué de l’université (3), Tarek Haykal, un des auteurs de cette recherche, a expliqué que la différence de mortalité entre ceux qui prenaient la vitamine D et les autres était significative : les patients vivent plus longtemps quand ils prennent de la vitamine D pendant au moins trois ans. Plus précisément, la prise de vitamine D réduisait le risque de mortalité par cancer de 13 %, par rapport au placebo. En revanche, la vitamine ne semblait pas avoir d’effet sur l’incidence du cancer. 

Les auteurs en concluent que la prise de vitamine D réduit la mortalité par cancer, une fois que le cancer est diagnostiqué. D’après Tarek Haykal, il faut prendre le complément pendant au moins trois ans pour qu’il y ait un effet. Au vu de ces résultats, il aimerait que les médecins, en particulier les cancérologues, prescrivent plus souvent de la vitamine D à leurs patients.

Comment la vitamine D améliore la survie par cancer

La vitamine D est fabriquée naturellement par la peau lorsqu’elle est exposée aux rayonnements UVB du Soleil. En hiver nous risquons de manquer de vitamine D et une complémentation peut s’avérer nécessaire pour éviter un déficit. Les apports alimentaires en vitamine D sont insuffisants.

La vitamine D est une prohormone qui est métabolisée dans le foie et le rein pour donner du calcitriol. Cette molécule se lie au récepteur de la vitamine D des cellules pour exercer son action. La vitamine D possède un effet antitumoral (4). Ses effets anticancéreux s’expliqueraient par plusieurs mécanismes :

  • la vitamine D a un rôle anti-inflammatoire : elle affaiblit des voies de signalisation pro-inflammatoires. Or l’inflammation chronique favorise les tumeurs,
  • la vitamine D a un effet anti-oxydant qui limite le risque de dommages à l’ADN dus aux espèces réactives de l’oxygène. Elle favoriserait aussi l’expression de gènes impliqués dans la réparation de l’ADN,
  • la vitamine D inhibe la prolifération cellulaire, favorise la différenciation, la mort cellulaire par apoptose et l’autophagie, des processus qui limitent tous la progression des tumeurs.

Enfin, différentes études suggèrent que, dans le cancer, le métabolisme et les fonctions habituelles de la vitamine D sont déréglées, ce qui contribuerait au développement et à la progression des tumeurs. 

Références   [ + ]

1. Santé publique France. Incidence et mortalité des cancers : quelles évolutions depuis 1990 ? 2019.
2. Samji et al. Role of vitamin D supplementation for primary prevention of cancer: Meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of Clinical Oncology. 2019.
3. Michigan State University. Vitamin D could help cancer patients to live longer. 2019.
4. Jeon et Shin. Exploring vitamin D metabolism and function in cancer.  Exp Mol Med. 2018.

Vous pourriez être intéressé

3 commentaires

  • marmoun9  26 août 2019 at 18 h 57 min

    Bonjour Julien,
    Je suis particulièrement intéressé par cette étude de Samji et al. mais pas moyen de trouver le pdf. J’ai contacté les auteurs mais suis dans l’attente pour le moment. A tout hazard, si vous possédez le document, pourriez-vous me la partager?
    En vous remerciant !!!

    Répondre
      • marmoun9  27 août 2019 at 18 h 10 min

        Merci å vous, c’est chose faite 🙂

        Répondre

Laissez un commentaire

Please enter your name. Please enter an valid email address. Please enter a message.

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom
Votre adresse mai ne sera jamais cédée à un tiers

Rejoignez 45 000 abonnés à ma newsletter

Et recevez gratuitement par mail toutes les dernières actualités en nutrition et micronutrition

Adresse mail
Prénom